Loop


Pour inaugurer sa première carte blanche à un artiste étranger, la MEP (Maison Européenne de la Photographie) a confié ses cimaises à l’artiste anglo-marocain Hassan Hajjaj. Une rétrospective colorée et décalée qui interroge le mélange des cultures et explore le métissage photographique.


Time Out, De la série « Vogue : The Arab Issue » © Hassan Hajjaj, 2007/1428

Face à l’objectif, elles trônent fièrement devant la devanture d’une boutique de luxe. Elles ? Ce sont ces trois femmes voilées qui nous défient du regard l’air de dire que c’est leur territoire. Chic et choc, cette image à l’entrée de l’exposition donne le ton : Hassan Hajjaj va à rebours des préjugés et dévoile l’envers du Maroc des cartes postales.

Gang de femmes

Dans la médina d’Hassan Hajjaj, les femmes font la loi. Postées au coin d’une ruelle ou regroupées en sentinelle dans leur treillis militaire, les femmes d’Hajjaj sont puissantes et insoumises. Leur voile quasi-intégrale, qui ne laisse voir que leurs yeux malicieux, est ici signe d’indépendance, de caractère voir de révolte. Il provoque et c’est là toute l’audace du photographe arrivé à Londres à l’âge de treize ans (en 1974) et dont la double culture nourrit sans cesse ses images. Parlant mal anglais, il décroche très vite du système scolaire et fait le choix des chemins de traverse. Ceux loin des dogmes et des doctrines. Électron libre, il se lance dans la musique, la mode et rapidement dans la photographie. En autodidacte, toujours.


Kesh Angels, De la série « Kesh Angels » © Hassan Hajjaj, 2010/1431

La photographie va lui permettre d’explorer le paradoxe d’être un musulman en Europe et un européen au Maghreb. La femme, symbole de liberté pour les uns et de soumission pour les autres, constitue un terrain fertile pour le jeune créateur. Véritable fil conducteur de ses séries, la femme musulmane lui permet d’exprimer pleinement cette double identité. Dans sa série Kesh Angels, on les voit ainsi au volant d’une moto dans les rues de Marrakech. « Ici je voulais jouer sur le contraste détonnant, d’un point de vue occidental, que représente une femme voilée chevauchant une moto » explique l’artiste. Des anges tombées du camion aux couleurs éclatantes et à l’irrévérence irrésistible.


The Wild One, De la série « Kesh Angels » © Hassan Hajjaj, 2010/1431

Pop et populaire

Très jeune attiré par la mode, Hassan Hajjaj se met rapidement à côtoyer l’univers du luxe et de l’art, découvrant une fois de plus un monde éloigné de ses origines. Un jour qu’il assiste son ami styliste Andy Blake lors d’une séance de photos de mode à Marrakech, il confie : « Assis là, à ses côtés, j’ai soudain pris conscience que tous ces gens autour de moi (…) étaient européens et que le Maroc se résumait pour eux à une toile de fond. Ce constat m’a contrarié ». Il décide alors de célébrer le Maroc qu’il connaît : celui de ses proches, de son enfance, mais surtout celui loin des sentiers touristiques, le Maroc underground et moderne. Touche à tout, il crée lui-même les éléments de son Maroc fantasmé : des abayas aux motifs improbables, des babouches aux airs de Stan Smith ou encore des cadres incrustés de conserves de pois chiches. Un mélange des genres qui devient rapidement sa signature.

Sensible au décor, Hassan Hajjaj l’est aussi de l’envers. Il aime tout autant ce Maroc populaire, loin des strass et des artifices. À la MEP, il expose ainsi pour la première fois ses images documentaires. Captation d’un quotidien marocain, simple et authentique, à l’image de son auteur resté proche de ses racines.


Untitled, De la série « Handprints » © Hassan Hajjaj, 2000/1421

 


Kawkab Legs, De la série « Legs » © Hassan Hajjaj, 2015/1436

 


L.V. Posse, De la série « Vogue : The Arab Issue » © Hassan Hajjaj, 2000/1421

 


Malicious Look (HPP), De la série « Handpainted Portraits » © Hassan Hajjaj, 2000/1421

 

Par Coline Olsina

 

Maison Marocaine de la Photographie. Carte blanche à Hassan Hajjaj

Du 11 septembre au 17 novembre, 2019

La Maison Européenne de la Photographie, 5/7 Rue de Fourcy - 75004 Paris

Article précédent Article suivant