Au milieu des années 1970, le photographe américain Les Krims, connu pour ses mises-en-scènes satiriques d’avant-garde, a créé une intrigante série de photos de robots exposée aujourd'hui pour la première fois en 40 ans.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery

À l'été 1974, alors qu'il enseigne au sein de l'école de photographie de Tokyo du maître japonais Eikoe Hosoe, Les Krims est fasciné par les dessins animés et les jouets populaires Transformer, de petits robots qui n’ont pas encore fait leur apparition aux États-Unis. La série « Uranium Robots » est le résultat de deux concours de fabrication de combinaisons de robots, attribués à la même époque par Krims à ses étudiants de l’université de SUNY, à Buffalo, dans l’Etat de New York. Un concours qui offre aussi une somme d’argent au gagnant du meilleur robot. Quand elles sont terminées, les participants enfilent alors leurs combinaisons de robot et se tiennent dans le même coin d’une pièce, avant que Krims les immortalisent avec un appareil photo grand format. Un envahisseur de l'espace d'un autre monde piégé dans une banale salle de classe.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery

Blind s'est entretenu avec Les Krims sur la réalisation de sa série « Uranium Robots ».

Que représentent ces robots?

Chaque robot représente simplement l’idée d'un étudiant d'une combinaison de robot, vers 1976.

Pouvez-vous dire quels matériaux ont été utilisés pour fabriquer ces robots?

Les combinaisons étaient faites de carton, papier d'aluminium, plastique, peinture, pièces électroniques, calfeutrage, bracelets, grenouilles, escargots et queues de chiot, etc. Un étudiant, qui travaillait pour une entreprise de chauffage et plomberie, a fabriqué son costume en acier galvanisé et petites lumières de Noël. Ce costume a été l'un des gagnants. J'ai acheté le costume et je l'ai eu chez moi pendant de nombreuses années.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery

Quelles sont les coulisses de ce projet?

Ma classe de photographie au Buffalo State College fonctionnait comme une compagnie de répertoire à l'époque. Nous travaillions tous ensemble pour fabriquer des images. Les costumes ont été fabriqués par les candidats (tous n'étaient pas des étudiants) en dehors de la classe. Je n'ai jamais vu ce processus. La partie "Uranium" du titre m’est venue de mon plan initial de tonifier les impressions (j'ai souvent tonifié mes impressions avec du sélénium) avec une concoction de toner du 19ème siècle à base de nitrate d'uranyle. Idée que j'ai abandonnée car étant trop dangereuse. Mais j'ai gardé le titre, en référence au malheureux passé de la radioactivité au Japon et de ses conséquences.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery

Pourquoi avez-vous photographié vos élèves portant les costumes dans le même coin?

La salle était un salon de faculté désaffecté. Il était grand et avait un mur de fenêtres qui laissait passer la lumière naturelle et offrait une vue sur l'architecture de style soviétique du campus et un parking. Quel meilleur endroit pour faire des photographies de robots aussi funky? Une photographie d'une combinaison de robot, simplement présentée, était l’humble objectif - et l'expérience du processus pour y arriver.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery

Qu'est-il arrivé aux combinaisons-robots?

Une fois qu'une photo était faite d'un concurrent portant le costume, la personne se déshabillait, pour ainsi dire, et quittait le bâtiment avec son costume. Au-delà du robot en fer blanc que j'ai acheté, je n'ai aucune idée de ce que sont devenus les autres.

Uranium Robots © Les Krims / Joseph Bellows Gallery


Propos recueillis par Jonas Cuénin

 

Les Krims, Uranium Robots
Une exposition en ligne de la Joseph Bellows Gallery à La Jolla, Californie
31 octobre 2020 au 2 janvier 2021

Voir la série entière en ligne ici.


 

Article précédent Article suivant