{


L’éditeur allemand Steidl publie ce mois ci un livre exceptionnel sur la carrière de la photographe américaine Mary Ellen Mark. Durant 60 ans, elle s’est activé à mettre en lumière la richesse de nos cultures et leur diversité.

« Je n’ai eu ni une vie ni une enfance heureuse, alors je pense que cela m’a donné un sentiment de justice et de passion pour les gens qui n’ont pas la même chance que certains », disait Mary Ellen Mark. « Je pense qu’il était important pour moi d’être libre et de parcourir le monde, sans famille. Je n’ai pas d’enfants. »

Crissy, Jesse, Linda, 152 et Dean Damm dans leur voiture. Los Angeles, 1987 © Mary Ellen Mark Foundation

L’empathie, l’humanité, la vision pure et l’engagement de Mary Ellen Mark envers ceux qu’elle a photographiés et leurs histoires distinguent ainsi à la fois son travail et sa voix de photographe. Tout dans son travail est personnel, intime, tout en parlant de vérités plus larges: l'altérité, la pauvreté et la classe sociale. Sans jugement.

Mère Teresa nourrissant un homme. Kolkata, Inde, 1980 © Mary Ellen Mark Foundation

Conçu et édité par le réalisateur Martin Bell, mari et collaborateur de Mary Ellen Mark pendant 30 ans, The Book of Everything (« Le Livre de Tout ») célèbre avec plus de 600 images et textes divers, la vie, l’œuvre et le regard de Mary Ellen Mark. De 1963 à sa mort en 2015, la photographe brièvement passée par la prestigieuse agence Magnum en 1977, a raconté les histoires brillantes, intimes et provocantes de personnages qu’elle a rencontrés et avec lesquels elle s’est liée d’amitié – souvent à perpétuité. Des reportages publiés dans les plus grands magazines tels que LIFE, New York Time Magazine, The New Yorker, Vanity Fair. 

Pour ce livre complet de 880 pages, l’éditeur a sélectionné des images parmi les milliers de planches contact, dans une archive de plus de deux millions d’images au total… On y retrouve des icônes de la photographie documentaire, ses préférées désormais emblématiques, des photographies publiées une fois et perdues de vue, ainsi que plusieurs inédites.

Laurie dans la baignoire de la salle 81, Oregon State Hospital. 182 Salem, Oregon, 1976 © Mary Ellen Mark Foundation

Outre les images de Mark réalisées dans des circonstances fascinantes et souvent tragiques, The Book of Everything regorge de souvenirs: proches, amis, collègues… et des propres pensées de Mary Ellen Mark, qui révèlent ses doutes, son insécurité, ses idées sur les individus et les sujets qu’elle dépeint, ainsi que les défis de l’industrie de la photographie.

« Je pense que si vous ne venez pas d’une maison heureuse, vous ne voulez peut-être pas vous attacher. J’ai toujours voulu être totalement libre. Même dès mes sept ans, huit ans, je me souviens que je rentrais de l’école primaire en pensant: Quand vais-je sortir d’ici? Je dois être libre. Donc la liberté a toujours été une pensée majeure pour moi, un projet majeur. »

Brooke et Billy au bal de la Gibbs Senior High School. St. Petersburg, Floride, 1986 © Mary Ellen Mark Foundation
Couverture: Amanda et sa cousine cousin Amy. Valdese, Caroline du Nord, 1990 © Mary Ellen Mark Foundation

Mary Ellen Mark: The Book of Everything

Editions Steidl

295,00 $ US / 300,00 €

https://steidl.de/

Article précédent Article suivant