Dans son dernier livre, Hometown, le photographe Joseph Szabo nous fait revivre l'âge d'or des banlieues à travers un portrait intemporel du rêve américain.

Lynbrook, NY, 1977 © Joseph Szabo

Après la Seconde Guerre mondiale, des lotissements de banlieue ont fait leur apparition aux États-Unis, et sont devenus aussi envahissants que des champs de pissenlits. La classe moyenne émergente réalisait le  « rêve américain » : une maison avec un terrain où élever une famille avec tout le confort qu’offrait le modernisme du milieu du siècle. L’immobilier investit les terres vierges, des arpents de maisons toutes semblables parsemèrent le paysage, et il devint difficile de distinguer une région du pays d’une autre.

Mais l'individualité sut se dévoiler aux regards du photographe américain Joseph Szabo. Dans son dernier livre, Hometown (Damiani, 13 octobre), Szabo montre la topographie des banlieues sous un jour particulier, imprimant son style personnel à des paysages paisibles foisonnant de pelouses bien entretenues, de muscle cars, de vérandas affaissées et de meubles de jardin.

© Joseph Szabo

Né en 1944 à Toledo, dans l’Ohio, Szabo est à peine plus âgé que les baby-boomers dont le style de vie est devenu le reflet de la culture américaine au cours des sept dernières décennies. Après avoir obtenu sa maîtrise en beaux-arts au Pratt Institute de Brooklyn, Szabo a enseigné la photographie au lycée Malverne de Long Island de 1972 à 1999. Illustrant la vie de ses étudiants, il a réalisé un portrait fascinant de l’amour, l’angoisse, l'aventure et la rébellion chez les adolescents, à travers des monographies acclamées par la critique, notamment Teenage, Jones Beach, Lifeguard, Almost Grown et Rolling Stone Fans.

« On tente de capturer la vie lorsque le moment nous parle. Il est fugace – c’est là, un instant, puis cela s’en va », confie Szabo dans The Joseph Szabo Project, un film documentaire de 2011 qui explore, de son point de vue, la vie de banlieue dans les années 1970.

Greenwich, Conn. 1975 © Joseph Szabo

 

© Joseph Szabo

L'âge d'or des banlieues

Avec Hometown, Szabo privilégie le paysage lui-même, mettant en vedette les rues, les maisons, les cours, les voitures et les magasins. Ici, Szabo rassemble des photographies réalisées entre 1973 et 1980, notamment à Long Island, dans le nord de l'Ohio et à Martha’s Vineyard ; elles montrent une banlieue idyllique, à l’abri de la routine et de l’agitation du travail hebdomadaire.

Les photographies lyriques de Szabo nous reconduisent à une époque plus simple, un monde où les enfants jouent au baseball dans l’herbe verte sous un ciel bleu clair, tandis que passe à vélo, une grosse pile de journaux sous le bras, le livreur qui gagne sa vie en informant les gens. Des voitures de toutes sortes sont garées devant les entrées tandis que, dans les arrière-cours, l’on a suspendu le linge à des cordes et hissé à terre le bateau, pour la saison où l’on ne s’en sert pas.

© Joseph Szabo

La nostalgie est palpable, tendre et douce, comme une légère odeur de tarte aux pommes venant de la fenêtre de la cuisine, sur le rebord de laquelle elle refroidit. Malgré l’avertissement de l’écrivain Thomas Wolfe dans le titre de son roman, « On ne peut pas rentrer chez soi » (You can’t go home again), vous voudrez peut-être croire, en regardant les photographies de Szabo, que cette Amérique existe toujours - si tant est qu’elle ait jamais existé. C'est en cela, peut-être, que réside la beauté de ces images : elles font garder l'espoir et la foi en un âge d’or futur, aussi amical qu’est le souvenir.

Couverture: © Joseph Szabo

Par Miss Rosen

Miss Rosen est auteur. Basée à New York, elle écrit à propos de l'art, la photographie et la culture. Son travail a été publié dans des livres, des magazines et sur des sites Web, notamment Time, Vogue, Artsy, Aperture, Dazed et Vice.


 

Joseph Szabo: Hometown
Publié chez Damiani
40€

https://www.damianieditore.com/en-US/product/781

 

Article précédent Article suivant