Loop


Alors que sévit l’insurrection à Hong Kong, la maison d’édition milanaise Humboldt Books a récemment publié Hong Kong Barricades, de Lele Saveri. Saisissante captation du précédent mouvement de protestation hongkongais, cette modeste publication a le caractère brûlant d’un manifeste. 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

Précédant le mouvement qu’elle connaît aujourd’hui, Hong Kong s’est insurgée en 2014 à l’encontre du pouvoir central chinois. Cette révolte - la « révolution des parapluies » - a surpris un peu par hasard l’italien Lele Saveri, qui l’a transformée en obsession photographique à travers ce livre. Publié en septembre dernier, Hong Kong Barricades prend la forme d'un court journal de bord et d'engagement en faveur de la lutte contre l'autoritarisme.

Lele Saveri, photographe et co-fondateur du collectif 8-Ball Community, confesse en effet avoir été surpris par le soulèvement en octobre 2014, alors qu’il voyage en Chine pour enseigner. La « révolution des parapluies », menée à l’origine par des étudiants, s’inscrit en écho avec la crise que connaît actuellement Hong Kong. D’une protestation à l’encontre d’un texte de loi renforçant le contrôle de Pékin sur cette région autonome - en 2014, l’abolition du suffrage universel pour l’élection du chef de l’exécutif de Hong Kong - le mouvement s’est transformé en une contestation généralisée et d’ampleur contre le pouvoir central de la Chine continentale. Esquissant déjà les traits de la lutte actuelle, Hong Kong Barricades résonne surtout pour sa capacité à figurer le déséquilibre de ce mouvement social, et rendre palpable par l’image un engagement inconditionnel. 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

Derrière les barricades, la lutte

Si Hong Kong Barricades dresse un portrait furtif mais tangible de la « révolution des parapluies », toute sa subtilité réside dans le choix du contre-champ. Lele Saveri ne photographie pas les manifestations, ni ne s’attarde sur les offensives pro-démocratie ou les rixes avec la police. Avec l’ardeur de ce qu’il décrit comme une « obsession », il multiplie les portraits de manifestants et ceux, bientôt humanisées, des barricades. La révolte et l’engagement militant transparaissent de cette démultiplication qui revêt bientôt les traits d’une typologie, de celle dont le systématisme de la prise de vue rend au spectateur son objet toujours plus proche. 

A voir défiler tous ces amoncellements fragiles, faits de bric et de broc de toutes provenances, on croit peu à peu y déceler les traits des manifestants et leurs armures de pacotilles. L’image des barricades et celle des manifestants se construisent en miroir, et dessinent une sorte de carte d’identité de la « révolution des parapluies ». Le portrait systématisé des deux acteurs phares de l’insurrection suffit alors, hors champ et dans la quiétude, à rendre significatif le caractère vibrant et absolu de la révolte, perpétuellement rejouée face à la toute-puissance de Pékin.


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

Flamboyante et dérisoire

A l’instar de son format, Hong Kong Barricades souligne aussi le déséquilibre des forces en présence, rendant d’autant plus touchant ce portrait d’une lutte précaire. A la manière d’une publication clandestine, ce livre-brochure d’un graphisme vif mais épuré ressemble à un manifeste à transmettre sous le manteau. Hong Kong Barricades s’associe à la cause qu’il soutient en mettant en valeur la dérision de ses armes : les armures se composent de manuels scolaires et de casques de chantier, les barricades sont renforcées par des liens en plastique, les parapluies font office de palissades ou de boucliers. Face à un appareil d’Etat tentaculaire, la flamboyance du combat est celle d’une croyance inébranlée, telle qu’inscrite sur les pancartes qui introduisent et concluent ce livre : celle de la lutte pour la dignité et la démocratie. 

Troublante d’actualité, la série de Saveri l’est aussi parce qu’elle adopte les codes d’une photographie intemporelle, qui fait prévaloir l’esprit de la lutte, plus que la forme qu’elle prend à un instant T. En noir et blanc ou en couleurs, les images ainsi éditées révèlent le décalage historique d’une ville prise en étau entre héritage colonial occidental et histoire orientale. Une ville attachée à ses idéaux et bien décidée à les défendre, qu’elle que soit la vulnérabilité de ses défenseurs derrière leurs barricades. 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

 


 Barricades, 2014 © Lele Saveri

 

Par Anne Laurens 

Hong Kong Barricades, Lele Saveri

Humboldt Books, septembre 2019

80 pages, 20€

Article précédent Article suivant