Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Et le désert transparaît

Mark Ruwedel photographie les arbres solitaires, non indigènes, à la limite entre les grandes zones urbaines et le désert californien.

Connu pour ses photographies de paysages de l'ouest des États-Unis, Mark Ruwedel se concentre dans la série « Inland : Haunted by the Desert » sur la zone appelée « Inland Empire », située entre la côte californienne et l'âpreté du désert. Aux abords de villes comme Los Angeles, une zone largement dépourvue d'arbres avant la colonisation, il photographie les arbres importés par les Européens, qui disparaissent à mesure que la ville s'étend.

Eucalyptus, palmiers et agrumes, arbres importés qui caractérisent désormais ce paysage californien, sont les protagonistes d'un travail qui les considère comme des preuves et des témoins de l'histoire humaine et de ses interventions sur le paysage sauvage. Mark Ruwedel suit également les conséquences des incendies qui ravagent fréquemment la région. Comme il l'affirme : « Les arbres brûlés sont le résultat à la fois de phénomènes naturels récurrents et d'activités humaines. Ils offrent également un indice d'un futur possible ».

L'exposition « Inland : Haunted by the Desert » de Mark Ruwedel est présentée à
Large Glass
jusqu'au 9 juillet.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.