Alors que l'exposition Henry Wessel, A Dark Thread se termine dans quelques jours à la Maison Européenne de la Photographie, Blind décrypte une image du célèbre photographe américain. 

« Ça peut arriver n’importe quand, n’importe où. Inutile de se poster devant ce qui fera une bonne photo. Ça peut surgir à tout moment et en tout lieu ! » Henry Wessel a le sens du drame, mais il ne le trouve pas là où on le pense. Rien chez lui de la fascination morbide de Weegee, qui traquait les scènes de crime dans le New York des années 1930. Rien non plus du regard vif des photojournalistes en quête d’action. 

Comme d’autres américains de sa génération (Winogrand, Friedlander, Eggleston ...), Henry Wessel est un photographe de l’ordinaire. Mais il y traque les indices d’un drame naissant, d’un basculement. Ici, le cadrage en rend compte littéralement : la ligne diagonale qui traverse l’image crée une instabilité, amorce une dynamique. La photographie évoque le film still, comme un instantané dans la trame d’un film noir. 


Incidents No.5, De la série Incidents, 2012 © Henry Wessel ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York

Tout concourt à cette impression, des effets de surcadrage (chaque fenêtre dessine une image dans l’image) au reflet du soleil sur la carrosserie comme un flash dramatique. Surtout, Henry Wessel est sensible au jeu des regards qui construit un hors-champ : qu’est-ce que regarde ce groupe de femmes et d’enfants, de part et d’autre de la voiture ? Le regard inquiet de la protagoniste, comme une héroïne de polar, semble indiquer qu’elle assiste à une scène curieuse. L’ombre et la lumière sur les visages en partie cachés des autres personnages renforcent encore nos interrogations. 

Nous n’en saurons pas plus : la photographie sème le doute, mais ne le résout pas ... C’est tout son avantage : à partir de la banalité quotidienne (une scène de voiture comme tant d’autres), elle crée l’embryon d’une histoire qui nous emporte au-delà du cadre. 

Par Camille Balenieri

Henry Wessel, A Dark Thread

5 juin - 25 août 2019

Maison Européenne de la Photographie, 5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris 

Article précédent Article suivant
À lire