Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les survivants

Le projet « Nicht Fallen » du photographe Jošt Franko, lauréat de la bourse Aftermath Project, raconte la vie des communautés qui ont survécu à la guerre en ex-Yougoslavie et qui vivent encore dans des camps de réfugiés, des décennies après le conflit.

« Je suis retournée sur mon lieu de naissance 30 ans après. Je l'avais quitté en 1992. Je ne sais pas comment décrire ce que j'ai vu. Pratiquement rien. La nature sauvage. Tout était envahi par la végétation », raconte Hazira Đafić, qui vit dans le camp de réfugiés de Ježevac, en Bosnie-Herzégovine.

Hazira Đafić disperse les cendres dans la rivière Spreca. Bande de film Super 8. Camp de réfugiés de Ježevac, Bosnie-Herzégovine.

Mirsada n'a pas une seule image de sa famille datant d'avant la guerre. Le cadre vide, dit-elle, l'aide à imaginer la vie d'avant. Mihatovici, Bosnie-Herzégovine.

Hazira et Zaim Alic dans le camp de réfugiés de Ježevac. Bosnie-Herzégovine.

Bosiljka, un double amputé, dans le camp de réfugiés appelé Barracks, où il vit depuis la fin des années 1990. Zvornik, Bosnie-Herzégovine.

Comme la municipalité locale ne ramasse pas les ordures des camps de réfugiés, les habitants brûlent leurs déchets. Ils appellent cela « le volcan de Ježevac ». Bosnie-Herzégovine.

Objet collecté en 2018. Pendant la guerre, Merfin s'est réfugié à Tuzla, un paradis sûr, avec sa sœur Hazira Đafić, et s'est installé dans un camp de réfugiés. 10 ans après la fin de la guerre, il est mort en marchant sur une mine, alors qu'il cherchait des bûches dans la forêt. Bosnie-Herzégovine.

Les photographies de Jošt Franko, mêlées à des objets trouvés, racontent des vies brisées, dans un contexte de violence récurrente qui perdure, même des années après la fin de la guerre. Le titre du projet, « Ne pas laisser tomber », vient des mots écrits sur le ruban adhésif qui maintient le cadre de la photographie du frère d'Hazira. Il est mort en marchant sur une mine alors qu'il cherchait du bois, dix ans après la fin du conflit.

Hazira Đafić et ses voisins ramassent des bûches de bois avant l'hiver. Près du camp de réfugiés de Ježevac à Oskova, Bosnie-Herzégovine.

Hazira Đafić se lave les mains dans une flaque d'eau, après avoir cherché du charbon qu'elle vend au marché noir. « Le charbon, c'est le pain et le beurre pour nous, les réfugiés », dit-elle, car ils n'ont aucune possibilité de trouver un emploi régulier. Près du camp de réfugiés de Ježevac, Bosnie-Herzégovine.

Un portrait de Hazira Đafić avec un texte, après avoir visité son village natal pour la première fois depuis 30 ans. « Qu'y a-t-il à voir ? Seulement la nature sauvage. Comme si personne n'avait jamais existé. » Village de réfugiés de Ježevac, Bosnie-Herzégovine.

La rivière Spreca, près de Ježevac. Bosnie-Herzégovine.

L'image de Šugra Mustafić de son mari décédé, qui a été tué à Srebrenica. Établissement de réfugiés de Ježevac, Oskova, Bosnie-Herzégovine.

L'histoire de Nena, racontée par sa voisine Nezira Music. « Lorsqu’elle a fui, Nena a d'abord vécu à Kiseljak, puis elle est venue à Mihatovici en 1998. Elle avait quatre fils, mais un seul a survécu. Elle a beaucoup souffert. C'était trop pour elle, toute cette tristesse ». Bosnie-Herzégovine.

Village de réfugiés de Mihatovici. Bosnie-Herzégovine.

Pour en savoir plus sur le travail de Jošt Franko, consultez son site web.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.