Blind Magazine : photography at first sight

La 43e bourse W. Eugene Smith attribuée à Maxim Dondyuk

La bourse W. Eugene Smith en photographie humaniste a été attribuée à Maxim Dondyuk pour son projet intitulé Ukraine 2014/22, qui porte sur la bataille pour l’indépendance de son pays. La photographe Mary F. Calvert a quant à elle reçu la bourse Smith, et des prix spéciaux ont été décernés à Shirley Abrahamm et Amit Madeshiya, ainsi qu’à Ta Mwe.

Le Fonds W. Eugene Smith a annoncé cette semaine le nom des lauréats 2022 de la bourse Eugene Smith en photographie humaniste, l’un des prix de photographie les plus importants au monde, qui revient au photographe ukrainien Maxim Dondyuk pour son projet Ukraine 2014/22. Sa série a été sélectionnée parmi plus de 400 candidatures provenant de 72 pays. Depuis sa création en 1979, le Smith Fund a attribué plus de 1,3 million de dollars à des photographes dont le travail s’inscrit dans la tradition du défunt photographe W. Eugene Smith.

La bourse W. Eugene Smith est attribuée chaque année à un photographe dont le travail et le projet proposés s’inscrivent dans la tradition de la photographie engagée de W. Eugene Smith, selon l’avis d’un jury d’experts. La bourse est destinée à aider un photographe à démarrer un nouveau projet photographique ou à compléter un projet en cours. Le jury de cette année était présidé par Michelle Dunn Marsh et comprenait le photojournaliste Eli Reed et Naveen Kishore, le fondateur de Seagull Books.

À cause des tirs de mortier, deux femmes âgées sont mortes, l’une sur le seuil de la maison, l’autre dans la cuisine de son appartement. Ville de Bucha, région de Kiev, 06.04.2022 © Maxim Dondyuk
Un des ponts démolis et les environs proches. Ville de Chernihiv, 09.04.2022 © Maxim Dondyuk
La colonne de matériel militaire russe sur l’avenue Pobedy, près de la station de métro Beresteyska à Kiev, qui a été détruite par l’armée ukrainienne, alors que ceux-ci tentaient de pénétrer dans Kiev à 3 heures du matin. © Maxim Dondyuk

Maxim Dondyuk utilisera sa dotation de 40 000 dollars pour continuer à documenter l’Ukraine durant son auto-affirmation en tant que pays indépendant, en mettant l’accent sur les actions en cours et les résultats de la bataille actuelle entre les valeurs soviétiques et européennes.

« Ukraine 2014/22 est la chronique d’une longue bataille de l’Ukraine pour sa véritable indépendance, son identité nationale et sa liberté, qui a toujours été une question fragile », explique Maxim Dondyuk. « Au cours de l’hiver 2013-14, les Ukrainiens ont déclaré leur refus total de faire partie de l’ancien empire soviétique, qui s’effondre en morceaux et tente de se restaurer par la force, le chantage et les jeux politiques. Ces événements deviennent le début de la fin. Pendant près de dix ans, j’ai documenté de nombreux aspects de la confrontation entre la Russie et l’Ukraine, photographiant le conflit des deux côtés – la révolution ukrainienne, l’annexion de la Crimée, le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine. »

Anciennes positions russes près du village de Mala Rohan, qui ont été détruites par l’armée ukrainienne le 25 mars. Sur le terrain, deux soldats russes sont morts. L’un d’eux a tenté de porter l’autre sur des civières, mais tous deux sont tombés sous les tirs d’obus et sont morts. 30.03.2022. © Maxim Dondyuk
Les gens sont obligés de marcher à pied ou à vélo pour passer de l’autre côté par un pont piétonnier, car le pont pour les voitures a été détruit par les Russes. Le quartier près du pont piétonnier. A cet endroit, de nombreuses roquettes de l’armée russe ont été lancées, beaucoup de civils ont été tués et de nombreuses voitures ont été détruites. Ville de Chernihiv, 09.04.2022 © Maxim Dondyuk

Le lauréat de la bourse W. Eugene Smith de cette année, l’une des autres bourses du Smith Fund, est l’Américaine Mary F. Calvert pour son travail sur les taux alarmants de suicide parmi les victimes de traumatismes sexuels militaires (TMS) aux États-Unis. Une série intitulée Left Behind : Military Sexual Assault and Suicide.

Mary Calvert utilise ainsi la photographie pour tenter de provoquer un changement social en s’efforçant de documenter des questions négligées par les médias en général. Elle estime que les journalistes ont actuellement le devoir d’éclairer certains recoins, plus profonds, de la société américaine. Ces neuf dernières années, elle s’est intéressée aux abus sexuels dont sont victimes les femmes et les hommes dans les forces armées américaines.

Left Behind : Military Sexual Assault and Suicide traite des taux alarmants de suicide parmi les victimes de TMS aux États-Unis. Depuis 2001, plus de 30 000 membres des forces armées américaines se sont suicidés, soit quatre fois plus que ceux qui sont morts au combat. Les membres des forces armées qui ont souffert de TMS ont un risque 65% plus élevé d’idées et de projets de suicide que ceux qui n’en ont pas souffert.

Les combattants de l’armée ukrainienne, la 30e brigade, assurent le service dans leurs positions dans l’est de l’Ukraine. © Maxim Dondyuk
L’agitation de la mort apparaît dans ces images comme un silence absolu. © Maxim Dondyuk
Il n’y a que la destruction. © Maxim Dondyuk

« Avec l’implosion de l’industrie de la presse et la disparition des budgets pour le journalisme d’investigation, il est devenu presque impossible d’obtenir la couverture de ce genre de questions complexes », déclare Mary Calvert au sujet de l’obtention du prix. « Il est extrêmement gratifiant que cette excellente organisation continue à soutenir les photographes dans leur quête pour raconter ces histoires négligées sur ceux qui ont peu de voix. »

Cette année, grâce au soutien accru de la Fondation Phillip et Edith Leonian, qui soutient depuis longtemps le Fonds Eugene Smith, la bourse de recherche est passée de 5 000 à 10 000 dollars. Ce soutien a également permis de faire passer les deux bourses de finaliste de 2 500 $ à 5 000 $.

Les bourses finalistes ont été attribuées à Shirley Abraham et Amit Madheshiva pour leur travail au Cachemire et à Ta Mwe pour son travail au Myanmar (Birmanie) dont les projets ont été jugés comme « exceptionnels et dignes de reconnaissance » par le jury.

Le travail de Ta Mwe documente la situation au Myanmar depuis qu’un coup d’État militaire a renversé le pouvoir en place le 1er février 2021. Ce coup d’État a fait voler en éclats une décennie de développement politique et social d’un seul coup. Les protestations ont rapidement commencé et se sont multipliées, mais la junte militaire s’est rapidement tournée vers l’utilisation de la force meurtrière et des incarcérations massives pour les réprimer. De nombreux jeunes Birmans ont fui vers les jungles situées à l’extérieur des zones urbaines et ont rejoint la People’s Defense Force (PDF), qui est l’aile militaire du gouvernement d’unité nationale, un corps de législateurs et de fonctionnaires démocratiquement élus, largement accepté par la population civile comme étant le gouvernement légitime du Myanmar. En s’entraînant avec les diverses populations ethniques qui se battent depuis des décennies contre les gouvernements précédents, ils se trouvent désormais sur le terrain d’entraînement idéal pour devenir la prochaine génération de combattants de la liberté au Myanmar.

Ei Thinzar Maung, militante politique, manifeste avec un syndicat à Yangon, au Myanmar, le 6 février 2021. © Ta Mwe
Des manifestants font le salut à trois doigts pendant le rassemblement contre le coup d’État à Yangon, au Myanmar, le 28 février 2021. © Ta Mwe
Des milliers de manifestants pro-démocratie exigent la libération de tous les dirigeants politiques alors que la police bloque la route pendant la manifestation contre le coup d’État à Yangon, au Myanmar, le 9 février 2021. © Ta Mwe
Des membres de la famille prient pour Ritar (59 ans) lors d’un service funéraire dans un cimetière de la commune de Demoso, dans l’État de Kayah (Myanmar), le 29 mars 2022. Des obus d’artillerie tirés par l’armée du Myanmar ont explosé à côté de Ritar la veille au soir alors qu’elle s’apprêtait à sortir en moto avec son frère. Ritar est morte quelques heures plus tard, et son frère a également été gravement blessé. © Ta Mwe
Des villageois portant des fusils de chasse artisanaux se promènent dans le village à leur retour d’un entraînement tactique dans la commune de Hpruso, au Myanmar, le 22 mars 2022. De nombreux habitants du Myanmar ont rejoint les « Forces armées de défense du peuple », fondées par le gouvernement d’unité nationale (NUG) après la révolution de printemps pour défendre et protéger les vies contre les violations des droits de l’homme et les attaques de l’armée du Myanmar contre les citoyens. © Ta Mwe

Outre les deux bourses principales du Fonds Smith, la bourse d’études W. Eugene Smith a été attribuée à Taniya Sarkar (Inde) pour son projet intitulé Nothing Left to Call Home. Cette œuvre est un projet de recherche visuelle qui vise à mettre au jour les récits des femmes sur les événements communautaires complexes qui se sont produits depuis la partition et l’indépendance de l’Inde.

Sarkar déclare : « Dans ce travail, la mémoire est une forme de résistance qui sera toujours pertinente tant que les institutions tenteront de marginaliser certaines histoires et de légitimer des méfaits. » 

En 1996, le W. Eugene Smith memorial Fund a également créé la bourse Howard Chapnick, qui vise à encourager et à soutenir le leadership dans les domaines annexes au photojournalisme et à la photographie documentaire. Cela inclut l’édition, la recherche, l’éducation et la gestion. La bourse est dotée de 10 000 dollars. Cette année, le prix a été décerné à Seydou Camara, du Mali, pour son projet éducatif permanent en faveur de la culture visuelle et citoyenne au Mali. 

« Le dynamisme de Seydou Camara pour rendre possible la culture visuelle et la relier à la culture citoyenne, est d’une importance capitale pour ceux qui, autrement, n’auraient pas accès à ces discussions importantes et à la capacité de s’exprimer par la photographie », explique John Fleetwood, membre du conseil d’administration du Smith Fund et président du jury de cette année. « Nous espérons que cette subvention l’encouragera, lui et les nombreux autres excellents candidats, à poursuivre leur important travail, et leur capacité à inspirer les autres. »

Cadavres de civils morts pendant l’évacuation de la ville d’Irpin. Pendant l’évacuation de la population civile de la ville, les troupes russes ont ouvert le feu sur elle au mortier et à l’artillerie. Ville d’Irpin, région de Kiev, Ukraine, 06.03.2022 © Maxim Dondyuk
Bâtiment de l’administration régionale d’État de Kharkiv détruit par une bombe aérienne. Kharkiv, 16.03.2022 © Maxim Dondyuk
La police anti-émeute a commencé à prendre d’assaut Maidan après des affrontements dans la rue Shelkovichna. Kiev, 18 février 2014. © Maxim Dondyuk

Lorsqu’il a appris qu’il avait obtenu la bourse Eugene Smith, Maxim Dondyuk a déclaré : « C’est un grand honneur de faire partie de l’histoire de cette bourse et une énorme responsabilité ! Il y a des moments où j’éprouve du désespoir en essayant de me faire entendre, de trouver un moyen de diffuser l’information ou de trouver des financements pour des projets, et parfois, on a envie de tout quitter et de s’en aller, mais quelque chose au fond de moi ne me laisse pas faire, il me dit que je dois aller de l’avant. Je suis reconnaissant aux organisateurs de la bourse W. Eugene Smith et aux juges d’avoir mis mon travail en lumière. Vous m’avez donné l’espoir qu’il existe des personnes qui essaient d’aider des auteurs comme moi et que notre travail compte. Ce que vous donnez n’est pas seulement de l’argent, c’est de l’espoir, c’est une voix ! Merci. »

Tous les informations sur le W. Eugene Smith Memorial Fund et ses prix sur son site internet.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.