{


Champion du monde de football avec l’équipe d’Argentine en 1986, milieu de Barcelone puis de Naples, l’ancien numéro 10, joueur d'exception, personnage sans pareil, génie autodestructeur, est mort mercredi à l’âge de 60 ans. Blind rend hommage à « El Pibe de Oro » à travers plusieurs photographies de ses exploits, toutes disponibles en tirages chez la Galerie Jean-Denis Walter.

La maison d'enfance de Diego Maradona

« Diego’s roots », Maison d'enfance de Diego Maradona, quartier de Fiorito, Buenos Aires, Argentine, 1993
© Christopher Pillitz, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

Le photographe Christopher Pillitz raconte: « En 1993, j'ai réalisé un travail au long cours sur Buenos Aires, pour le magazine National Geographic. Je devais raconter l'âme de la ville. Au cours du reportage, j'ai été dans le quartier d'enfance de Diego Maradona pour retrouver sa maison. je l'ai trouvée. Les nouveaux habitants n'ignorent pas qu'il a vécu ici. Leurs enfants non plus. »

Photographie disponible ici.


La main de Dieu

« La mano de Dios », Quart de finale de la Coupe du Monde 1986, Mexico
© Eduardo Longoni, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

Lors de ce quart de finale de la Coupe du Monde 1986 opposant l'Argentine à L'Angleterre au Stade Aztèque de Mexico City, Diego Maradona ouvre le score en s'aidant de la main. Il déclarera qu'il s'agissait de la Main de Dieu et cette malice deviendra culte. Les deux pays se détestent à cette époque, après leur affrontement militaire lors de la guerre des Malouines. Ce match a alors un enjeu politique fort.

Photographie disponible ici.


Le but du siècle

« La carrera del Pibe », Quart de finale de la Coupe du Monde 1986, Mexico © Eduardo Longoni, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

Peu de temps après son premier but controversé, Diego Maradona marque le second but argentin au terme d'une course folle. Ce but légendaire est considéré comme le plus beau de l’histoire de toutes les Coupes du Monde. Cette image prise par le photographe Eduardo Longoni est prise juste après que Maradona ait dribblé le gardien et juste avant qu’il pousse le ballon dans le but.

Photographie disponible ici.


Finale de la Coupe du Monde 1986

Les mains de Dieu, Finale de la Coupe du Monde 1986, Argentine-Allemagne
© John Vink, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

Le 29 juin 1986, l’Argentine affronte l’Allemagne et finale de la Coupe du Monde. Diego Maradona lève les bras devant les tribunes du Stade Aztèque de Mexico. Une image très pure et très poétique qui raconte un gamin alors au sommet de son art et de sa réussite.

Le photographe John Vink écrit: « Membre de l'agence Vu à l'époque, j'avais été mis en commande sur ce événement par le quotidien Libération qui avait installé toute une rédaction dans une maison de Mexico. J’ai fait peu de photos de matches. J’étais plus là pour montrer le contexte et l’ambiance. Tous les deux ou trois jours je me rendais en voiture au travers des embouteillages jusqu’à l'aéroport afin d’y trouver un passager qui voulait bien transporter les films (non développés) sur Roissy où un coursier l'attendait. Tous les films sont arrivés à bon port et je découvrais les choix de la rédaction photo quelques jours plus tard. »

Photographie disponible ici.


Diego Maradona soulève la Coupe du Monde

« Diego en el cielo », Finale de la Coupe du Monde 1986, Mexico
© Eduardo Longoni, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

Lors de cette finale de Coupe du Monde 1986 au Mexique, Dieguito, qui venait de marquer les quatre derniers buts argentins durant les matchs précédents, ne dispose d'aucune liberté. Il se meut alors en équipier de luxe, laissant à ses partenaires le soin de briller. L’Argentine gagne 3 buts à 2 et Maradona devient une légende.

Photographie disponible ici.


Naples, le club de coeur de Diego Maradona

Diego Maradona offre le titre au Napoli, Stade San Paolo de Naples, 10 mai 1987
© Mark Leech, avec l'aimable autorisation de la galerie Jean-Denis Walter

10 mai 1987. 16 heures. La ville de Naples est en silence. Ses rues sont vides. Et même le Vésuve pose son regard vers l’autre côté du Golfe, où le stade San Paolo est rempli depuis quatre heures. Deux heures plus tard, le coup de sifflet final de l’arbitre est le détonateur de l’explosion d’une fête attendue depuis longtemps : le Napoli est sacré champion d’Italie pour la première fois dans son histoire. Une revanche pas seulement footballistique, mais aussi culturelle et humaine. La victoire du Sud des « pauvres » contre le Nord des « riches ». Une victoire qui va déclencher un spectacle unique dans les rues de la ville, qui avaient retenu leur souffle depuis plusieurs jours.

Photographie disponible ici.

 

Diego Maradona sous le maillot de l'Argentine

Diego Maradona lors d'un match amical entre
l'Angleterre et l'Argentine le 13 mai 1980, Londres
© Mark Leech, avec l'aimable autorisation
de la galerie Jean-Denis Walter

Passé par les clubs de Boca Juniors, Barcelone et Naples, Diego Maradona n'aura jamais été aussi resplendissant qu'avec le maillot de la sélection nationale argentine. Cette image de Mark Leech, à la belle lumière, l'immortalise en 1980, presque à ses débuts avec l'équipe première de son pays. Maradona, un Dieu pour l'éternité.

Photographie disponible ici.


Plus d’informations sur ces photographies et sur d’autres photographies de sport sur le site de la galerie Jean-Denis Walter, spécialisée dans le genre:

www.jeandeniswalter.fr




 

Article précédent Article suivant