Foire généraliste présentant des œuvres de la période art moderne à nos jours, Art Paris est la première manifestation à s’installer au Grand Palais Ephémère du 9 au 12 septembre. Parmi les 140 galeries provenant d’une vingtaine de pays, la photographie tient une place de choix. Visite guidée.

Stephan Gladieu, série « Homo Detritus », 2020 - School Gallery Olivier Castaing

« Offrant un panorama de toutes les disciplines, de la peinture à la vidéo en passant par le design et la photographie, Art Paris a été il y a précisément un an la seule foire à rouvrir ses portes dans le monde », se rappelle fièrement Guillaume Piens, son commissaire général. Cette année, autre grande première, la manifestation va inaugurer le Grand Palais Ephémère, bâtiment imaginé par Jean-Michel Wilmotte. Situé au pied du Champ de Mars avec la Tour Eiffel en ligne de mire, cet emplacement exceptionnel garantit le prestige des événements qui s’y dérouleront pendant les travaux du Grand Palais. « Certes, il est 25 % plus petit mais il comporte une voûte opaque de 16 mètres de hauteur, ce qui rend les œuvres plus visibles », souligne le commissaire général.

Depuis 2011, Guillaume Piens est à l’origine du renouveau de Art Paris, qui tient à présent en deux mots. Il définitt ainsi l’identité de la foire : « régionaliste/cosmopolite ». Ce positionnement se caractérise par une forte présence de galeries françaises – parisiennes et de toute la France – et européennes… Cette spécificité s’avère être un atout en cette période de crise sanitaire où les déplacements sont limités. On note quand même la présence de quelques galeries d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. « Les visiteurs étrangers venant de destinations lointaines seront sans doute rares mais peu importe car ce n’est pas l’ADN de la foire. Nos visiteurs ont toujours été pour plus des deux tiers français et européens ». Preuve que cela marche, cette année signe la première participation ou le retour de galeries prestigieuses comme Lelong & Co, Kamel Mennour ou encore Almine Rech.

The thought of homogenized beauty de JJ Estrada T
Irreversible elevations de JJ Estrada T

Pour la quatrième fois consécutive, la foire propose un focus sur la scène française confié cette année à Hervé Mikaeloff, commissaire d’exposition indépendant. Également conseiller auprès de collections privées et d’entreprises en France et à l’étranger, il a sélectionné une vingtaine d’artistes présentés par autant de galeries autour du thème « Portrait et figuration ». S’il s’agit de peintures, certaines pièces font montre de liens étroits avec la photographie par leur cadrage ou leur réalisme, notamment Arnaud Adami (H Gallery), Rose Barberat (Galerie Pact) ou Marjane Satrapi (Galerie Françoise Livinec).

Fidèle à son identité, Art Paris fait une nouvelle fois la part belle aux découvertes. « Art Paris est une foire “de passion”». Nos visiteurs sont guidés par des achats plaisir en opposition à la spéculation. Il y a une volonté d’accessibilité, aussi bien en terme de prix que du côté de l’accueil des visiteurs. Les nouveaux collectionneurs sont les bienvenus ! », insiste Guillaume Piens. Ainsi, le secteur Promesses met en avant des galeries de moins de six ans d’existence. Parmi les neuf présentées, la guatémaltèque Rebelde montre des collages photographiques signés JJ Estrada T.

Albarrán Cabrera - Galerie Esther Woerdehoff
Albarrán Cabrera - Galerie Esther Woerdehoff

« Cet intérêt pour la création émergente n’empêche pas la présence de grandes figures, notamment Pablo Picasso et Andy Warhol, tous les deux avec des solo shows qui sont au nombre de 26 cette année. Cela permet aux visiteurs de découvrir les artistes plus en profondeur », souligne le commissaire général. Exclusivement basée sur l’œuvre photographique du père du Pop Art, l’exposition Andy Warhol à la Galerie Italienne est un des temps forts de la foire. Elle rassemble différentes techniques, en noir et blanc et en couleur : polaroids et photomatons, ainsi que des tirages cousus issus de sa dernière exposition quelques semaines avant sa mort en 1987.

Comme d’habitude, la photographie est donc très présente à Art Paris. Logique, si l’on pense que Guillaume Piens a dans le passé dirigé Paris Photo. Cela s’explique aussi par le fait que les artistes transdisciplinaires sont de plus en plus nombreux depuis quelques années. Nos coups de cœur de ce cette édition 2021 : les Français Laurence Aërgerter chez Binome et Stephan Gladieu Chez School Gallery Olivier Castaing, le duo espagnol Albarrán Cabrera chez Esther Woerdehoff, l’Italien Salvatore Puglia chez Sitdown, le Belge Lucas Leffler chez Intervalle et Saïdou Dicko chez Afikaris.

 

Par Sophie Bernard

Sophie Bernard est une journaliste spécialisée en photographie, contributrice pour La Gazette de Drouot ou le Quotidien de l'Art, commissaire d'exposition et enseignante à l'EFET, à Paris.

 

Art Paris Art Fair, du 9 au 12 septembre 2021. Grand Palais Ephémère. Plateau Joffre 75007 Paris.

 

Stephan Gladieu, série « Homo Detritus », 2020 - School Gallery Olivier Castaing
Laurence Aëgerter, série « Compositions catalytiques », 2019 – Galerie Binome
Salvatore Puglia, Time Drip Suite - Galerie Sit Down
Florian Ruiz, 2017 - Galerie Sit Down

 

Lire aussi : Stéphan Gladieu, portraits sous contrôle en Corée du Nord

 

Article précédent Article suivant