{


Récit au long court d’un projet photographique peu banal, A Sensitive Education de Francesca Todde prend la forme d’une immersion dans le quotidien de Tristan, un éducateur d’oiseaux. Publié en janvier par la maison milanaise Départ Pour l’Image, cette édition confidentielle a tout d’une excellente découverte, et d’un très beau livre photo. 


© Francesca Todde

« What kind of bird are you? », c’est avec cette question énigmatique que s’initie la passion amoureuse des héros enfantins du film de Wes Anderson Moonrise Kingdom. Interrogation aussi symbolique que poétique, c’est aussi celle qui traverse l’esprit et se prolonge à la lecture du livre de Francesca Todde, A Sensitive Education. Ce petit livre coloré sonne l’aboutissement d’un projet photographique mené sur trois ans et ponctué de multiples rencontres entre Francesca, Tristan et ses oiseaux. Tristan apprivoise, « éduque » ses oiseaux pour leur participation à différentes activités humaines : théâtre, cinéma documentaire ou encore thérapie en faveur de prisonniers. Son travail se tisse dans la communication qu’il « crée entre ces deux mondes », dans le rapport d’altérité qu’il instaure entre l’homme et l’animal.


© Francesca Todde

Une fascination sensible

Photographe et éditrice italienne, Francesca Todde parle de sa fascination pour les oiseaux comme d’un « premier amour dans le champ des comportements animaux depuis [ses] lectures sur les choucas de Konrad Lorenz » (célèbre biologiste et zoologiste). Quand elle rencontre Tristan dans le cadre d’une tournée à Avignon, elle y voit l’occasion d’approfondir une enquête photographique déjà initiée sur la relation entre animaux et humains. Le résultat qu’en donne le livre va bien au-delà de la documentation : récit d’une expérience sensitive, il conte un univers naturel, presque secret, où chaque geste se déploie dans un temps dilaté. À la découverte de ce monde, Francesca Todde nous confie qu’elle voulait « raconter quelque chose d’invisible pour les yeux, (…) les traces des manifestations intérieures (…). »

Cette intériorité reflétée se décèle dans bien des images, et s’intensifie grâce au rythme du livre. Bien au-delà du reportage animalier, c’est dans ce que les photos dévoilent du rapport patiemment construit entre l’homme et l’oiseau - éducateur ou photographe - que les images de Francesca Todde sont saisissantes. La photographe parvient ainsi à représenter toute la subtilité d’une relation muette, d’un dialogue sans paroles niché dans un interstice visuel extrêmement ténu.


© Francesca Todde

Mots d’oiseaux

C’est en s’accordant un temps photographique sans limite que Francesca Todde a pu « observer et photographier une relation extraordinaire, sans devoir la mettre en scène ». Au fil des pages, dont l’alternance est rythmée par des aplats de couleurs, les bribes d’un langage patient, pudique, se reconstituent entre Tristan et ses compagnons de vie, tour à tour portraiturés, saisis en vol ou signifiés par une succession d’indices qui les caractérisent. L’accès à un monde préservé, bienveillant, nous est alors offert, et, comme dans une chasse au trésor, on y cherche la clé d’une telle osmose, d’un tel équilibre.

La quête se fait plus précieuse encore à la découverte des petits cahiers de pages plus courtes et colorées, comme patinées par le temps juste de la nature. Initialement, la forme du livre a tout du carnet de bord. Mais plus la suspension opère, plus la pudeur des sentiments caresse l’œil comme les plumes d’un duvet, et fait songer à un journal intime composé au plus près des oiseaux, dans la chaleur du nid.


© Francesca Todde

 


© Francesca Todde

 


© Francesca Todde

 


© Francesca Todde

 

Par Anne Laurens

A Sensitive Education, par Francesca Todde

Départ Pour l’Image, janvier 2020

14,8 x 21 cm, 35€

Article précédent Article suivant