Le photographe allemand s’est éteint à l’âge de 74 ans le mardi 3 septembre 2019. Il était connu pour ses clichés en noir et blanc de célébrités et mannequins. 

Il avait récemment exposé ses images à la Fondation Giacometti à Paris. Le photographe admirait l’artiste et avait réalisé une série de clichés qui se mêlaient à l’œuvre du sculpteur, qui célébraient la patience et la rigueur du travail de créateur. Créateur, il l’était, pour avoir révolutionné en partie la photographie de mode et lui avoir apporté une touche de grâce, de noblesse, qui était présente dans la façon délicate qu’il eût de réaliser des portraits de personnalités comme Catherine Deneuve, Cindy Crawford ou Noami Campbell ainsi que des mannequins aux silhouettes fines et virevoltantes. 


Peter Lindbergh au Studio Pin-Up, Paris, 1992 © Claude Iverné / Elnour

Né en 1944 à Lissa en Pologne, Peter Lindbergh a grandi à Duisbourg, en Rhénanie du Nord en Allemagne. Il a fait des études à l’Académie des arts de Berlin dans les années 1960 avant de partir à Arles sur les traces du peintre Vincent Van Gogh. Là, il percevra la lumière de la Provence, si parlante pour les photographes. Il fera ensuite des études d’art conceptuel avant de s’installer à Düsseldorf et de devenir l’assistant du photographe Hans Lux. Plus tard, il rejoindra le magazine allemand Stern et publiera aux côtés de photographes de renoms comme Guy Bourdin ou Helmut Newton. En 1978, il part s’installer à Paris, capitale de la mode où il poursuit sa carrière. Il travaillera avec les plus grands magazines de mode. 

Dernièrement, en plus de l’exposition à la Fondation Giacometti à Paris, Peter Lindbergh venait de participer à l’édition britannique du magazine Vogue du mois de septembre. Une dernière occasion de photographier des femmes d’influences comme il aimait tant le faire, la jeune activiste suédoise Greta Thunberg ou l’actrice Salma Hayek. 


Peter Lindbergh à la Fondation Giacometti © Fondation Giacometti

Par Jean-Baptiste Gauvin




 

Article précédent Article suivant
À lire