Loop


Sorti en février 2019, The rainbow is underestimated de l’italien Piero Percoco irradiait encore les tables de Skinnerboox durant Paris Photo. Alors que cette petite édition a connu un vrai succès, rapprochons-nous de l’arc-en-ciel pour en saisir toutes les nuances, plus que jamais italiennes.


The rainbow is underestimated © Piero Percoco 

Curieux objet que ce fascicule bleu où se détache une fenêtre irisée, dont on soupçonne à peine qu’il s’agit d’un livre. Il suffit pourtant de s’en saisir pour qu’une à une se révèlent les surprises de ce petit ouvrage, aux allures de chasse au trésor. The rainbow is underestimated, deuxième opus de Piero Percoco avec la maison d’édition italienne Skinnerboox, fait partie de ces (trop rares) publications dont la découverte et la lecture procurent une satisfaction incomparable, un livre photo en forme de délectation inépuisable qui ne cesse jamais de réjouir. 

C’est un effet troublant, qui tient autant de la madeleine de Proust à l’âge adulte que des bonbons Arlequin de l’enfance. Entre écrin d’une photographie solaire et ironique et jouet aux mille facettes, l’ouvrage de Percoco apparaît comme une pépite, de celles qui brillent en multicolore quand elles rencontrent la lumière.


The rainbow is underestimated © Piero Percoco 

Somewhere over the rainbow

C’est avec cette drôle de couverture aux reflets arc-en-ciel que s’initie la chasse au trésor multicolore de The rainbow is underestimated. À la lumière, en effet, elle se transforme et dévoile, comme par magie, toutes les composantes du spectre lumineux. Déjà, cette première plongée dans l’arc-en-ciel s’effectue en toute simplicité et annonce le cœur de l’ouvrage, patiemment composé par Piero Percoco et édité dans sa forme la plus humble. Le voyage dans l’univers du photographe commence dès la première page, avec cette vue d’une rue déserte inondée de soleil, et s’achève à la toute dernière - un entrelacement chaotique d’élastiques colorés - puisque chacune des 240 pages que comptent le livre est illustrée au recto d’une image.

Ces images, Piero Percoco les a consciencieusement sélectionnées au sein d’un corpus réalisé durant cinq ans dans ses Pouilles natales - le talon de la botte italienne. Si l’identité italienne du photographe comme de l’ouvrage sont indéniables, la force visuelle et esthétique des photographies frappe en premier lieu. Le transport dans l’arc-en-ciel de Percoco est instantané et intense : les paysages, les portraits, les détails ou plans larges se succèdent sans autre lien immédiat que la présence vivace de la couleur et, pourtant, c’est une évidence. Cette couleur ultra concentrée est contenue, vivement, en toutes choses. Elle irradie et construit à elle seule le récit d’un livre saturé, acidulé donc délicieux. À l’instar des fruits, des sirops et des fleurs qui égrènent la succession photographique, les couleurs de Percoco sont à cueillir et à déguster, pour que perdure l’arc-en-ciel après le retour du soleil.


The rainbow is underestimated © Piero Percoco 

Puglia a colori

Difficile, pourtant, de négliger la composante italienne du livre, puisque la couleur résonne avant tout au sein de ces saynètes de la vie quotidienne du sud italien. Dans le sens du cadrage, l’ironie du détail ou l’importance accordée au paysage, se détectent les traces d’une photographie historique qui a marqué toutes les générations, Luigi Ghirri en tête. Comme nombre de ses prédécesseurs, Percoco semble obsédé par l’espace, le vide et les ombres : la trace d’une lumière qui révèlent la couleur ou, au contraire, la plonge dans l’obscurité.

Cette Italie très « kodachrome » rejaillit aussi dans tous les parallèles qui justifient l’enchaînement des clichés au sein de l’ouvrage. The rainbow is underestimated est alors savoureux dans les rapprochements visuels et chromatiques qu’il propose, de même que dans les associations sémantiques et métaphoriques qui perpétuent les bonds entre chaque image. Ici, le quadrillage d’une tapette à mouche rouge tomate, dédoublée par son ombre sur une table verte, annonce la quadrillage d’un filet emprisonnant l’infinité du ciel. Là, un dentier contenu dans une solution bleutée laisse la place - caustique - au portrait d’un retraité. Cette méthode associative rend l’ouvrage, à l’instar de sa thématique coloriste, tantôt poétique, cynique, attachant ou désopilant. Des fanions vert-blanc-rouge aux élastiques bleu-jaune-rouge, The rainbow is underestimated fait assurément partie des plus beaux voyages en livre photo de l’année, en maestria. 


The rainbow is underestimated © Piero Percoco 

 


The rainbow is underestimated © Piero Percoco 

 

Par Anne Laurens

 

The rainbow is underestimated, Piero Percoco

Skinnerboox, février 2019

240 pages, 28€

Edition de 600

Article précédent Article suivant
À lire