Loop


Dans In God We Trust, le photographe Cyril Abad explore les excentricités de la foi aux États-Unis. Un reportage drôle et mordant qui offre une petite bouffée d’oxygène dans ce festival majoritairement consacré à l’actualité brûlante. 


Depuis qu’il a pris sa retraite d’employé de l’État de Virginie, Bill Malbon, qui officiait déjà en tant que pasteur depuis 1992, a eu l’idée en 2005 de construire une église mobile. Il voyage ainsi avec sa petite chapelle dans les villes et les campagnes de Virginie pour proposer des mariages originaux à bas prix.
© Cyril Abad / Hans Lucas

Dès les premières lignes du texte qui accompagne l’exposition, on nous le rappelle : lors de son élection, Donald Trump a recueilli 80% des voix des évangéliques blancs. Dans cette Bible belt, à l’écart des grandes villes et de l’intelligentsia, la religion est centrale, mais surtout multiple. Si la plupart des Américains se déclarent chrétiens, nombreuses sont les Églises qui ne dépendent d’aucune obédience classique et chacune rivalise d’originalité pour attirer les fidèles. En partant à la rencontre de ces communautés, Cyril Abad a croisé la route de croyants pas tout à fait comme les autres. 

Pasteur-nomade

“Thank you for not clothing” (Merci de ne pas vous habiller). Le message est clair dans cette première image qui ouvre l’exposition. Dans cette petite communauté à moins de deux heures de Richmond (Virginie), on se présente dans son plus simple appareil pour célébrer la parole de Dieu. Nombreux sont les pasteurs qui ont su faire preuve de créativité pour rassembler leurs brebis égarées à l’heure où les églises se vident. Pour parer à cela, l'Église des disciples du Christ en Floride propose depuis 63 ans une messe à l’emplacement d’un ancien cinéma en plein air. En lieu et place du grand écran, le pasteur et un pain de messe surdimensionné, visible des paroissiens confortablement installés dans leur voiture climatisée. 

Moderne, l’Église se veut aussi mobile comme l’a compris cet ancien cycliste professionnel qui sillonne le Maryland sur son Cross-Bike à néons (« vélo-croix ») et qui confie au photographe vouloir prêcher la bonne parole auprès des jeunes fêtards ou comme ce pasteur-nomade qui officie dans sa chapelle à roulette. 


Au milieu d’une forêt de Virginie, une petite communauté a décidé il y a près de 30 ans de vivre loin des contingences matérielles, toute nue. Les pratiquants ont exprimé le désir de pouvoir vivre leur foi selon ces principes. Chaque week-end, deux pasteurs officiant par ailleurs de manière conventionnelle se relaient pour un sermon dans le plus simple appareil.
© Cyril Abad / Hans Lucas

Résurrection

Assister à la Passion du Christ ou se balader dans l’Arche de Noé, c’est désormais possible grâce à ces parcs d’attractions 100% bibliques qui fleurissent un peu partout aux États-Unis. «L’offre religieuse protestante se réinvente en adoptant les codes du libéralisme» explique le photographe qui immortalise la foule contemplant la crucifixion du Christ au pied d’une colline en carton-pâte ou cette Arche de Noé monumentale, nouveau temple du créationnisme. Une starification de la Bible qui séduit les foules, mais qui inquiète également les associations de protection de l’enfance qui attaquent régulièrement en justice le parc créationniste. En attendant, les fidèles affluent et pose fièrement aux côtés d’un Jésus, méticuleusement choisi et aux gestes étudiés, devant l’objectif de Cyril Abad. 


John vit à Berlin, dans le Maryland. Fervent croyant, employé à la mairie d’Ocean City, c’est aussi un ancien cycliste professionnel. Le soir après sa journée de travail, il monte sur son drôle de vélo, le « Cross Bike », et part à la rencontre des jeunes dans les rues d’Ocean City durant le Spring Break pour les mettre en garde contre les dangers de l’alcool.
© Cyril Abad / Hans Lucas

 

Par Coline Olsina

 

Cyril Abad, "In God We Trust"

Du 31 août au 15 septembre 2019 

Couvent des Minimes, 12 Rue Louis Bausil, 66000 Perpignan

Article précédent Article suivant
À lire