Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Empreintes et légendes

La première édition du prix James Barnor, qui récompense les artistes africains, est axée cette année sur la région de l'Afrique de l'Ouest. Elle a récompensé les photographes Sènami Donoumassou et Fatoumata Diabaté.

« Je suis tombé sur un magazine avec une citation qui disait : ‘Une civilisation s'épanouit lorsque les hommes plantent des arbres sous lesquels ils ne s'assoient jamais.’ ». C'est dans cet esprit que le photographe ghanéen James Barnor, âgé de 93 ans, a lancé ce prix pour soutenir le travail des photographes africains, en se concentrant chaque année sur une région différente du continent.

© Sènami Donoumassou

© Sènami Donoumassou

© Sènami Donoumassou

La lauréate de cette année, Sènami Donoumassou, du Bénin, utilise des photogrammes - images obtenues en plaçant des objets sur une surface photosensible -, des traces fantômes et des transparences pour évoquer des portraits et des objets de culte de la tradition animiste. Une mention spéciale a aussi été décernée à Fatoumata Diabaté, qui travaille sur le thème de l'excision à travers des portraits symboliques impliquant des masques, des légendes et des contes maliens.

© Sènami Donoumassou

© Fatoumata Diabaté

© Fatoumata Diabaté

© Fatoumata Diabaté

Pour en savoir plus sur le prix, visitez le site de la James Barnor Foundation.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.