Pour mieux souffler ses bougies et passer le cap de la cinquantaine, les Rencontres de la photographie d’Arles consacrent une exposition à leur anniversaire. Rendez-vous à l’église des Trinitaires pour « Toute une histoire ! ». 

C’est l’échange de trois créateurs qui donnera naissance aux Rencontres de la photographie d’Arles il y a tout juste cinquante ans. L’historien Jean-Maurice Rouquette, l’écrivain Michel Tournier et le photographe Lucien Clergue vont inventer cet événement qui prendra une ampleur surprenante jusqu’à devenir un rendez-vous incontournable de la photographie dans le monde. L’exposition « Toute une histoire! » documente très bien cette ligne ascendante. On découvre des photographies d’archives prises par des petites mains du Festival qui donnent à voir l’ambiance des débuts. On tombe sur une rediffusion du journal télévisé du 7 juillet 1981 à 13h : premier direct réalisé depuis les Rencontres d’Arles. On peut lire un article signé Michel Tournier où il défend l’usage de la couleur dans la photographie, qui était encore rare à cette époque. 


Harry Gruyaert, Madame la Présidente, 2007. Photographie de la collection des Rencontres d’Arles, reproduite dans l’ouvrage publié pour la 50e édition des Rencontres d’Arles aux Éditions La Martinière.

Traces délicates 

Mais c’est surtout l’imposante collection des Rencontres d’Arles qui fait la force de cette exposition. Dès l’entrée, nous sommes mis nez à nez avec la sublime Tulipe noire de Denis Brihat. Un peu plus loin surgit l’Arlequin de Lucien Clergue tandis qu’Édouard Boubat nous montre une femme magnifique au Mexique. Martine Franck, Bernard Plossu, Robert Doisneau font partie des photographes exposés au même titre que des artistes plus récents tels Michael Wolf, François Halard, Mathieu Pernot. Cette rétrospective n’a pas pu retracer les 1.234 expositions qui ont eu lieu depuis le commencement du Festival, mais elle en a sélectionné des traces délicates qui sont disposées ici ou là. En revanche, un mur permet de voir l’ensemble des affiches réalisées pour les Rencontres d’Arles et on peut noter leur incroyable pluralité : celles-ci sont sobres et extrêmement classiques, celles-ci débordent de couleurs et ont de drôles de dessins. Une pluralité fidèle à l’esprit du Festival qui a vu passer pas moins de 26 directrices et directeurs artistiques. 


Denis Brihat, Tulipe noire, 1980. Photographie de la collection des Rencontres d’Arles, reproduite dans l’ouvrage publié pour la 50e édition des Rencontres d’Arles aux Éditions La Martinière

Par Jean-Baptiste Gauvin 

Toute une histoire ! Arles a 50 ans, la collection des Rencontres

Du 1er juillet au 22 septembre 2019

Église des Trinitaires Arles 

Article précédent Article suivant
À lire