Témoin historique de la chute des régimes communistes en Europe, le photographe Fabio Ponzio publie un ensemble de photographies de ses vingt-deux années passées à l’Est.

Fabio Ponzio, Roumanie, 1998 © Fabio Ponzio

Le photographe Fabio Ponzio, né en 1959 à Milan, a voyagé durant vingt-deux ans à travers l’Europe centrale, orientale et le Caucase. Las de son travail de photographe free-lance où il couvrait les actualités en Italie pour la presse nationale et internationale, il décide en 1987 de tout plaquer et de revenir à sa conception initiale de la photographie : photographier en passant « la nuit sur le bord d’une route, se réveiller dans un endroit inconnu aux premières lueurs de l’aube ». Il voulait retrouver « ce qui constitue l’essence du regard, l’effort physique induit par la marche, la joie de composer des images et le bonheur d’être libre », écrit-il dans À l’est de nulle part, le livre qu’il publie aux éditions Actes Sud.

Ponzio choisit comme destination de départ Istanbul, une ville qu’il avait déjà visitée à l’âge de quatorze ans. « Je n’ai que de très vagues souvenirs de ce voyage, mais je me rappelle clairement l’intensité que cette ville frontière, sensuelle et inconnue, a fait naître en moi. Pour la première fois, j’ai entrevu ce que, des années plus tard, j’en viendrais à considérer comme  “l’inconscient européen” - l’âme profonde et obscure de l’Europe. » Quand le photographe se lance dans son odyssée, le mur de Berlin n’est pas encore tombé. L’Europe est encore divisée en deux. D’Istanbul, Ponzio se rend en Pologne et découvre au fil de son voyage les magasins vides, les files d’attente pour acheter les produits de première nécessité et un pays sur le point de s’écrouler. Ponzio est le témoin d’un bouleversement historique, il assiste à la chute d’un monde et le début d’un autre.

Fabio Ponzio, Roumanie, 2001 © Fabio Ponzio
Fabio Ponzio, Tchécoslovaquie, 1992 © Fabio Ponzio

Il voyage en voiture, transportant avec lui un sac de couchage, une tente, un réchaud à gaz, un Leica, trois Nikon et cent rouleaux de pellicule. Sa vie n’est pas de tout repos. « J’ai dû surmonter un grand nombre de difficultés au cours de cette période (…) J’ai souvent ressenti un profond sentiment d’échec, même si celui-ci m’a donné ensuite, de manière inattendue, l'énergie nécessaire pour poursuivre mes voyages. J’ai commencé à assimiler mes défaites personnelles avec celles des habitants des pays de l’Est, et en conséquence, à les considérer comme ma famille. »  

À l’est de nulle part propose un voyage en noir et blanc à travers, entre autres, la Russie, la Roumanie, l’Arménie, la Yougoslavie, la République Tchèque où le photographe retourne inlassablement dans les villages et les villes, et se rend dans des contrées inconnues. « Un jour », raconte-t-il, « dans une maison isolée des montagnes albanaises, on m’apprit que les derniers étrangers à être passés par le village avaient été deux soldats italiens en fuite après l’armistice du 8 septembre 1943. »

Fabio Ponzio, Roumanie, 1992 © Fabio Ponzio
Fabio Ponzio, Russie, 1995 © Fabio Ponzio

Fabio Ponzio photographie aussi bien la circoncision d’un enfant que des amis qui trinquent, la découverte d’un cadavre que des siestes en famille. Rien ne lui échappe, ni même les détails à l’intérieur des demeures où on l’accueille. La complexité de ses compositions offre un regard poétique sur ce monde oppressé, où l’adversité règne, mais que le photographe cherche à sublimer. Ainsi a t-il voulu redonner dans ses images une dignité aux personnes rencontrées, « le peuple de l’Est, qui m’a appris à me poser et à observer, m’a appris à lever la tête pour voir le ciel ». Lui qui espère avec ce livre rendre à ces hommes et ces femmes tout ce qu’ils lui ont appris a réussi. On pensait ce peuple opprimé. Il apparaît plein de vie.
 


Par Sabyl Ghoussoub

Né à Paris en 1988 dans une famille libanaise, Sabyl Ghoussoub est un écrivain, chroniqueur et commissaire d'exposition. Son deuxième roman Beyrouth entre parenthèses est sorti aux éditions de l'Antilope en août 2020.

 

A l'est de nulle part, Fabio Ponzio
Actes Sud, Beaux Arts
Format 23 x 29 cm
158 pages - 39 €
Livre disponible ici.

Fabio Ponzio, Albania, 1993 © Fabio Ponzio
Fabio Ponzio, Romania, 1992 © Fabio Ponzio

 


Lire aussi : Le dernier grand trésor photographique de la guerre civile espagnole
 

 

Article précédent Article suivant