Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pete Turner, libre comme la couleur

La Bruce Silverstein Gallery de New York présente une sélection de photographies emblématiques des années 1950 à la fin des années 1990 de Pete Turner, pionnier de la photographie couleur.

Il y a une différence entre photographier en couleur et photographier la couleur. Pete Turner a certainement fait la seconde. En dépeignant des scénarios allant de l'Amérique aux paysages africains, en passant par les musiciens de jazz et les abstractions surréalistes, il a élargi l'idée de ce qu'il était possible de faire avec la couleur à l'époque. « La palette de couleurs avec laquelle je travaille est vraiment intense », explique-t-il. « J'aime la pousser dans ses derniers retranchements. »

Le critique A.D. Coleman définira l'art de Pete Turner comme une « altérité indescriptible », et des artistes comme David LaChapelle, Joel Meyerowitz, Martin Parr suivront ses traces après avoir influencé la fin d'une époque qui considérait la photographie en noir et blanc comme ayant une dignité artistique supérieure à celle de la couleur.

L'exposition « Pete Turner : The Color of Light » est présentée à la Bruce Silverstein Gallery de New York jusqu'au 13 mai.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.