Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au plus près de la vague mythique Teahupo’o

Avec son ouvrage Turbulences, le photographe Ben Thouard nous transporte au plus près de la vague mythique de Teahupo’o.
Ben Thouard
© Ben Thouard

Tout a commencé à Toulon, dans le Sud-est de la France, au bord de la Méditerranée où a grandi le photographe Ben Thouard. « Mon père avait un voilier et on passait nos week-ends et nos vacances en mer sur le voilier. C’est là que j’ai forgé cette relation, cet amour pour l’océan, l’océan au sens large du terme. » Il découvre d’abord le surf, puis à l’adolescence, le windsurf et la photographie. « Mon père avait un vieil appareil photo à la maison, j’ai été intrigué, j’ai acheté quelques films et je suis allé shooter mes potes surfer, j’ai capturé des images de vagues, je prenais aussi l’appareil sur le bateau. »

Ben Thouard sait qu’il deviendra photographe, il monte à Paris suivre des cours dans une école de photographie mais il ne sent pas à sa place dans la capitale, « la vie à Paris a été compliquée pour moi car j’avais toujours vécu au bord de la mer et je passais tout mon temps dans l’eau. » Il abandonne son cursus au milieu et part pour Hawaï où il commence à prendre des photos de surf et de voilier. Il fait le tour du monde jusqu’à arriver à Tahiti et y poser ses valises. Ça fait maintenant 14 ans qu’il y habite. Tahiti a été pour lui « un vrai coup de cœur, un vrai coup de foudre et à tous les niveaux, en tant que surfer mais aussi en tant que photographe. » Les lumières, la faune et la flore, l’eau chaude et claire l’ont conquis.

Ben Thouard
© Ben Thouard
Ben Thouard
© Ben Thouard

« J’étais d’abord photographe de surf, j’ai travaillé pour les magazines, pour les marques avec un aspect plutôt photojournaliste ou photo commercial et petit à petit, j’ai voulu créer quelque chose de plus personnel, plus artistique. » En 2018, Ben Thouard sort Surface, sa première monographie qu’il autoédite. 180 photographies qui racontent « son histoire et expriment sa vision personnelle de l’océan. » Une fois publié, il veut se lancer dans un autre projet qui donnera quatre ans plus tard Turbulences édité cette fois-ci par un éditeur : les éditions Mons. Focalisé sur la vague de Teahupo’o, Ben Thouard a souhaité avec ce livre « approfondir le côté artistique de l’image, et la recherche photographique du côté sous-marin de Teahupo’o ».

Ben Thouard a la chance d’habiter tout près de Teahupo’o, cette vague mythique pour les surfeurs. « C’est une vague unique à cause de la forme du récif qu’il y a sous l’eau, c’est ce qui lui donne sa particularité, la houle vient du Pacifique Sud et se heurte à ce récif qui a une forme parfaite et qui permet à la vague de dérouler de façon très creuse, d’offrir ce tube très régulier. » Le tube, c’est la figure reine en surf, c’est tout ce qu’un surfeur recherche. À Teahupo’o, le tube est splendide.  « C’est une des vagues les plus puissantes au monde mais aussi l’une des plus esthétiques, toutes les conditions sont au rendez-vous pour donner une vague parfaite. »

Ben Thouard
© Ben Thouard
Ben Thouard
© Ben Thouard

Une séance de shooting pour Ben Thouard dépend (tout comme les surfeurs) des conditions météo. « C’est vraiment la météo qui guide nos vies. On étudie la météo, on cherche à savoir quand il y aura de la houle et de bonnes conditions, c’est-à-dire pas de vent ou un vent bien orienté qui ne gâche pas la vague. » Quand les conditions sont réunies, Ben Thouard se rend au lever du soleil sur le spot choisi, il regarde pendant cinq à dix minutes les vagues pour se rendre compte de la taille et de la situation. Il prépare ensuite son matériel en fonction. « Si c’est petit, favoriser le grand angle et aller au cœur de l’action. Si c’est plus gros, on a tendance à prendre un téléobjectif et rester un peu en retrait de la vague par sécurité. » La séance dure entre une heure et quatre heures. Il répète la même chose à la tombée du jour.

L’ouvrage Turbulences, c’est 75 photographies sélectionnées prises de « l’élément eau » parmi plus de 300.000. « Je suis aussi retourné chercher dans mon disque dur des images prises lors de mes dix dernières années à Tahiti. » Après une première sélection de 500 images, Ben Thouard a travaillé avec le photographe, graphiste et éditeur Alexis Berg pour parfaire son tri en ayant pour ligne directrice « le blanc et le bleu ». Il s’est également replongé dans l’eau pour photographier quelques images à ajouter. « Le but était de pousser plus loin le travail du photographe et de réaliser un livre-objet. Je voulais faire passer toutes les émotions que je peux ressentir en étant dans l’eau mais à des gens qui ne sont pas forcément sensibilisés au milieu marin. »

Turbulences de Ben Thouard est publié par les Éditions Mons, 128 pages, 55€.

Ben Thouard
© Ben Thouard

Vous avez perdu la vue.
Ne ratez rien du meilleur des arts visuels. Abonnez vous pour 9$ par mois ou 108$ 90$ par an.