Loop


À l’occasion de l’exposition An Invented World à la Galerie XII Los Angeles, Blind décrypte une image de Paolo Ventura, photographe singulier ayant orienté son œuvre autour du tableau vivant et de la re-création. 

C’est un baiser qui nous est étrangement familier, et pour cause. Il est bien difficile de se détacher, en photographie, de l’héritage le plus prégnant en la matière qu’est celui de Robert Doisneau, et de son célébrissime « Baiser de l’Hôtel de Ville ». Le baiser de Ventura, pourtant, fait presque figure de contre-exemple à cette ode - devenue cliché - à l’amour et au romantisme, puisqu’en guise de décor, ces amoureux-là sont enfermés entre quatre murs gris et une éclipse de soleil.


Éclispe de soleil © Paolo Ventura / Image provided by the artist

Éclipse de soleil, c’est son titre, est une œuvre de Paolo Ventura réalisée en 2017 selon la méthode qui lui est propre : le photographe réalise des décors peints en cartons dans lesquels il immortalise ses scènes. Une fois le tirage exécuté, Ventura le repeint pour en faire une véritable photo-tableau, autant par sa technique que par la création d’un tableau-vivant - genre à part entière consistant à mettre en scène, en costumes et dans un décor, une représentation figée. Dans un décor d’après-guerre morne, arrêtés dans leur étreinte, ces amoureux de l’éclipse rejoueront donc à jamais la représentation de leur rencontre. Jouée, photographiée et repeinte, la mise en abîme dont témoigne la scène fait de cette œuvre un mille-feuille créatif aux résonances multiples.

Tous les indices de la photographie, en effet, rebondissent et se complètent, soulignant la subtilité avec laquelle Ventura réfléchit ses mises en scène. Au baiser de cinéma répond bien sûr l’enseigne lumineuse signalant le lieu qui condense toutes ces visions, de même que la scène, a priori radieuse, se déroule dans la pénombre de l’éclipse solaire : celle de l’éclipse solaire, ou celle de la salle de cinéma ? Le choix du scénario demeure finalement à la convenance du regardeur, que Ventura a l’élégance de faire autant spectateur que réalisateur. 

Par Anne Laurens

An Invented World - Paolo Ventura 

18 janvier – 14 mars 2020

 Galerie XII Los Angeles

6150 Wilshire Blvd, Los Angeles, CA 90048, États-Unis 

Article précédent Article suivant
À lire