Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Danser: une raison de vivre

Le projet « B-Migrant » de Jair F. Coll suit de jeunes breakdancers vénézuéliens qui se sont installés en Colombie pour suivre leur passion.

Parmi les millions de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays depuis le début de la crise économique et politique, la plupart sont partis parce qu'ils étaient privés des besoins de base. Une vision simplifiée de ce phénomène implique cependant que les migrants n'ont pas besoin, ou n’ont pas le droit, à beaucoup plus que de pouvoir survivre. Jair F. Coll renverse ce paradigme en suivant de jeunes Vénézuéliens en Colombie, pour un projet qui se concentre sur leur rêve et leur passion : le break dance.

Heber López, 29 ans, effectue un « tour de tête » à un feu rouge dans le sud de Cali lors d'un spectacle de rue pour gagner de l'argent.

Le passeport vénézuélien de Gabriel Arocha. Le b-boy a voyagé dans plus de 12 pays d'Amérique latine et d'Europe pour des compétitions de break.

Les membres de l'équipe Rebel Warrior discutent sur une avenue de l'ouest de Cali, après avoir terminé une tournée de spectacles devant différents restaurants de la ville.

Des b-boys du Venezuela montrent les paumes de leurs mains après plus de 30 courts spectacles à un feu de signalisation situé au sud de Cali.

Joseph Azuaje, b-boy Alf, effectue un freeze lors d'une battle entre les Chicos del Barrio, composés de Colombiens et de Vénézuéliens, et un crew de Bogotá, lors de la FreeStyle Session Amérique latine. L'événement a eu lieu à Medellín.

Joseph Azuaje, b-boy Alf, regarde un des rounds de la FreeStyle Session Latin America.

Le titre du projet joue avec les termes « B-Boy » et « B-Girl », utilisés pour définir les danseurs de break dance du monde entier. Intimes et complices, les photos suivent leurs pas lors des entraînements et des spectacles, leurs amours de jeunesse et leurs défiances, offrant un regard d'initié sur une communauté libre, émouvante et passionnée.

Alfonso Berti Ibañe, AKKA Murdeking, embrasse sa femme Daniela Mariceth Corcho dans une rue de l'ouest de Cali. Le couple s'est rencontré en 2016 à Barranquilla, l'une des premières villes où Murdeking est arrivé après avoir quitté Naguanagua, au Venezuela.

Des b-boys vénézuéliens comptent l'argent collecté après une nuit de spectacles devant des restaurants de l'ouest de Cali. Bien qu'il y ait des jours où chaque membre peut gagner 40 000 pesos colombiens, ce qui constitue un bon bénéfice, pendant un mauvais jour ils peuvent gagner la moitié de cette somme.

Heber López marque à la craie les 30 représentations qu'il a faites à un feu rouge dans le sud de Cali, en Colombie. Lorsqu'un groupe de quatre ou cinq b-boys travaille de cette manière, chacun d'entre eux peut gagner entre 15 000 et 40 000 pesos colombiens en trois heures environ.

Laura Mámbel, 30 ans, pose pour un portrait sur un toit du quartier El Rincón, dans le sud-ouest de Medellín. Son objectif est de mener une vie économiquement viable grâce à la danse.

Dubraska Monterrey hugs her boyfriend Ibsen, while Alf looks out onto the street from the window of an apartment located in the Santa Lucía neighborhood, south of Bogotá. That night they slept under a check for $11 million pesos won at the Hip Hop al Parque competition of 2022.

Vous pouvez suivre le travail de Jair F. Coll sur son site web.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.