Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Musée imaginaire

En visitant des musées à travers l'Inde, Philippe Calia réfléchit à la façon dont les institutions façonnent notre perception des œuvres et met en évidence les structures de cette institution postcoloniale.

Les musées sont des lieux où l'on raconte des histoires. D'innombrables œuvres d'art, objets et idées voyagent pour être recontextualisés d'une manière qui contribue souvent à perpétuer des dynamiques de pouvoir. Selon une perception largement répandue, si un objet se trouve dans un musée, il est important. Si quelque chose est écrit dans un musée, cela doit être vrai.

Philippe Calia. Musée imaginaire VII (Picabia), Centre national des sciences, New Delhi, 2017. Avec l’autorisation de l’artiste.

Philippe Calia. La caverne, Science City, Kolkata, 2018. Avec l’autorisation de l’artiste.

Philippe Calia. Faute d’orthographe, Mother's Wax Museum, Kolkata, 2018. Avec l' autorisation de l’artiste.

En tant que citoyen français travaillant depuis 15 ans en Inde, visiteur assidu de musées, devenu lui-même artiste, le photographe s'interroge sur sa propre position dans ce contexte. Il présente des images surréalistes liées aux notions de perception, de taxonomie et de biais cognitifs, rappelant aussi le « musée imaginaire » de notre mémoire.

Philippe Calia. Musée imaginaire V (Miró). Avec l’autorisation de l’artiste.

Philippe Calia. Vestige, Musée indien, Kolkata, 2018. Avec l’ autorisation de l’artiste.

L'exposition « The Ajab Ghar Archive », organisée par Tanvi Mishra, est présentée à l'Église des Frères Prêcheurs à Arles, dans le cadre du programme de Les Rencontres de la Photographie, jusqu'au 24 septembre.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.