Le jeune photographe expérimente de nouvelles façons de faire de la photographie. Avec deux scanners, il livre une étonnante série où un chaos visuel s’empare d’un monde clôt. Un travail à voir à la Galerie Binôme à Paris.

#041, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

Ce sont des taches de peinture posées ici ou là, dans une sorte de danse que ferait le pinceau et qui donnerait un tourbillon coloré, différentes teintes associées dans une mêlasse éclatante. En se servant de deux scanners qu’il met l’un sur l’autre et sur les vitres desquels il étale des flots de peinture, Baptiste Rabichon explore l’aspect pictural de la photographie et interroge ses limites. Sa série qu’il a entamé à l’école du Fresnoy en 2014 est intitulée Chirales, d’après le principe de la « chiralité » qui consiste dans le fait qu’un composé chimique n’est pas superposable à son image dans un miroir. Ainsi, les tableaux de Baptiste Rabichon donnent l’illusion d’un envers et d’un endroit dans des dytiques savamment mis en scène, mais qui ne se superposent pas.

#001, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

Bizarrerie

Là est peut-être la feinte de l’artiste qui provoque en nous un remous alors que nous nous trouvons devant le résultat de ce geste étrange. Surtout, parce que les deux scanners s’embrassent, les images qui en résultent offrent un arrière-plan complexe où s’ajoutent plusieurs couches. Parfois c’est un doigt de Baptiste Rabichon qui traine sur la photographie et introduit une strate supplémentaire à l’ensemble de l’œuvre. Parfois c’est seulement la différence entre la peinture collée à la vitre et celle qui demeure sur l’autre versant du scanner. Parfois, une bizarrerie virtuelle échappe au procédé et vient étendre le domaine de la teinte dans des extrémités fluo et arc-en-ciel. Le tout donne un ensemble de flou coloré et augmente l’effet de vertige que nous pouvons sentir par la mise en abîme de l’arrière-plan, profondeur soudaine et surprenante qui nous attrape l’œil.

#029, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome 

#010, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome 

#045, série Chirales, 2014-19, courtesy Galerie Binome

 

Baptiste Rabichon « Chirales »

Du 8 février au 16 mars 2019

Galerie Binôme 19 Rue Charlemagne, 75004 Paris

Article précédent Article suivant
À lire