Blind Magazine : photography at first sight

Après les crimes

Les photos de Pawel Starzec montrent les endroits où des crimes ont été commis pendant la guerre de Bosnie, il y a 30 ans. Ce faisant, il documente non seulement les crimes, mais il pose également des questions difficiles sur la mémoire du pays quant à ces événements.
Paweł Starzec
«Des centaines de civils ont été assassinés en 1992 sur le pont enjambant la Drina à Višegrad, en Bosnie, qui est très fréquenté par les touristes. Les cadavres ont été jetés dans la rivière par les militaires serbes et ont ensuite été rejetés à plusieurs reprises à différents endroits.» © Paweł Starzec

Le massacre de Srebrenica, au cours duquel plus de 8 000 Bosniaques ont été assassinés par des Serbes, fait partie de la mémoire collective universelle. Maisil existe d’innombrables autres endroits où des crimes de guerre ont eu lieu.

Dans sa série « Makeshift », réalisée entre 2013 et 2018, le photographe polonais Pawel Starzec montre une sélection de ces lieux. Pour ses recherches, il a principalement utilisé le rapport final des Nations Unies, qui mentionne plus de 700 emplacements. Pour Starzec, il ne s’agissait pas seulement de montrer ces lieux de terreur. Il a documenté ce qu’ils sont devenus après-guerre et comment la mémoire s’y est construite.

Paweł Starzec
«Route vers Manjača, un plateau près de la ville de Banja Luka, dans le nord de l’actuelle République de Srbska. Selon le Comité international de la Croix-Rouge, environ 3500 Bosniaques et Croates ont été emprisonnés, systématiquement maltraités – et beaucoup ont été assassinés par les forces serbes de 1991 à 1992 et à nouveau en 1995 sur le terrain d’une ferme.» © Paweł Starzec

Une fois par an, avec leurs familles, les anciens prisonniers et survivants reviennent sur ce plateau abandonné pour se souvenir.

Paweł Starzec
«Une des pièces de la « maison blanche » de l’ancien camp de prisonniers d’Omarska, dans le nord de l’actuelle République Srbska. Environ 6 000 Bosniaques et Croates ont été retenus en captivité, torturés et en partie assassinés par les forces serbes de Bosnie sur le site de l’ancienne mine de minerai du 25 mai au 21 août 1992. Plus de 700 détenus ont été tués dans ce camp.»© Pawel Starzec

À ce jour, le projet d’ériger un mémorial dans la « maison blanche » est toujours à l’état de projet, aucun accord n’ayant pu être trouvé entre les différentes parties. En 2004, le groupe sidérurgique indo-britannique ArcelorMittal a rouvert dans les environs de l’ancienne mine. Le TPIY (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie) a condamné dix des auteurs pour leurs crimes.

Paweł Starzec
«Terrain d’école à Trnopolje, près de Prijedor, au nord de la République de Srbska. De mai à novembre 1992, l’armée serbe a détenu entre 4 000 et 7 000 Bosniaques et Croates de Bosnie dans un soi-disant « camp de collecte et d’investigation », selon des témoins. Selon l’acte d’accusation du TPIY, nombre d’entre eux ont été maltraités et des centaines ont été assassinés. Au début du mois d’août 1992, la photo emblématique et controversée de Fikret Alić, décharné, a également été prise ici. Sous une intense pression internationale, le camp a ensuite été fermé.» © Pawel Starzec

Aujourd’hui, rien dans l’école primaire n’indique comment les prisonniers bosniaques et croates ont souffert à Trnopolje. On y trouve cependant un mémorial pour les soldats serbes morts à la guerre.

Paweł Starzec
«Il s’agit de l’entrepôt « Luka Brčko » au bord de la rivière Save dans le district de Brčko en Bosnie-Herzégovine, à la frontière avec la Serbie. De mai à juillet 1992, les forces serbes ont emprisonné des centaines de Musulmans et de Croates de Bosnie dans les halls du port sur la rivière. Ils y étaient régulièrement battus et beaucoup d’entre eux ont été tués.» © Pawel Starzec

L’ancien camp se trouve désormais dans le district de la région administrative spéciale de Bosnie, à Brčko. En 2013, un mémorial avec des photos et des articles de journaux sur l’ancien camp de prisonniers a été installé à l’intérieur de l’un des halls.

Paweł Starzec
«La rivière Ilomska entre les falaises de Korićani dans l’actuelle République de Srbska… « . Le 21 août 1992, plus de 200 hommes bosniaques et croates du camp de prisonniers de Tronpolje ont été abattus et jetés dans le canyon.» © Pawel Starzec

Des proches, des survivants et des militants jettent 250 roses depuis les falaises dans la rivière en souvenir de ce jour. Les familles des victimes sont toujours à la recherche de 80 % des restes de leurs proches, les corps ayant été brûlés ou enterrés ailleurs.

Paweł Starzec
«La discothèque « Perco » à Usora, dans l’actuelle République de Srbska . Dans le cadre du « nettoyage ethnique » mené par les Serbes dirigeants, l’ancienne discothèque « Perco » est devenue un camp de prisonniers pour des centaines d’hommes bosniaques et croates de la région de Doboj en juin 1992. 50 de ces prisonniers ont été utilisés comme boucliers humains par les Serbes pour se défendre contre les forces armées de Bosnie-Herzégovine.» © Pawel Starzec

Le 26 septembre 1997, le soldat serbe Nikola Jorgić de la région de Doboj a été reconnu coupable par le tribunal régional supérieur de Düsseldorf de génocide à l’encontre de 30 personnes et a ainsi été le premier criminel accusé de génocide en Bosnie.

Paweł Starzec
«Le stade de Bratunac, à la frontière avec la Serbie, dans l’actuelle République de Srbska « . Environ 3 000 Bosniaques ont été retenus en captivité, torturés et beaucoup assassinés dans l’ancien stade et l’école primaire voisine « Vuk Karadžić » de Bratunac. Ensuite, leurs corps ont été brûlés ou jetés dans la rivière Drina voisine, comme l’ont rapporté des témoins.» © Pawel Starzec

A Sebrenica, située à onze kilomètres au sud, on se souvient chaque année des victimes du génocide des Bosniaques ; à Bratunac, on ne se souvient que des victimes serbes.

Paweł Starzec
«La pension « Kon-Tiki de Sonja » et le « Bunker » à Vogošća près de Srajevo dans l’actuelle Bosnie-Herzégovine. Tant dans le « bunker », vestige de l’époque austro-hongroise, que dans la pension située derrière, une centaine de femmes et d’hommes non serbes ont été détenus dans des conditions inhumaines et maltraités par des Serbes en 1992. Selon des témoignages, des soldats des forces de maintien de la paix de l’ONU stationnés là ont également participé à l’exploitation sexuelle des femmes, comme le rapporte le Los Angeles Times.» © Pawel Starzec

Le commandant serbe de Bosnie du camp de mai à novembre 1992, Branko Vlaco, a été condamné à une longue peine de prison en 2014.

Paweł Starzec
«L’hôtel Vilina Vlas dans le village de Višegradska Banja, près de Višegrad, dans l’actuelle République de Srbska. En 1992, des paramilitaires serbes ont systématiquement violé, torturé et assassiné environ 200 femmes et filles musulmanes de Bosnie dans ce bâtiment.» © Pawel Starzec

L’activité hôtelière de Vilina Vlas a repris après la guerre. Si vous êtes client de cet hôtel de remise en forme, vous n’apprendrez rien sur son passé.

Paweł Starzec
«Des centaines de civils ont été assassinés en 1992 sur le pont enjambant la Drina à Višegrad, en Bosnie, qui est très fréquenté par les touristes. Les cadavres ont été jetés dans la rivière par les militaires serbes et ont ensuite été rejetés à plusieurs reprises à différents endroits.» © Paweł Starzec

Que ce soit dans les brochures de tourisme ou sur le pont lui-même, on ne trouve pas la moindre référence à ces terribles événements survenus il y a 26 ans. Sur ce pont de pierre, il est seulement indiqué qu’il a inspiré le prix Nobel Ivo Andrićsfür pour son roman Le pont sur la Drina et qu’il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007.

Paweł Starzec
«Maison de la rue Pionirska à Višegrad, dans l’actuelle République de Srbska ». Le 14 juin 1992, au moins 59 femmes, enfants et hommes musulmans ont été conduits dans cette maison et brûlés vifs sur ordre des commandants serbes bosniaques Milan Lukić et Sredoje Lukić. Parmi les victimes figuraient également une femme de 75 ans et six enfants âgés de deux à quatre ans.» © Pawel Starzec

Ce crime a conduit à la condamnation à perpétuité les cousins serbes Milan et Sredoje Lukić. En 2013, les autorités locales ont voulu démolir la maison. Ce n’est qu’après les protestations des associations de victimes qu’elle a été l’un des rares endroits rénové et marqué d’une plaque des crimes commis contre la population.

Paweł Starzec
«Musée historique à Jablanica en Bosnie-Herzégovine. D’avril 1992 à mars 1994, le bâtiment du musée a été utilisé par la partie bosniaque comme une prison pour plus de 3000 civils croates. Près de la moitié d’entre eux étaient des femmes, et nombre d’entre elles y ont été violées. Au moins sept prisonniers ont été exécutés ou sont morts à cause des conditions de détention.» © Pawel Starzec

Bien que le musée dispose d’une exposition permanente sur la guerre de Bosnie, il n’y a rien à lire sur le site officiel du musée quant à son passé de prison.

Paweł Starzec
«La salle de sport Partizan à Foča, dans l’actuelle République de Srbska. Pendant la période de « nettoyage ethnique » de la vallée de la Drina par les forces militaires serbes, d’avril 1992 à février 1993, environ 70 femmes musulmanes ont été séparées de leurs maris et retenues en captivité dans la salle de sport Partizan de Foča. Pendant des mois, elles ont été régulièrement emmenées dans d’autres lieux pour être systématiquement abusées sexuellement et violées. Une des filles avait 12 ans.» © Pawel Starzec

Jusqu’à présent, les membres d’une ONG de femmes victimes de la guerre n’ont pas réussi à installer une plaque commémorative devant la salle de sport pour rappeler les terribles crimes qui y ont été commis.

La maison de Karaman à Miljevina, près de la ville de Foča, dans l’actuelle Republika Srpska. Ici, femmes et mineures bosniaques musulmanes ont été retenues en captivité par les troupes serbes et violées durant plusieurs mois. Certains auteurs de ces crimes ont été condamnés par le TPIY et purgent de longues peines de prison.

Paweł Starzec
«L’Heliodrom » à Rodoc près de Mostarin Bosnie-Herzégovine. De mai 1993 à mars 1994, le camp de prisonniers « Heliodrom », géré par les forces croates, était situé sur l’ancien site militaire de l’Armée populaire yougoslave. Plus de mille Bosniaques et Serbes détenus ici ont souffert de conditions de travail inhumaines et d’un approvisionnement insuffisant.» © Pawel Starzec

L’un des criminels de guerre de l’époque, Vinko Martinović, condamné à 18 ans d’emprisonnement, a pu être libéré 6 ans avant la fin de sa peine. Son retour à Mostar est difficilement tolérable pour les victimes de ses crimes.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.