Onzième édition, le Festival photographique qui se tient à Sète à partir de la fin du mois de mai présente une série de travaux documentaire. Panorama des artistes exposés.

La survie sensible de Miss Wish par Nina Berman

Une indicible détresse qui lui prend le visage, lui donne l’air d’un enfant égaré, balloté de lieu en lieu, sans attache, comme un bouchon danse au milieu d’un océan... Les portraits de Miss Wish par Nina Berman sont des bulles d’émotion qui racontent la misère d’un destin, la difficulté quotidienne de vivre quand on a été dans les mains d’un pouvoir opaque, d’un sombre système. Revenue d’un trafic sexuel et de la pédopornographie, Miss Wish est une survivante de la déchéance qui cherche un abri, des ailes pour la couvrir et l’apaiser. La photographe enregistre cette plainte vivante et son chemin douloureux vers la renaissance. Un portrait délicat que dresse à merveille Nina Berman dans des photographies douces et généreuses.


An Autobiography of Miss Wish  © Nina Berman / NOOR  

An Autobiography of Miss Wish  © Nina Berman / NOOR  

Les femmes d’honneur d’Adriana Lestido

Éblouissantes images, les photographies prises par Adriana Lestido résonnent longtemps en nous et dressent un visage gracieux des femmes d’aujourd’hui. La photographe s’intéresse à leurs conditions dans son pays natal, l’Argentine. Elle réalise un travail en noir et blanc subtil et élégant dans lequel elle s’attache à révéler les contours des figures, la forme des expressions. Chez elle, le portait est toujours brûlant, arraché à la réalité la plus sèche et la plus vive. Cris de douleur ou sourires, elle capte l’émotion des femmes de son pays dans des cadrages raffinés qui donne toute leur place aux corps.


Algunas chicas  © Adriana Lestido / Agence VU’  

Algunas chicas  © Adriana Lestido / Agence VU’  

Les bizarreries chinoises par Yan Ming

Angoissé à l’idée de voir son pays tomber dans un désert culturel, le photographe traque des situations cocasses, des scènes étranges, des théâtres amusants pour mieux révéler les transformations à l’œuvre en Chine. Il est inquiet des mutations et il espère éveiller les consciences à travers ce travail photographique. Originaire de la province d’Anhui, Yan Ming est aujourd’hui installé à Guangzhou, là où il s’adonne à sa passion de rendre le monde chinois en photographie. Absurdité, incohérence, paradoxe vivant... Nombreuses sont les voies qu’emprunte le photographe pour alerter sur le danger que court la culture en Chine et les moyens qui existent pour la conserver.


Country of ambition  © Yan Ming 

Country of ambition  © Yan Ming 

Bienvenue en Alaska par Ronan Guillou

Une terre désolée, parfois recouverte de neige, parfois investie par un torrent boueux... Au loin, les montagnes... C’est en Alaska que le photographe français Ronan Guillou s’est rendu et dont il brosse fidèlement le portrait. Ici c’est une petite cahute que des torrents de neige ont étouffée, ici c’est une peau d’ours blanc qui sèche comme un linge sur un fil, là c’est la figure abimée d’un travailleur qui vient boire un litre de bière dans un pub... Cette très belle série intitulée « La mort aussi bruyante que la vie » donne un aperçu sincère de la vie dans ce coin du monde.


La mort aussi bruyante que la vie  © Ronan Guillou 

La mort aussi bruyante que la vie  © Ronan Guillou 

Sur les rives du Tigre et de l’Euphrate par Mathias Depardon

Territoires mythiques en Irak, les marais au sud du pays sont aujourd’hui menacés de disparition, non seulement à cause du réchauffement climatique, mais aussi parce que le gouvernement irakien gère mal la situation. C’est cette zone qu’est parti explorer Mathias Depardon. Le photographe donne à voir les lieux et les habitants dans des clichés extrêmement bien composés où nous pouvons lire la vie des gens et leur histoire. Une promenade visuelle parsemée d’une délicate attention aux êtres et aux choses.


Gold rivers - Irak  © Mathias Depardon / Institute 

Gold rivers - Irak  © Mathias Depardon / Institute 

Par Jean-Baptiste Gauvin

 

ImageSingulières 11 ème rendez-vous de la photographie documentaire

Du 29 mai au 16 juin 2019

Sète (34200)

Article précédent Article suivant
À lire