Loop


La pellicule photo est un élément majeur dans la pratique de la photographie argentique. C’est elle qui contient la gélatine photosensible qui capte la lumière sur laquelle apparaîtront vos images, elle qui sera développée en laboratoire pour ensuite tirer ses photos ou les numériser. Dans cet article, nous vous aidons à choisir votre pellicule via 5 étapes, en fonction du type, du développement et du rendu désiré.


Photo by Markus Spiske on Unsplash

Noir et blanc ou couleur ? 

Contrairement à la photographie numérique, qui permet aisément de basculer de la couleur au noir et blanc et inversement, en photographie argentique il s’agit d’effectuer son choix en amont. Ce choix est déterminant puisqu’il ne sera pas possible d’en changer avant d’avoir terminé toutes vos vues et ce jusqu’à la prochaine pellicule. Déterminer donc en premier lieu si vous souhaitez photographier en noir et blanc ou en couleur. Pour ceux qui souhaitent s’essayer immédiatement au développement maison, privilégiez le noir et blanc dont le traitement est beaucoup plus simple. 

Nombre de vues 

Si vous ne l’avez pas encore constaté, vous remarquerez que les pellicules sont généralement disponibles en 24 ou 36 vues. Il en existe également en 12 poses, mais elles sont plus rares aujourd’hui. À vous d’appréhender le nombre de vues que vous souhaitez réaliser. À titre personnel, je préfère toujours avoir plus de vues que pas assez, afin d’avoir un peu de marge en cas d’erreur d’exposition par exemple. Notez toutefois qu’avec une pellicule de 36 poses, le tirage de votre pellicule vous reviendra plus cher. Logique puisqu’il y a plus d’images.


Photo by James Lansbury on Unsplash

Négatif ou diapositive ?

La plupart des films vendus dans le commerce sont des films négatifs, mais il existe aussi des films positifs appelés plus couramment pellicules diapositives. Les films négatifs sont moins chers et leur traitement (C-41) plus simple. Les pellicules diapositives ont quant à elles un prix souvent deux fois supérieur et leur traitement (E6) est complexe et tout aussi onéreux. Beaucoup de laboratoires ne le pratiquent d’ailleurs plus. L'intérêt de la diapositive réside toutefois dans son rendu des couleurs spécifique et le fait d’avoir un aperçu immédiat de son image finale sur le film directement après le développement, ce qui n’est pas le cas avec un négatif. Si vous débutez, nous vous recommandons de commencer avec un film négatif classique.

Choisir la sensibilité ISO 

Le choix de la sensibilité ISO de votre pellicule est une autre étape importante à ne pas négliger. En règle générale, elle peut s’étendre de 25 à 3200 ISO. Comme en numérique, plus la sensibilité ISO est faible, moins la pellicule sera sensible à la lumière. Il faudra alors de très bonnes conditions lumineuses ou des réglages adaptés (vitesse lente et grande ouverture) pour obtenir des images correctement exposées. Si vous aimez photographier la nuit, privilégiez alors des sensibilités plus hautes. Notez toutefois que plus la sensibilité est élevée, plus le grain argentique sera visible. Il est cependant plus esthétique que le bruit numérique et peut-être un vrai parti pris. 


Photo by MARK S. on Unsplash

Différence de rendu entre les fabricants

Une fois que vous avez choisi entre la couleur ou le noir et blanc, déterminé le nombre de poses, sélectionné un négatif ou un positif et préférez une sensibilité ISO, il s’agit de choisir un fabricant. Kodak et Fujifilm sont les plus réputés pour la couleur, Ilford pour le noir et blanc, mais il existe encore et toujours d’autres fabricants tiers (Fomapan, Washi, Rollei, Revolog, Lomography, etc). Le choix du fabricant va avoir un impact sur le rendu de votre pellicule. Cela peut s’opérer au niveau du rendu des couleurs, d’une dominante globale plus chaude ou plus froide, du contraste, des tons foncés plus ou moins denses, etc. Sur internet, vous pouvez trouver différents tests qui analysent le rendu des pellicules. La préférence reste cependant très personnelle. Le mieux, c’est encore d’essayer plusieurs pellicules ou de vous en tenir à une marque si cette dernière vous convient.

Conclusion

Le choix d’une pellicule photo peut se faire totalement au hasard, mais en prenant le temps de sélectionner votre film en fonction de vos besoins, vous gagnerez un temps précieux et avez moins de chance d’être déçu.e. 5 étapes simples vous aideront donc à vous orienter vers la bonne pellicule : choisir d’opter pour le noir et blanc ou la couleur, déterminer le nombre de vues adapté à sa pratique, préférez un négatif ou une diapositive au traitement très différent, sélectionner la sensibilité ISO, déterminante selon le type de prise de vue et les conditions lumineuses, puis se décider parmi de nombreux fabricants au rendu varié. Choisir sa pellicule c’est penser en amont aux prises de vues que vous allez réaliser et c’est une première étape importante pour anticiper la photographie argentique. 


Photo by diana on Unsplash

 


Photo by Markus Spiske on Unsplash

 

Par Céline Nebor

Article précédent Article suivant