Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Gaia Squarci, pourquoi je suis devenue photographe

Photographe et vidéaste, collaboratrice de Blind, Gaia Squarci partage son temps entre Milan et New York, où elle enseigne à l’International Center of Photography (ICP). Dans cette interview, elle revient sur son engagement et son travail photographique.

Comment et pourquoi êtes-vous devenue photographe ?

J’ai étudié l’histoire de l’art et j’ai adoré ça, mais je sentais qu’il me manquait quelque chose. J’ai toujours été introvertie et j’avais besoin d’un outil pour me connecter plus directement au monde qui m’entoure. La photographie est alors devenue mon excuse pour aller vers les autres, pour me confronter à des réalités que je n’aurais jamais explorées autrement.

Pendant mes études universitaires, j’ai accompagné le photographe Giulio di Meo lors de ses voyages auprès de la population sahraouie vivant dans des camps de réfugiés en Algérie et des agriculteurs de Sem Terra au Brésil. Après un stage à l’agence Grazia Neri avant sa fermeture, j’ai participé à des cours à l’ICP (The International Center of Photography) à New York, ce qui m’a permis de rencontrer des pairs, des mentors et des rédacteurs en chef, d’approfondir ma compréhension de la narration et de comprendre le fonctionnement de l’industrie de la photographie.

Comment définir votre photographie, votre façon de raconter des histoires ?

Les thèmes que j’aborde le plus souvent sont la relation entre l’homme et l’environnement, les droits des femmes et les relations familiales. Au centre se trouve toujours l’expérience humaine. J’essaie toujours d’apporter de la nuance, de me mettre du côté du spectateur pour aborder au mieux une nouvelle histoire. Je garde à l’esprit que la photographie que j’aime est ancrée dans la réalité, mais qu’elle conserve une part de magie. Contrairement au photojournalisme, la photographie documentaire laisse plus de place à la poésie, au point de vue personnel du photographe. Lorsque nous regardons un film documentaire plutôt qu’un journal télévisé, nous avons envie de rêver, de voyager avec notre imagination et de nous identifier aux personnages autant que nous voulons en savoir plus sur un sujet donné. Je pense que c’est aussi ce que la photographie documentaire peut apporter.

Des éducateurs participent à une discussion sur l’éducation sexuelle au Centre Conseil Adolescent de Louga, au Sénégal. Le Centre Conseil Adolescent de Louga est soutenu par l’UNFPA. © Gaia Squarci
Mariam*, 17 ans, tient sa fille, conçue lors d’un viol, à El Wava, un centre à Nouakchott, en Mauritanie. El Wava est soutenu par l’UNFPA. *Nom fictif, modifié pour protéger l’identité de la victime. © Gaia Squarci

Quelle est l’histoire récente qui vous a marqué ?

Début 2023, je me suis rendue en Mauritanie et au Sénégal pour le compte de l’UNFPA, une agence des Nations Unies qui se concentre sur les droits sexuels et les droits des femmes. Elle soutient des centres offrant une aide médicale, une éducation sexuelle et un soutien aux femmes et aux jeunes filles.

L’un des premiers centres que j’ai visités, appelé El Wava et situé à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, offre une assistance juridique, un soutien psychologique et une alphabétisation aux adolescentes qui ont survécu à des violences. Nombre d’entre elles n’ont que 11 ou 12 ans. Je suis entrée pour la première fois pendant un cours où elles apprenaient à lire et à écrire en arabe, et beaucoup d’entre elles étaient assises à leur bureau en tenant leur bébé, conçu lors d’un viol. Pendant la pause, j’ai interviewé deux amies, Mariam et Hawa, des noms inventés. Mariam a été violée à deux reprises par un voisin qui a menacé de la tuer si elle allait voir la police. Hawa a été violée par un ami de la famille, et son père, fâché contre elle, aurait accepté le mariage réparateur proposé par le violeur. Les deux hommes sont toujours libres, même si les filles ont porté plainte auprès de la police.

Lors de l’entretien, je leur ai demandé s’il y avait un métier qu’elles espéraient apprendre à l’avenir. Mariam veut faire de l’informatique. Hawa m’a dit : “Je ferais n’importe quel travail qui se présente à moi. Je sais que je n’ai pas le choix”. Le centre leur offre une éducation gratuite et tente de les mettre en contact avec des entreprises, mais ce sont des adolescentes issues de familles très vulnérables qui élèvent des enfants conçus lors d’un viol, dans une société où le fait de ne pas être vierge, si l’on n’est pas mariée, fait de toute femme une paria. Il était difficile de soutenir le regard d’une jeune fille de 16 ans qui me regardait avec une telle lucidité, car je savais qu’elle avait raison.

Un terrain abandonné à Sayung, une banlieue de la ville de Semarang sur la côte nord de Java, en Indonésie. © Gaia Squarci

Qui sont les photographes dont vous admirez particulièrement le travail ?

J’inclurai également des artistes qui utilisent la photographie, morts ou vivants, dans un ordre aléatoire. Je dirais Sophie Calle, Larry Sultan, Garry Winogrand, Donna Ferrato, Gordon Parks, Wolfgang Tillmans, Latoya Ruby Frazier, William Eggleston, Bertien van Manen, Luigi Ghirri, Trevor Paglen, Toshio Shibata, Jacob Holdt, Saul Leiter, Viviane Sassen, Stacy Kranitz, Alex Majoli, Ren Hang, Rineke Djikstra. Je suis sûr que j’en oublie beaucoup d’autres.

Quel matériel utilisez-vous au quotidien ?

J’utilise un Canon EOS R6 Mark II et j’utilise souvent un flash hors caméra. Lorsque je filme, avec un Sony A7SII, j’enregistre le son avec un Zoom H4N et des micros sans fil Sennheiser. J’ai un drone Dji Mavic 2 Pro que j’utilise à la fois pour la photographie et la vidéo, et pour mes projets photographiques personnels, j’utilise souvent un Mamiya 7, avec une pellicule couleur.

L’appareil photo de vos rêves ?

L’appareil photo de mes rêves serait performant en basse lumière, silencieux, tiendrait dans une poche, obligerait le photographe à se concentrer comme le fait un appareil photo argentique et serait fiable et indestructible comme les appareils photo DSLR de Canon. Ce serait un plus s’il pouvait photographier sous l’eau. Existe-t-il ?

La plateforme MPB est spécialisée dans l’achat et la revente de matériel photo et vidéo d’occasion. Que pensez-vous du concept ?

J’adore l’idée. Beaucoup d’entre nous ont souvent besoin d’un matériel qui ne convient plus à d’autres simplement parce qu’ils sont passés à un autre genre de photographie ou à des outils plus récents, mais il est risqué d’acheter en ligne à des particuliers, notamment à d’autres photographes professionnels, parce que nous usons souvent le matériel au fil du temps. Nous avons besoin d’une tierce partie pour évaluer le matériel, fixer le prix et s’assurer qu’il est en bon état.

Sayung, une banlieue de la ville de Semarang sur la côte nord de Java, en Indonésie. © Gaia Squarci
Un travailleur au port Sunda Kelapa de Jakarta, en Indonésie. © Gaia Squarci

Parlez-nous de votre récent projet en Indonésie sur la montée du niveau de la mer dans le contexte du changement climatique…

L’année dernière, je me suis rendue en Indonésie pour une résidence organisée par la plateforme des relations culturelles du Goethe Institut. Le temps était compté et la résidence était itinérante. J’ai donc décidé de me concentrer sur un phénomène environnemental qui cause des dégâts et des déplacements dans le monde entier et qui est facilement visible dans de nombreux endroits en Indonésie : la montée du niveau de la mer. 

Le long de la côte de Java, l’une des principales et des plus peuplées des 17 000 îles qui composent l’Indonésie, les dangers et les conséquences de la montée des eaux induite par le changement climatique font de plus en plus partie de la vie quotidienne. En arrivant sur place, après avoir lu de nombreux articles décrivant des conditions de vie épouvantables, j’ai été frappée par la façon dont les gens avaient appris à s’adapter tranquillement aux situations d’urgence. À Muara Angke, un village de pêcheurs situé sur la rive nord de Jakarta, lorsque l’inondation survient, jour après jour, certaines affaires sont déplacées à l’étage supérieur, pour être redescendues lorsque l’eau se retire. 

À Sayung, une banlieue de la ville de Semarang, l’érosion côtière s’étend jusqu’à 5 km à l’intérieur des terres, et les habitants vivent maintenant dans des maisons sur pilotis entourées de fermes piscicoles là où il y a dix ans il y avait des terres agricoles. Cette expérience m’a fait penser que, sur le plan photographique, nous nous concentrons souvent sur des catastrophes telles que les ouragans, les tsunamis et les sécheresses graves, mais qu’en réalité, les urgences environnementales se développent le plus souvent progressivement, à la vue de tous. Comme les maladies qui se propagent dans notre corps, leurs effets s’étendent dans le temps, au point qu’il devient difficile de les percevoir clairement alors que nous vivons au milieu de ces phénomènes. Il en va de même pour la pollution de l’air, le réchauffement climatique et la destruction de la faune et de la flore dans les océans et sur terre.

Quels sont vos prochains projets ?

Je travaille sur un livre qui traite de la relation entre mes parents, de la façon dont je l’ai vue évoluer au fil des phases de leur vie au cours des dernières années, et de ma peur de les perdre. Ce projet est en cours depuis longtemps et cette année, je souhaite l’amener à un stade où il pourra être proposé à des maisons d’édition. Pour les commandes et les publications éditoriales, je travaille davantage sur des histoires scientifiques, principalement liées à la recherche sur le changement climatique et les volcans.

Cargos à quai dans le port Sunda Kelapa de Jakarta, Indonésie. © Gaia Squarci

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.