{


Le photographe français Éloi Ficat a photographié des populations Maasaï et leur environnement. De magnifiques images réalisées durant les deux dernières années.

De la série Terres Perdues © Éloi Ficat

Dominée par le volcan Ol Donyo Lengaï, « la montagne des Dieux », cette région reculée de la Tanzanie est habitée par quelques populations Maasaï qui vivent du bétail qu’elles élèvent et dont elles se nourrissent. Depuis des siècles ces familles apprivoisent leur environnement difficile en s’y fondant presque.

À travers les yeux de la famille Lendiito je découvre que la belle harmonie de ce peuple semble aujourd’hui menacée.
Leur mode de vie autrefois nomade a dû alors s’adapter et se sédentariser, faute d’espace et de territoires. © Éloi Ficat

 

Magnifique, énigmatique, incertain, le volcan Ol Donyo Lengaï se dresse à quelques pas de la famille Lendiito.
Un gardien qui veille sur son peuple mais également une menace, il peut se réveiller à tout moment. © Éloi Ficat

Une belle harmonie créée il y a bien longtemps et aujourd’hui en danger. Une harmonie qui ne sera peut-être bientôt plus qu’un souvenir. Dans ces paysages brumeux et vastes se dégage alors une certaine nostalgie de l’espace sauvage et de la délicate union entre l’homme et la nature.

Leurs anciens territoires sont désormais sous le joug de l’économie touristique où il est impossible pour eux d’y accéder.
En 2006 plus de 60 000 Massaï vivant dans le Ngorongoro, ont été forcés d’évacuer ces terres, leur présence étant jugée préjudiciable à la vie sauvage et aux paysages naturels. ​​​​En revanche les touristes, par le biais de safaris, peuvent profiter de cette réserve unique. © Éloi Ficat

 

Le lac Natron, à proximité du village, contient de l’eau recelant de grandes quantités de sel et bicarbonate de soude. Par conséquent le moindre contact avec l’eau peut s’avérer dangereux, aussi bien pour les humains que pour les animaux.
Seul les flamands roses ont un organisme particulièrement adapté à cet environnement extrême. Ils apparaissent comme des étranges figures spectrales. © Éloi Ficat

Ces images sont issues de la série Terre Perdue du jeune photographe de 26 ans Éloi Ficat, un passionné de voyages, qui est aussi chef opérateur et coloriste dans l’audiovisuel et dont les séries Luminary, Outrenoir et Éclat ont été remarquées, notamment au Vincennes Image Festival et par sa galerie OΔK.

La tête haute, le port altier, Meliara revendique un esprit d’indépendance sauvegardé, symbole d’une liberté dont la flamme brûle encore. Ce guerrier Massaï suit les pas de ses ancêtres. © Éloi Ficat

Ici, entre savane, grands lacs et volcans majestueux, les peuples Maasaï doivent se battre contre la sécheresse, le manque de nourriture, la perte de leur territoire au profits des touristes et de la création de Parcs Nationaux dans lesquels leur entrée est interdite, ainsi que la vente de leurs meilleurs pâturages par le gouvernement à des fermiers européens. 

De la série Terres Perdues © Éloi Ficat

C’est cette perte de l’espace, ce vide et le silence de ces populations impuissantes et négligées qu’Éloi Ficat a voulu traduire visuellement dans des décors mélancoliques et poétiques où l’homme disparaît peu à peu malgré son désir de vivre et d’exister. Défait de son territoire, le peuple Maasaï voit ainsi lentement mourir ses ancêtres et ses traditions. 

Le jour vient de se lever dans ce désert de cendres noires issues du volcan Ol Donyo Lengaï, révélant ainsi les silhouettes des girafes. © Éloi Ficat

 

Plus d’images d’Éloi Ficat ici.

Article précédent Article suivant