Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Trois photographes de mode à suivre sur Instagram

Trois photographes de mode à suivre sur Instagram

Grâce au digital et aux réseaux sociaux, la photographie de mode ne se limite plus aux défilés et pages de papier glacé. Blind a sélectionné trois jeunes photographes de mode à suivre de près sur instagram (et ailleurs).
© Lou Escobar

La photographie de mode est ambiguë. Parce qu’elle est au départ destinée à commercialiser des vêtements ou assurer leur publicité. Parce qu’elle n’est pas seulement représentative du travail d’un(e) photographe mais aussi de stylistes, directeurs(trices) artistiques, ou encore makeup artists. Parce qu’il s’agit de commandes spécifiques, pour des magazines ou des marques.

Richard Avedon, Helmut Newton, Annie Leibovitz ont contribué à élever ce genre au rang d’art et qu’il soit exposé au musée et en galeries. Aujourd’hui, la photographie de mode s’illustre surtout par deux biais. Ce qu’on appelle l’éditorial de mode, une série de photos publiées dans les magazines et les réseaux sociaux pour valoriser des pièces de créateurs, et la publicité, directement associée à une marque.

Classiques ou émergeants, chroniqueurs de la haute couture ou du streetwear, voici trois jeunes photographes de mode qui nous emmènent au plus près des nouvelles tendances via leur compte instagram.

Victor Demarchelier, le plus chic 

@victordemarchelier

© Victor Demarchelier

Qu’il immortalise Natalia Vodianova pour Dior ou son épouse la top française Héloïse Guérin pour Vogue, Victor Demarchelier accorde une attention toute particulière à la lumière. Sujet à part entière de ses clichés, elle leur confère une élégance classique et un rendu souvent intemporel.

Né aux Etats-Unis, il étudie l’art et l’économie au Vassar College de New York avant de faire ses armes auprès de son père, Patrick Demarchelier, l’un des plus grands photographes de mode. Héritier de son talent comme de son savoir-faire, il perce dans le monde de la mode en 2006. Si on peut voir ses éditos dans Vogue, Harper’s Bazaar ou encore Antidote, de grandes maisons font aussi appel à son oeil : Dior, D&G, Calvin Klein…

© Victor Demarchelier

Victor Demarchelier vient tout juste de signer une couverture iconique pour Numéro, où Erika Linder pose tout en majesté et clair-obscur. Il nous confie au sujet de cette collaboration : « J’aime beaucoup le rendu de ces images. Un peu dur, un peu brut, j’aime ce type de portraits qui capturent un vrai personnage ».

Son travail est aussi une ode à l’amour qu’il porte à sa famille. « L’inspiration est partout. On doit juste garder les yeux ouverts. Actuellement, ma famille est ma plus grande source d’inspiration. J’adore les photos de famille ! ». De ces photos de famille émanent une douceur old school, dont s’inspirent des marques et magazines féminins, remettant la dolce vita au goût du jour.

Lou Escobar, la plus cinématographique

@lou__escobar

© Lou Escobar

Peu importe ses commanditaires, le contexte ou les pays où on lieu ses shootings, les clichés de Lou Escobar sont comme un long et même road trip survitaminé. On y rencontre des personnages haut-en-couleur, entre deux bouchées de hot-dogs dans un diner, lors d’une nuit blanche dans un motel ou sur une grande route déserte où les kilomètres défilent.

« Je suis influencée par le cinéma de manière générale », admet la jeune photographe, laissant la liberté d’associer son travail aux univers de David Lynch ou Quentin Tarantino. Autodidacte, elle s’essaye à la street photography alors qu’elle parcourt les Etats-Unis, le Mexique et Cuba. 

Couverture: © Lou Escobar

En 2015, Citadium lui confie sa campagne photo d’hiver. Elle travaille ensuite pour Diesel, Ray Ban, et enchaîne les collaborations pour les magazines de mode, dont le très pointu Schön!. Un éditorial a-t-il eu sa prédilection ? « Je n’ai pas de préférence, chaque collaboration a été unique et enrichissante », avoue Lou Escobar. Elle ne considère d’ailleurs pas ces commandes strictement comme des shootings de mode, mais plutôt comme des histoires qu’elle raconte. 

Marchant à l’instinct et toujours en quête de nouveaux horizons, Lou Escobar prépare actuellement « un très très court docu fiction tourné dans un camp de gitans à Arles ». 

Valentin Fabre, le plus futuriste

@valentinfabre

© Valentin Fabre

Valentin Fabre fait partie de ces photographes émergents dont on se rappelle. Peut-être à cause de son esthétique Y2K (référence à l’an 2000 et au bug informatique), et son lot d’images iridescentes, peuplées de protagonistes aux tenues métalliques et nacrées, parfois nimbés de flous directionnels. 

Ses différentes collaborations, avec Adidas, Harper’s Bazaar, Hyperbeast et de nombreux.euses jeunes créateur.rice.s témoignent d’un sens aigu de la composition et du jeu avec les couleurs, inspiré de David LaChappelle, mais pas que. « Le peintre David Hockney m’inspire énormément de part ces choix de couleurs vives et ses compositions incroyables », résume le jeune photographe, qui cite aussi Luc Besson et Tim Burton. 

© Valentin Fabre

Il rappelle que la photographie de mode n’est autre qu’un collaboration entre corps de métiers, photographe, styliste, makeup artist, coiffeur, set designer… « Il y a toujours énormément de choses à échanger et partager. Chacun amène sa patte et cela permet de créer l’image ensemble », s’enthousiasme-t-il, avant d’évoquer une collaboration étonnante. « J’ai récemment pu collaborer avec Romain Fontaine, un jeune artiste graphiste qui crée de la 3D sur ordinateur. Il a apporté quelque chose de magnifique à mes images. Une touche de magie et un côté futuriste que j’apprécie beaucoup. »

Valentin Fabre s’est récemment illustré en shootant la première campagne de Veugue, un compte instagram qui parodie la mode et le luxe, en associant des logos de marques à des visuels issus de la pop culture (cinéma, séries, musique…). On peut actuellement voir son travail à la Galerie Le Trapèze à Paris jusqu’au 31 octobre, où il expose deux séries mode sur le thème des aliens « Un thème que j’affectionne particulièrement ! »


Par Charlotte Jean

Charlotte Jean est journaliste et auteure. Ancienne collaboratrice de Beaux Arts Magazine et fondatrice de Darwin Nutrition, elle est diplômée de l’Ecole du Louvre et spécialisée en art contemporain.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.