Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Fotografiska New York, un autre musée sur la photographie

Fotografiska New York, un autre musée sur la photographie

New York a célébré, le 14 décembre dernier, l’ouverture d’un nouvel espace uniquement dédié à la photographie. Avec une vingtaine d’expositions par an, Fotografiska vise fort et loin et veut s’imposer comme une des institutions culturelles immanquables de la ville.

​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

C’est à l’angle de la 22e rue et de Park Avenue South, que ce  nouveau lieu dédié à la photographie a ouvert récemment ses portes à deux pas du Flatiron Building, le célèbre « fer à repasser ». Pour sa succursale new-yorkaise, Fotografiska a choisi un quartier qui manquait jusqu’ici cruellement d’institutions culturelles, loin des galeries de Chelsea et des grands musées de la ville, l’emplacement est assez stratégique et souligne l’ambition de ses fondateurs. 

Il s’est installé dans un bel immeuble néo-renaissant de cinq étages, une pépite architecturale, un bâtiment de la fin du XIXe siècle, classé et rénové pour l’occasion – et qui a échappé de peu au destin des autres édifices du Flatiron District transformés, pour la plupart, en bureaux d’entreprises financières et de la tech.


​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

Une « expérience totale »

Si à l’extérieur on songe, en s’approchant, aux changements récents du quartier, on est accueilli à l’intérieur par une boutique-librairie et un café, bien remplis alors que le lieu a ouvert une heure auparavant, et c’est au comptoir où l’on vous sert un latte au matcha que l’on vous vend aussi les tickets pour voir les expositions. Grace Noh, la coordinatrice des expositions, insiste, en nous accueillant, sur le fait que Fotografiska est avant tout une « expérience totale ». Que l’on vienne pour la photographie ou non, il y a toujours quelque chose à y faire – comme de la méditation le matin ou se trémousser sur un DJ set le soir puisque le lieu ferme à 23h et une heure plus tard du jeudi au dimanche. 

L’immeuble accueille, en plus de la librairie et du café, le restaurant Verōnika (du nom de Sainte Véronique, la patronne des photographes), un bar dans une ancienne chapelle dont la charpente et les vitraux sont magnifiques, un espace de performance et d’installation sous les combles (là encore, superbe) et enfin trois étages dédiés à la photographie. Le tout sur une superficie d’un peu plus de 4000m2. On comprend que Fotografiska ne veuille être comparé « ni à une galerie d’art ni à un musée traditionnel », comme le précise en arrivant la jeune assistante qui nous accueille, on est aussi ici pour « rester pendant des heures » et pas seulement pour profiter des expositions.


​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

Une scénographie qui fait signature

Les espaces dédiés à la photographie veulent produire une expérience qui dépasse le médium lui-même. Les galeries sont un peu labyrinthiques, pour « s’y perdre », assez étroites aussi et sombres pour mettre en valeur les images, très éclairées. On passe d’une exposition à l’autre sans transition si ce n’est un court texte et quelques changements scénographiques. Les couloirs et les murs des escaliers sont peints en noir, c’est la marque de fabrique de Fotografiska avec son identité visuelle qui rappelle celle d’un bar lounge. 

Certaines images (pour l’exposition de la photographe de mode Ellen von Unwerth) et des planche-contacts (pour celle d’Anastasia Taylor-Lind) sont imprimées sur du papier peint collé au mur. On peut aussi regarder une courte vidéo de Tawny Chatmon qui s’exprime sur ses portraits de jeunes filles afro-américaines rehaussées de dorures. 

L’écoute aussi semble jouer un rôle important pour certaines expositions, sans que l’on trouve tout cela nécessaire : une composition musicale pour Helene Schmitz et un brouhaha de cours de récréation pour Anastasia Taylor-Lind qui a d’ailleurs fait s’interroger une visiteuse, café à la main et l’air inquiet : « il y a des enfants ici ? » Dans toutes les galeries, il n’y a pas foule en ce vendredi matin et on circule aisément. 


​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

Fotografiska, un concept tout-en-un

Le concept Fotografiska est né en 2010 à Stockholm de la volonté de deux frères, Jan and Per Broman, amateurs de photographie et « entrepreneurs culturels » et depuis que l’espace d’art est devenu l’un des lieux les plus visités de la capitale suédoise, ils ont poursuivi leur entreprise ailleurs. En juin 2019, Fotografiska ouvre à Tallinn en Estonie et Londres attend le sien dans le courant de l’année 2020. 

On s’est habitué aux boutiques et aux cafés qui s’installent dans les musées mais Fotografiska, qui est une entité privée, pousse le concept encore plus loin avec un projet tout-en-un et s’essaie à frayer une nouvelle voie dans le monde culturel et le marché de la culture. Fotografiska New York ne dispose pas de collections permanentes et n’a pas non plus de projet curatorial ni de commissaire d’exposition à proprement parler. Il s’appuie sur un réseau de particuliers et d’institutions et surtout sur les deux – bientôt trois – autres succursales européennes. Les expositions tourneront entre les différents lieux au titre d’une vingtaine d’expositions par an. C’est un projet ambitieux qui vise la quantité et la diversité avec environ quatre expositions à la fois comme c’est le cas présentement.


​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

Un peu de fraîcheur 

Si le lieu peut surprendre autant que le concept (et le prix de 28 dollars) n’interroge, Fotografiska apporte à la scène photographique de New York un peu de fraîcheur. Jusqu’ici, hormis des galeries de renom et les grands musées, un seul lieu à New York était entièrement dédié à la photographie, l’International Center of Photography, mais seulement quatre expositions y ont été présentées l’année dernière. Une des promesses de Fotografiska est surtout de proposer des artistes toujours différents et de couvrir toutes les pratiques photographiques, c’est particulièrement vrai pour la photographie de mode et le photojournalisme, souvent sous-représentés dans les institutions culturelles new-yorkaises. Fotografiska va néanmoins devoir faire ses preuves pour véritablement marquer le paysage culturel new-yorkais.


​​​​Fotografiska New York © CetraRuddy

Par Hugo Fortin

Fotografiska New York

281 Park Avenue South

Expositions actuelles : 

Adi Nes, Testaments, jusqu’au 1er mars 2020.

Anastasia Taylor Lind, Fotografiska for Life X TIME, jusqu’au 8 mars 2020.

Ellen von Unwerth, Devotion! 30 Years of Photographing Women, jusqu’au 29 mars 2020.

Tawny Chatmon, Inheritance, jusqu’au 22 mars 2020.

Helene Schmitz, Thinking Like a Mountain, jusqu’au 12 avril 2020.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.