Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grandir au Burkina Faso

Pendant trois ans, Philippe Blondel a vécu au sein de la famille Ouedraogo dans leur maison à Karpala, au Burkina Faso. Le photographe partage ses inquiétudes quant à l'avenir incertain que les générations futures devront affronter dans un monde en constante évolution.

Depuis l'arrivée du terrorisme en 2016, la jeunesse burkinabé traverse une période difficile. En 2022, les conditions politiques, sociales et sécuritaires se détériorent, avec deux coups d'État en neuf mois. Dans un tel contexte, l'avenir de la population reste plus incertain que jamais.

Portrait de Jacques Sibiri Ouedraogo. Jacques est le père de famille, souvent sorti, il réalise des petits boulots pour subvenir aux besoins de sa famille. Burkina Faso, Karpala, décembre 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

La main de Celia Ouedraogo tient la tête d'Ichame Traore. Cette main pourrait être la representation du pouvoir néocolonial qui, tout comme celle ci, garde un puissant pouvoir sur la jeunesse. Burkina Faso, Karpala, 1er janvier 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Portrait d'Ichame Traore. Le rideau protège l'intérieur des maisons de la poussière permanente, tout comme cette case qui préserve les enfants encore naïfs d’un avenir incertain. Burkina Faso, Karpala, décembre 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Le Burkina Faso, colonie française jusqu'en 1960, a connu une croissance économique après son indépendance. Malheureusement, l'insécurité s'y est intensifiée. Les attaques des groupes djihadistes et les conflits intercommunautaires se multiplient dans tout le pays. Cette situation a entraîné un grand nombre de déplacements de population, avec 1 810 105 personnes enregistrées comme déplacées internes en 2022, dont 60,37% sont des enfants.

Ichame Traore, Fabienne Ouedraogo et Ingrid Ouedraogo (de gauche à droite) décorant la maison quelques jours avant Noël. Burkina Faso, Karpala, 23 décembre 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Fabien Ouedraogo, Ichame Traore et Fabienne Ouedraogo (de gauche à droite) lors de la préparation du repas. Burkina Faso, Karpala, 25 décembre 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Un passé colonial pesant. Un système néocolonial exerçant une emprise économique, politique et culturelle. Des régimes politiques instables. L'accélération des nouvelles technologies. L'ennui constant. Tels sont les défis que la jeunesse africaine doit affronter. Comment pourra-t-elle naviguer dans ce système fracturé entre espoir et désillusion ?

Ingrid Ouedraogo danse dans la nuit quelques jours avant la veille de Noël. Burkina Faso, Karpala, décembre 2021. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Ichame Traore, l'enfant de la case voisine de la famille Ouedraogo. Burkina Faso, Karpala, décembre 2022. © Philippe Blondel / Collectif DR.

Par son observation minutieuse de leur vie quotidienne, Philippe Blondel dépeint un portrait fidèle de l'existence des Burkinabés en général. Un quotidien d' errance vulnérable.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.