Loop


Maintenant que vous avez toutes les clés en main pour vous mettre progressivement à la photographie argentique, vous allez peut-être prendre la décision de vous lancer dans le développement de vos pellicules chez vous. Voici quelques recommandations pour faire ses premiers pas, pour découvrir la chimie et pour vous aider à réaliser l’avant-dernière étape, néanmoins l’une des plus importantes qui fera apparaître vos images en négatif.


Immo Wegmann on Unsplash

Commencer par le développement négatif noir et blanc

Si c’est la première fois que vous vous lancez dans le développement maison, nous conseillons vivement de débuter par le développement négatif noir et blanc, beaucoup plus accessible techniquement et plus simple à mettre en place. Le développement couleur C-41 peut également s’effectuer chez soi, mais il nécessite un maintien beaucoup plus précis de la température. Le développement noir et blanc est donc idéal pour débuter, pour apprendre les rudiments et comprendre le processus du développement argentique via des étapes plus simples. 

Bien s’équiper

Pour improviser un laboratoire photo dans son intérieur, il s’agit avant tout de choisir une pièce fermée, avec un accès à l’eau de préférence (comme la salle de bain) et d’occulter la lumière entrante par les fenêtres et la porte. Si vous n’avez pas cette possibilité, sachez que vous pouvez vous procurer ou fabriquer vous-même un manchon de chargement, à condition qu’il soit occultant. Seules les premières étapes qui consistent à sortir le film de la pellicule, à l’installer dans la spire et placer la spire dans la cuve de développement nécessitent d’être réalisées dans le noir complet. 

Pour le reste, il est essentiel d’avoir l’équipement adéquat pour les étapes suivantes. Voici les éléments principaux pour réaliser votre premier développement :

  • Un décapsuleur pour ouvrir votre pellicule

  • Une spire, pour installer votre pellicule une fois cette dernière sortie de sa cartouche

  • Une paire de ciseaux pour découper l’amorce et la fin de votre film

  • Des récipients gradués pour mesurer et préparer les dilutions

  • Une cuve de développement, un des éléments principaux pour votre laboratoire photo puisqu’il vous permettra d’y insérer votre chimie et d’effectuer vos différents bains

  • Un chronomètre pour mesurer le temps nécessaire au développement

  • Une pince, des pinces à linge ou clips pour le séchage

  • Des gants et des lunettes de protection

Les différents bains chimiques

Le développement d’une pellicule noir et blanc comprend 3 bains chimiques principaux et une étape de rinçage. Le passage de la pellicule dans le révélateur, le bain d’arrêt et le fixateur sont les étapes primordiales pour développer son film. Il est donc essentiel de s’équiper de cette chimie. 

Avant de débuter le processus développement, il faudra également veiller à effectuer les bonnes dilutions pour vos différents bains. Le rapport de dilution est généralement indiqué sur les bouteilles et dépend avant tout de la contenance de votre cuve et du nombre de pellicules à développer. Prenez le temps d’effectuer cette étape correctement, puisqu’un mauvais dosage peut nuire au développement de votre pellicule entière. Effectuer les calculs en amont et simuler les préparations vous facilitera la tâche. 

Pour celles et ceux qui souhaitent pousser le développement plus loin, il existe des options additionnelles comme l’agent mouillant qui facilite le séchage et évite les traces de calcaire, mais ce n’est pas une étape obligatoire.


JR Korpa on Unsplash

Le développement

Voici une vidéo explicative (en anglais) qui montre très bien les étapes à réaliser pour développer son film négatif noir et blanc. Si cette dernière n’est pas suffisament claire, internet regorge de vidéos et articles explicatifs. Notez soigneusement les étapes sur un carnet et les calculs adaptés à votre propre développement. 

https://www.youtube.com/watch?v=aPQ7OPy8T2w

Respecter les doses et les étapes

Comme en pâtisserie, avant de faire des expérimentations diverses, il est essentiel de respecter à la lettre les dilutions, le temps de passage dans les différents bains et de bien mélanger au moment du développement. Il se peut que votre film négatif se révèle très foncé ou au contraire très clair après le développement, cela ne signifie pas forcément que le développement a mal été réalisé, mais peut-être que vos images ont été surexposées ou sous exposées au moment de la prise de vue. Si tel est le cas, il faudra alors revoir vos réglages sur votre boîtier et mieux vous aider de la cellule intégrée pour espérer obtenir de bons négatifs.

Le développement chez soi, pour qui ?

Le développement à la maison peut devenir vraiment économique si vous pratiquez régulièrement l’argentique et si vous avez plusieurs pellicules à développer au mois par exemple. Il peut également permettre de vous initier à cette pratique et d’avoir un contrôle sur toute la chaîne de production de vos images, ce qui faut le reconnaître, est plutôt gratifiant, mais peut vite devenir onéreux s’il s’agit de développer un film de temps en temps. 

Conclusion

Pour vos premiers essais, misez sur le développement argentique négatif noir et blanc. Assurez-vous d’avoir un espace occultant pour les premières étapes, le matériel adéquat et la chimie de base (révélateur, le bain d’arrêt et le fixateur) pour pouvoir effectuer votre développement dans son intégralité. Respectez également les consignes de sécurité et les dilutions au millimètre. Le développement est une étape cruciale qui nécessite précision et minutie. Cela peut sembler un peu effrayant et fastidieux, mais il s’agit finalement de suivre une recette, vieille depuis plusieurs décennies maintenant et qui fonctionne à merveille. 


Michael Jinon on Unsplash

 

Par Céline Nebor

Article précédent