Retour sur 75 ans de photographie à Paris avec l’exposition « La ville s’éveille » présentée à la galerie Durev.

Didier Fontan, Ligne de fuite au lever du soleil © Didier Fontan

17 mars 2020, Paris s’endort. Face à l’épidémie du Covid, le gouvernement français met en place un « confinement national ». Les cafés, les galeries ou encore les cinémas ferment. Paris se vide et se transforme en ville-fantôme. Plus d’un an après, la vie reprend petit à petit ses droits et pour célébrer ce moment particulier, la galerie Durev en partenariat avec le Studio de la Galerie Artismagna a organisé une exposition intitulée « La ville s’éveille ».

Aperçu de 75 ans de photographie à Paris, l'événement nous invite à revenir sur différentes périodes de la ville à travers le regard de cinq photographes historiques et trois contemporains. On retrouve, entre autres, les scènes de vie prises dans les années trente par Robert Schall qui a notamment ensuite couvert la montée du nazisme ou encore celles de Pierre Boulat, seul photographe français du magazine Life, qui arpentait la ville au quotidien.

Tous les jours, Boulat voyait, pensait, parlait et écrivait photographie et sa grande liberté était de photographier ce qu’il aimait. Un autre « grand », William Klein, est aussi exposé dont les images ne nous lassent jamais tant par les contrastes de couleurs, les sujets, le grain et la méthode de tirages inhabituels que le photographe emploie et qui mettent en valeur de manière saisissante ses prises de vue.

Didier Fontan, La chapelle en feu © Didier Fontan

Trois photographes contemporains (Didier Fontan, Cliff Chan et Nicholas Simenon) sont également présentés. Chacun à sa façon s’approprie la ville. De l’intérêt pour les formes géométriques de Nicholas Simenon qui, à travers ses compositions, montre la solitude et l’isolement ; aux photographies du métro parisien de Didier Fontan qui explore depuis des années dans des projets au long cours différents lieux de la capitale (le Père Lachaise, la Petite ceinture, Paris-Plage..) ; jusqu’aux images à l’âme très cinématographique de Cliff Chan qui composent un journal intime ininterrompu, c’est un regard nouveau sur la ville qui nous est donné à voir.

Paris n’a jamais cessé de faire rêver le monde et les photographes ne sont pas étrangers à ce rêve. La capitale les a toujours inspirés et les inspire encore, cette exposition en témoigne. William Klein qui a choisi Paris comme domicile et l’a capturé pendant plus de quarante ans, disait : « Ici, pour un oui ou pour non, et souvent pour un non d’ailleurs, les gens sortent. La ville est à eux. ». C’est cette liberté qui attire des photographes de tous les horizons. Ils y trouvent un terrain de jeu inépuisé et inépuisable.

 

Par Ben Small

Ben Small est un journaliste et photographe partageant sa vie entre Paris et New York. Son travail a été publié dans Le Figaro, Le Monde, The New York Times, Vice et Paris Match, entre autres.

 

« La ville s’éveille » (Roger Schall, Pierre Boulat, Alexandra Boulat, Cliff Chan, William Klein, Georges Martin, Didier Fontan, Nicholas Simenon), du 10 juin au 2 juillet 2021 à la Galerie Durev (56 Boulevard de la Tour-Maubourg, Paris 7), en partenariat avec le Studio de la Galerie Artismagna.

 

Nicholas Simenon, Crosspath © Nicholas Simenon
Nicholas Simenon, Liir © Nicholas Simenon
Nicholas Simenon, Triangle © Nicholas Simenon

 

Lire aussi : Regards croisés sur l’underground transatlantique

 

Article précédent Article suivant