Loop


Le collectif Réflex engagés organise une vente aux enchères de photographies culinaires et une exposition associée pour lutter contre la faim. D’ici le 12 mars, vous pouvez acheter un cliché. Les bénéfices de la vente seront entièrement reversés à l’association Les Frigos solidaires qui combat le gaspillage alimentaire. Maud Argaïbi, photographe culinaire et fondatrice du collectif à l'initiative de la vente, a répondu à nos questions. 

D’où vous est venue l’idée d’organiser cette expo-vente  ? 

Cette expo-vente est née de notre frustration dans notre métier d’utiliser la nourriture à des fins publicitaires. Je suis photographe culinaire depuis dix ans, j’adore mon métier, mais il y a aussi le fait que nous utilisons de la nourriture uniquement pour vendre une image au milieu de l’agroalimentaire, à celui de la grande distribution. Nous avons beau adorer notre métier, il y a parfois du gaspillage alimentaire. Il y a pourtant des gens qui meurent de faim, des personnes qui ont des problèmes pour trouver de quoi manger… La première envie de cette expo-vente est donc d’utiliser notre métier pour dire que grâce à cette vente, nous allons agir pour lutter contre la faim et le gaspillage alimentaire. 

Vous allez donc reverser le bénéfice des ventes à l’association Les Frigos solidaires. Pouvez-vous nous présenter cette association ? 

Cette association aide les restaurateurs à mettre en place devant leur devanture un petit frigo qui est à destination de tout le quartier. Il est placé à l'extérieur des enseignes. On peut y mettre de la nourriture si on est un particulier ou un restaurateur pour éviter le gaspillage et cela permet donc de lutter contre la faim, c’est-à-dire que les familles qui en ont besoin, les familles monoparentales, les personnes sans domicile fixe, tout le monde, peuvent se servir gratuitement. C’est vraiment à disposition dans la rue, on n’a pas besoin d’entrer dans le restaurant. 


Champignon sur terre aride ©​​​ Maud Argaïbi

Une association locale, avec un impact visible 

Pourquoi avez-vous choisi cette association ? 

On souhaitait reverser l’argent à une association locale, avec un impact visible. Le but c’est notamment trouver de quoi acheter au moins un frigo. L’association dispose d’une cinquantaine de frigos partout en France. Beaucoup à Paris, mais aussi ailleurs, comme à Nancy ou en Corse par exemple. 

Cette expo-vente est aussi un moyen de mettre en avant la photographie culinaire. Vous estimez qu’elle doit être mieux connue ? 

Oui, tout à fait. Nous souhaitons que la photographie culinaire soit plus connue et reconnue. Aujourd’hui, la photographie culinaire est associée avant tout à Instagram. Nous n’en voyons pas dans les musées, il y en a très peu dans les festivals. Mon rêve c’est qu’elle ait le même statut que les autres styles de photographies. Parmi les personnes qui ont donné leurs photographies pour la vente, certaines ont vingt d’expériences dans le domaine et elles mériteraient d’être plus connues en tant qu’artistes. 


Chocolat © Alice Santini

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Gauvin

Pour voir et enchérir sur les photographies : https://reflexengages.fr/expo-vente/

 

Article précédent Article suivant