Blind Magazine : photography at first sight

Quand l’art et la mode font corps

Une exposition à la Staley-Wise Gallery, à New York, examine le lien entre la peinture, la sculpture et la photographie, tel que documenté par certains des plus grands photographes de mode de l’histoire.

Les mondes de la mode et de l’art sont depuis longtemps imbriqués, les créateurs collaborant avec des artistes ou faisant directement référence à leurs œuvres. De la célèbre collection Mondrian d’Yves Saint Laurent aux collaborations d’Elsa Schiaparelli avec Jean Cocteau et Salvador Dalí, la mode a longtemps cherché à établir un lien entre les arts appliqués et la peinture ou la sculpture. Ainsi, lorsque la photographie de mode a commencé à prendre le pas sur l’illustration dans les magazines du genre, de nombreux photographes ont commencé à insérer des œuvres d’art célèbres dans leur imagerie.

« Art + Fashion », une exposition à la Staley-Wise Gallery de New York, présente une collection d’environ 30 images allant des années 1940 à aujourd’hui, jouant toutes sur la relation entre la mode et l’art. D’Arthur Elgort à Deborah Turbeville, l’exposition part de la photographie de mode traditionnelle à une imagerie plus expérimentale où la mode joue un rôle prépondérant. Plusieurs images sont des réinterprétations directes d’œuvres d’art célèbres, dont une restitution de La naissance de Vénus de Botticelli, entre autres.

Maîtres de l'art, maîtres de la mode : Sandro Botticelli et Todd Oldham, 1996 © Howard Schatz
Maîtres de l’art, maîtres de la mode : Sandro Botticelli et Todd Oldham, 1996 © Howard Schatz

L’Odalisque n° 1 de Rodney Smith rend hommage à La Grande Odalisque d’Ingres, célèbre tableau romantique représentant une concubine drapée langoureusement sur des coussins bleu roi. Dans la version du photographe Smith, le modèle se tourne vers l’extérieur, sans regarder le spectateur. Mais la différence la plus frappante entre les deux œuvres est la courbe du torse du modèle, qui avait été représenté de manière inexacte dans le tableau d’Ingres avec une colonne vertébrale trop allongée. Ici, nous voyons la courbure et le pliage naturels du corps. La photographie de Smith est remarquablement picturale dans sa forme, le tissu de la robe blanche et les plis du rideau à l’arrière-plan étant légèrement flous, comme s’ils étaient faits de peinture à l’huile étalée ensemble.

L'Odalisque N° 1, Winfield Estate, Long Island, New York, 2004 © Rodney Smith
L’Odalisque N° 1, Winfield Estate, Long Island, New York, 2004 © Rodney Smith

Toutes les images ne sont pas des références directes à des œuvres d’art célèbres. D’autres mettent plutôt l’accent sur les interactions entre l’art et le spectateur, comme dans The Passion of Rome de Sheila Metzner, où un mannequin vêtu de fourrures tend son visage vers une statue de marbre, sur le point de presser sa bouche contre les lèvres de marbre dans un baiser froid. La juxtaposition de la douceur veloutée de la fourrure et de la dureté du marbre est envoûtante. 

La Passion de Rome : Fendi, 1986 © Sheila Metzner
La Passion de Rome, Fendi, 1986 © Sheila Metzner

De même, Looking at Matisse (Dance I) de Louise Dahl-Wolfe capture un groupe de trois personnes regardant la Danse I de Matisse (1909), accrochée au Musée d’art moderne dans son nouvel espace sur la 53e rue, où il venait d’être relocalisé avant la photo de Dahl-Wolfe. Le trio se tient debout, les bras liés, comme les danseurs du tableau de Matisse au-dessus d’eux, comme pour compléter le cercle. Seule l’une des spectatrices détourne le regard, avec l’ombre d’un sourire sur le visage, tandis que ses deux compagnons, un homme et une femme, regardent attentivement le tableau. 

Looking at Matisse, Musée d'art moderne, New York, 1940 © Louise Dahl-Wolfe
Looking at Matisse (Dance I), Musée d’art moderne, New York, 1940 © Louise Dahl-Wolfe

Parmi les autres œuvres remarquables, citons la photographie de Bert Stern représentant le top model Twiggy posant devant un tableau de Bridget Riley, avec des lignes blanches et grises ondulantes, typiques des années 1960. En contraste direct avec le tableau derrière elle, Twiggy est en technicolor, portant une veste boléro à paillettes avec des taches de bleu layette, de rose, de jaune et de violet qui brillent dans le flash de l’appareil photo.

Twiggy devant une peinture de Bridget Riley, 1967 © Bert Stern
Twiggy devant une peinture de Bridget Riley, 1967 © Bert Stern

Ensemble, les œuvres présentées dans « Art + Fashion » sont le reflet de l’interaction entre la mode et le monde de l’art. Sur les quelque 30 photographies, on constate une nette évolution à la fois dans la forme et le style photographiques, et dans la manière dont la mode est interprétée parallèlement à l’art. Plus important encore, l’exposition marque un changement significatif dans la manière dont la photographie de mode est perçue: en tant qu’art.

Goya Fashion : Mme. Stanley Mortimer, Jr. et Mme. Desmond Fitzgerald portant des chapeaux Balenciaga, 1940 © Horst P. Horst
Goya Fashion : Mme. Stanley Mortimer, Jr. et Mme. Desmond Fitzgerald portant des chapeaux Balenciaga, 1940 © Horst P. Horst

Exposition « Art + Fashion », Staley-Wise Gallery, New York, jusqu’au 24 septembre 2022.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.