Loop


Le Musée de la ville de New York présente « New York Responds », une installation photographique en plein air constituée de plus de 15 000 contributions réalisées durant la crise du COVID-19 et les manifestations du mouvement Black Lives Matter.


Photograph by Valerie Caro @vcamed

Peu de temps après le début de la crise du COVID-19, New York est rapidement devenue l'épicentre mondial de la pandémie. Un scénario catastrophe digne de Dickens  s’est mis en place, le virus ravageant les communautés les plus vulnérables de la ville, et laissant dans son sillage, au 8 août , 224117 cas confirmés, 56516 hospitalisations, 18949 décès confirmés et 4626 décès probables, selon les sources officielles.

La plupart des cas se sont déclarés entre le 11 mars et le 2 mai, avec, comme conséquence, une nouvelle migration des Blancs : les ultra-riches greffés sur la ville l’ont abandonnée en masse, traversant le pays pour fuir vers leurs maisons de campagne ou les maisons de leur enfance et exportant le virus dans des communautés auparavant épargnées, rapporte le New York Times.

Restaient ceux qui ne voulaient pas ou ne pouvaient pas partir. Transposition de A Tale of Two Cities au nouveau millénaire, ce sont ceux qui se trouvent au bas de l’échelle socio-économique qui ont le plus souffert, le virus attaquant les communautés noires et latines victimes de décennies d'inégalités systémiques en matière de santé, d'emploi, de revenu, de logement et d'éducation.

Pour aggraver les choses, ces communautés sont celles qui ont été le plus durement touchées par le ralentissement économique. Au 1er juin, la moitié de tous les adultes noirs du pays étaient au chômage, selon le New York Times. Confrontée à l'insécurité en matière de subsistance et de logement, la ville était une poudrière sur le point d’exploser. L'assassinat de George Floyd a été l’étincelle qui a déclenché le plus grand mouvement de l'histoire mondiale en faveur des droits civiques.

Tandis que les New Yorkais descendaient dans la rue pour protester contre les brutalités policières, des recours excessifs du NYPD à la force ont été filmés en vidéo durant des semaines, ce qui a intensifié la colère du public. En portant des masques, les manifestants ont montré qu'il était possible de se rassembler et d'agir sans propager le virus. Au moment où les manifestations s'intensifiaient, le taux d'infection a finalement commencé à se stabiliser. La première vague s'était calmée, mais les pertes sont incommensurables.


Photograph by Francisco Vasquez @cisconyc

New York réagit à la crise

Reconnaissant l'importance d’enregistrer l'histoire telle qu'elle se déroulait sous nos yeux, une équipe de cinq conservateurs du Musée de la ville de New York a organisé un appel en ligne à des contributions photographiques. Les portes du musée étant fermées depuis la mi-mars, les réseaux sociaux sont devenus le principal outil de rassemblement et le plus efficace, en une période d’isolement social sans précédent.

Utilisant les hashtags #COVIDStoriesNYC et #ActivistNY, des photographes de tous horizons ont publié quelque 16 000 images, illustrant de manière très variée la résistance et la résilience à New York. Les conservateurs ont sélectionné 14 images archivées, et ont réalisé les tirages imposants qui constituent New York Responds, une installation en plein air sur la terrasse et la balustrade du musée présentant notamment des œuvres de Clayton Benskin, Ximena Echague, Milo Hess, David 'Dee' Delgado, Nina Darpacz et Valerie Caro.

« L’idée fondamentale du musée était de rendre service aux habitants de New York et de montrer la complexité de la vie dans la ville », déclare Sean Corcoran, conservateur des estampes et des photographies. « Nous avons une tradition : lancer des appels à contributions pour illustrer des sujets d’actualité, par exemple l'ouragan Sandy et Occupy Wall Street. Quand nous avons su la gravité de ce qui se passait, nous avons lancé un appel pour que les habitants des cinq arrondissements partagent leurs expériences. Nous voulons extraire des instants reconnaissables ou informatifs pour aider les gens à avoir de l'empathie et à mieux se comprendre. »

Corcoran, qui n’a pas quitté New York depuis le début de la crise, reconnaît le rôle que joue le musée dans de multiples communautés. Le musée est situé à East Harlem, le quartier de Manhattan qui a compté le plus de cas de COVID-19, sur le célèbre Museum Mile de la Cinquième Avenue. Au sud, à deux pâtés de maisons, se trouve l'hôpital du Mont Sinaï, qui joue un rôle majeur dans la réponse médicale au COVID-19, et a mis en place un hôpital de campagne de l'autre côté de la rue, à Central Park. « Le quartier, dit Corcoran, est un carrefour de la pandémie à New York. Cette exposition est un moyen de reconnecter les personnes qui vivent et travaillent dans notre communauté. »


Photograph by David ‘Dee’ Delgado / Getty Images - @dee_bx

Les réflexions d’un New Yorkais d’origine

Né et élevé dans le Bronx, le photojournaliste David ‘Dee’ Delgado a couvert  tous les recoins de sa ville natale durant le pic de la pandémie. Missionné par Getty Images, Delgado a tout vu. « Maintenant, dit-il, tout me semble flou. On avait atteint un stade où il suffisait de sortir photographier – et on tombait sur quelque chose. »

Delgado s'est rendu sur l'île de Randall, où étaient rassemblés les camions réfrigérés de la morgue pour gérer l’afflux de morts. « J'ai fait le calcul, dit Delgado, et j'ai trouvé que les camions stationnés là pouvaient contenir 2500 personnes - exactement le même nombre que le 11 septembre. Cela m'a vraiment frappé. Je travaillais dans la deuxième tour, à l’époque du 11 septembre. Ce jour-là, Dieu était avec moi, j'étais en retard et je ne suis pas arrivé à l’heure au travail. »

Même si la ville était en grande partie déserte, Delgado a découvert un nouveau rythme et une nouvelle fluidité. « A l’heure où la situation était vraiment sombre, où personne ne sortait, être New-Yorkais brisait le cœur. En même temps, c'était intéressant d'être l'une des seules personnes à vivre la ville d'une manière différente. Vous êtes un peu gâté, fait-il avec un petit rire, car lorsque la ville a commencé à devenir un peu animée, je me suis dit : ‘Mince, il y a de la circulation’. »

La photographie de Delgado présentée à l’exposition, qui montre un soignant passant devant une pancarte « Merci », a été prise à l'hôpital Montefiore dans le Bronx le lendemain d'un hommage de la communauté. « Les photographes, dit-il, témoignent de la vraie vie. S'il n'y a pas de photos, on peut nier, on peut dire que les choses ne se sont jamais passées. Les photos sont la preuve qu’elles se sont passées. »

« Lorsqu’on photographiait les corps placés dans les camions frigorifiques, ceux qui travaillaient se mettaient en colère. Nous leur avons expliqué : ‘Comment croyez-vous que l’on fait savoir au monde ce qui se passe? Le dire et le voir ont deux impacts totalement différents.’ Je disais à ceux qui travaillaient : ‘Si je peux aider quelqu’un à réaliser que ce n’est pas un canular,  je suis heureux. C’est que j’ai fait mon job.’»


Photograph by Clayton Benskin @clay_benskin

 


Photograph by Ximena Echague @ximena_echague

 


Photograph by Enrique Garcia @n.ri.k

 


Photograph by Francesca Magnani @magnanina

 


Photograph by Milo Hess @milohessphoto

 

Par Miss Rosen

 

New York Responds

Actuellement. Aucune date de clôture n’est annoncée.

The Museum of the C8ity of New York, 1220 Fifth Avenue, New York, NY 10029 États-Unis

Article précédent Article suivant