Felipe Jacome vient de la photographie documentaire. Il a souvent recours, pourtant, à des procédés alternatifs : cyanotypes, portraits de tribus indigènes d’Amazonie  réalisés grâce à des pigments végétaux (chlorophylle) sur des feuilles géantes d’arbres de la jungle et, récemment, il a utilisé de la gélatine argentique pour transférer ses photographies de migrants vénézuéliens sur des billets de banque du Bolivar qui ne sont plus en circulation.

«En raison du nombre impressionnant d'images qui sont à notre disposition, nous y sommes tout à fait insensibles. Nous devons donner une dimension supplémentaire à une image pour que les gens ne puissent pas l'ignorer. En utilisant des procédés différents, j’espère faire réfléchir davantage les gens », explique Jacome.


© Felipe Jacome 

Sur la route

À son retour en Équateur, où il est né et fait encore de longs séjours, il s'est lié d’amitié avec des Vénézuéliens qui avaient fui la crise. « Je les ai rencontrés alors qu'ils dormaient dans les parcs ou dans les gares routières, vendant des bonbons ou travaillant dans le bâtiment », se souvient Jacome. Ayant entendu parler de leur expérience, il a voulu aller sur place, voir les choses de ses propres yeux. « Tout le monde parlait d'un tronçon de route très difficile s'étendant sur 200 km, de Cucuta à Bucaramanga, et je savais que je voulais faire ça. »

Il a embauché comme intermédiaires deux amis vénézuéliens qui connaissaient la route pour l’avoir pratiquée six mois auparavant, et ils se sont joints à un groupe de « Caminantes » - que l’on peut traduire approximativement par « Marcheurs » ou « Voyageurs ». « On rencontre toute sorte de gens sur la route, des jeunes hommes – de nombreux jeunes hommes -, mais aussi des femmes, des familles, des familles avec des bébés, des personnes âgées », raconte Jacome. Il a même rencontré un aveugle qui lui a demandé s'il devait se rendre au Chili ou au Pérou.

« C’est très variable. Parfois, vous faites un bout de chemin dans une voiture pendant à peu près une heure, certains viennent avec vous, d’autres restent. »


Diana María Gonzáles and her children are traveling to Ecuador to join her husband who had left 5 months before them. “He was sending us money regularly, but once converted to Bolívares it was not enough to buy food for the household,” she said. © Felipe Jacome 

Une monnaie sans valeur

Conscient qu'il ne pourrait pas immobiliser trop longtemps les gens, étant donné qu’ils devaient parcourir 30 à 40 kilomètres par jour entre deux refuges, il faisait des portraits durant la marche, enregistrant parfois des témoignages avec son téléphone. Au cours des dernières années, Jacome s’est intéressé aux relations que les gens entretiennent avec le monde matériel, dont il a trouvé l’expression extrême dans la crise économique au Venezuela, où un salaire mensuel équivaut à peine à deux livres de riz ou de farine, et où les billets de banque ont la valeur d’une feuille de papier.  « Le premier jour, une petite fille m'a offert un origami qu’elle avait fabriqué avec un billet de banque. Pour moi, cela voulait tout dire. Il y a des choses que nous ne comprenons pas. Il est très difficile d'appréhender la crise, ses conséquences sur les gens dans un système économique qui s’effondre tout entier, d’une manière aussi spectaculaire – on parle d'une inflation de 10 000 000% », explique Jacome.


Ender Perez from Barquesimento, Venezuela had been walking for 5 days before reaching the Berlin highlands. He works as a barber and is on his way to Peru. © Felipe Jacome 

Outre leur valeur, les billets ont perdu leur pouvoir symbolique. « Les Vénézuéliens ont toujours été très fiers de leur monnaie. C'était l’une des plus fortes d'Amérique latine et les billets sont extrêmement beaux et bien conçus », poursuit-il. Au recto, on peut voir des merveilles naturelles du Venezuela - un tatou géant (avec les plaines de Los Llanos en arrière-plan); un aigle harpie américain survolant les chutes d'Ucaima; une tortue imbriquée devant la montagne de Macanao -, de l’autre, des héros nationaux. Ils sont également conçus pour révéler différents motifs lorsqu'ils sont superposés ou pliés. « Et maintenant, ils ne valent plus rien », dit Jacome.

De retour chez lui, une liasse de billets sans valeur dans une poche et un appareil photo rempli de portraits de Caminantes dans l’autre, il a improvisé une chambre noire dans sa salle de bain et imprimé ses photographies sur des billets du Bolivar. Il en résulte des impressions uniques, chacune très imparfaite, révélant parfois les coups de pinceau de l’application de la gélatine. Et nous ne pouvons qu’y voir une métaphore du parcours des Vénézuéliens.


 Fernando Ruiz, 25, is from Valencia, Venezuela. He decided to leave the country soon after his first son was born. "We do anything for our children," he told me. This image was taken on the road leaving Cucuta, Colombia. © Felipe Jacome 

 Jairo (18) and Julia (15) rest on each other after walking for 20 kilometers on the road from Cucuta to Bucaramanga, the first stretch on the migrant route out of Venezuela. © Felipe Jacome  

Andreina and her daughter start walking from Cucuta at 5am. They arrived from Venezuela 6 months before, but Andreina got involved in an abusive relationship with a Colombian man. They hope to find a new life in a different city in Colombia. While locals have become increasingly reticent to giving rides to Venezuelan migrants, many still try to help women and children like Andreina walking along the road. © Felipe Jacome  


Jose Miguel Albuja begins walking at dawn, after a night at the shelter in Berlin. Berlin is the highest and coldest point of the highland between Cucuta and Bucaramanga. Many migrants have died of hypothermia since the mass exodus began some months ago. © Felipe Jacome  

Luis Silva (62) from Puerto Cabello, Venezuela, left his home 3 months ago. "Seeing my grandchildren go to sleep feeling hungry broke my heart. That´s why I´m on the road," he said. © Felipe Jacome  

 

Article précédent Article suivant