Loop


En faisant le portrait de femmes victimes de violences à travers le monde, le photographe offre un regard sans détour sur une face sombre de l’humanité. Une exposition et un livre témoignent de ce travail réalisé avec l’ONG Médecins du Monde. 


Sephora, RDC © Denis Rouvre / Médecins du Monde

« Ma vie est un tourment », dit une jeune femme que Denis Rouvre a rencontrée au Népal. Ces mots résument bien l’état d’esprit dans lequel se trouvent ces femmes qui ont accepté de témoigner à visage découvert. Toutes ont été victimes de violences. Violences conjugales, violences sociales, violences guerrières… En République Démocratique du Congo, le photographe croise la route de nombreuses femmes qui ont connu d’accablantes agressions, parfois des viols. Là-bas, il n’est pas rare que des soldats aient décimé toute une famille et qu’ils s’en soient pris aux rares survivantes. « On ne peut compter sur personne », affirme Marina, une jeune congolaise photographiée par Denis Rouvre. 


Elysée, République démocratique du Congo © Denis Rouvre / Médecins du Monde

Parias

Pendant plus d’un an, le photographe est allé aux quatre coins du monde pour documenter la blessure de ces femmes. En Inde, certaines insistent sur la difficulté de s’émanciper tandis qu’en Syrie d’autres relatent la crise qu’elles vivent depuis le début de la guerre. Des Philippines, il y a ces femmes qui sont exploitées dans des pays arabes, chez des familles riches qui les traitent comme des parias. En France, Denis Rouvre rencontre notamment Joe qui a été harcelée par un homme quand elle était enfant. « Même pas mal », dit-elle aujourd’hui, combattante, tout en avouant qu’il lui a fallu des années pour se remettre de cette plaie. 


Siham, Palestine © Denis Rouvre / Médecins du Monde

« Au centre de l’image »

Car en plus des images où ces femmes osent prendre la pose, il y a leurs mots recueillis par le photographe qui donnent de l’ampleur à son travail et révèlent la douleur qu’elles subissent. « Jamais je n’avais vu autant de cruauté sans filtre », confie Denis Rouvre et il ajoute : « au moment de l’interview, ces femmes se sont effondrées, la plupart se sont mises à pleurer. » En tout, il réalisera pas moins de 60 portraits. À chaque fois, il a pris la photographie après l’interview et il a cherché, explique-t-il, « à mettre la femme au centre de l’image, montrer la tension du regard, donner de la vibration, témoigner de sa présence. »


Diana &  Dorine, London © Denis Rouvre / Médecins du Monde

 


Rajwa, Liban © Denis Rouvre / Médecins du Monde

Par Jean-Baptiste Gauvin

Unsung heroes, elles brisent le silence, par Denis Rouvre

Du 9 octobre au 2 novembre 2019 

Galerie Joseph, 7 Rue Froissart, 75003 Paris

Du 9 au 27 novembre 2019 

Espace Saint-Rémi, 4 Rue Jouannet, 33000 Bordeaux

 

Unsung heroes, elles brisent le silence, par Denis Rouvre

Livre aux éditions Textuel, sortie prévue courant novembre 

 

Article précédent Article suivant