Blind Magazine : photography at first sight

Carolee Schneemann : le corps comme outil subversif

Une exposition présentée actuellement à Londres rend hommage à la féministe sans concessions qui a transformé le langage de l’art moderne.

En 2019, lorsque Carolee Schneemann, artiste féministe profondément engagée, est décédée à l’âge de 80 ans, le monde de l’art venait à peine de la reconnaître, après l’avoir ignorée pendant des dizaines d’années.

Le sexe et la violence, qu’elle a courageusement représentés, lui ont été des outils pour renverser le statu quo : sa carrière et sa vie avaient beau être en jeu, elle n’en a pas moins rendu hommage au caractère divin de la féminité.

« Carolee Schneemann considérait sa vie et son travail comme un processus incessant de transformation », écrit Lotte Johnson dans le catalogue de l’exposition « Carolee Schneeman: Body Politics ».

« Elle travaillait par couches successives,  épissait, tranchait, déchiquetait, collait, superposait, dissimulait, révélait, fracturait, fendait, brûlait, cuisait, activait, mêlait, répétait, repoussait, attirait, démêlait, étreignait. » 

Intrépide, intense, implacable : Carolee Schneemann était tout cela, et plus encore. Interrogée, en 2017, à propos de son travail politiquement incorrect, qui lui valait des ennemis dans le camp des sexistes tout autant que des féministes, elle a simplement répliqué que c’était comme de voir un cadavre sur la chaussée, et de réaliser que personne ne le déplacerait, si elle ne le faisait pas elle-même.

Carolee Schneemann et Kitch dans son studio de la 29ème rue ouest, New York, 1962. Photographie de Leo Choplin Reproduit avec l'autorisation de Neil T. Choplin, MD © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres 2022
Carolee Schneemann et Kitch dans son studio de la 29ème rue ouest, New York, 1962. Photographie de Leo Choplin Reproduit avec l’autorisation de Neil T. Choplin, MD © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres 2022

Audace et détermination

Née d’un médecin de campagne à Fox Chase, en Pennsylvanie, Carolee Schneemann grandit dans l’émerveillement de la puissance de la nature, et avec une liberté dont peu de jeunes filles jouissent à l’époque. 

Elle échappe à la corvée des tâches domestiques, imposées au sexe féminin, en accompagnant son père lors des visites à ses patients, et en vient à comprendre le corps comme un paysage en lui-même.

Bien avant que l’on ne considère la carrière artistique comme viable, Carolee Schneemann décide d’obéir à sa vocation, mais son père doute du bien-fondé de l’enseignement supérieur et lui refuse un soutien matériel. Carole Schneemann ne se décourage pas pour autant.

Elle obtient une bourse d’études à Bard et devient la première femme de sa famille à fréquenter l’université – où le sexisme systémique la frappe de front. 

Ne disposant pas de modèles vivants, elle utilise son propre corps dans l’intimité du dortoir. Des étudiants masculins se faufilent dans sa chambre, font main basse sur son travail, et Carole Schneemann est expulsée pour « turpitude morale ».

Mais une fois de plus, la jeune artiste est déterminée à avoir gain de cause. Elle sent que son travail a besoin d’une base solide, « parce que si je ne m’inscris pas dans une lignée, je suis anormale, et mon expérience est constamment marginalisée comme étant une exception dans la tradition, l’histoire, le langage », déclare-t-elle dans une interview de 1988.

Up to and Including Her Limits, 10 juin 1976. Studiogalerie, Berlin Photographie de Henrik Gaard. Documents de Carolee Schneemann, Getty Research Institute, Los Angeles (950001). © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres York et DACS, Londres 2022
Up to and Including Her Limits, 10 juin 1976. Studiogalerie, Berlin Photographie de Henrik Gaard. Documents de Carolee Schneemann, Getty Research Institute, Los Angeles (950001). © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres York et DACS, Londres 2022

Artiste, modèle et muse

En 1963, elle commence à intégrer ouvertement son corps à son œuvre, avec la série de photographies intitulée Eye Body : 38 Transformative Actions for the Camera, un ensemble de tirages argentiques représentant l’artiste dans son atelier, posant au milieu de ses peintures. Dans ces œuvres, elle est artiste, modèle et muse à la fois, subvertissant triomphalement l’archétype du nu féminin, en un acte de revendication que n’oserait aucun artiste masculin.

« Nu, exposé devant l’objectif ou les spectateurs, mon corps n’est plus cet objet sexuel fabriqué par la culture masculiniste, et qu’elle s’attend à voir », écrit-elle en 1976 à propos de cette série.

« Recouvert de peinture, de graisse, de craie, de cordes, de plastique, mon corps est un territoire visuel que je revendique – comme une extension des énergies et des organisations de mes peintures-constructions. C’est mon matériau. Non seulement je fabrique des images, mais je crée les valeurs de l’image avec ma chair, comme un matériau avec lequel j’ai choisi de travailler. Mon corps peut être érotique, sexuel, désiré, désirant mais il est aussi votif : un texte fait de traits et de gestes, déterminé par ma volonté créatrice en tant que femme. »

Feu d'eau/aiguille d'eau, 29 mai 1966 Domaine Havemeyer, Mahwah, NJ Photographie de Charlotte Victoria Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Galerie, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022
Water Light/Water Needle, 29 mai 1966 Domaine Havemeyer, Mahwah, NJ Photographie de Charlotte Victoria Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Galerie, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022
Newspaper Event, 29 janvier 1963 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie d'Al Giese Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Foundation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © Al Giese / ARS, NY et DACS, Londres 2022
Newspaper Event, 29 janvier 1963 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie d’Al Giese Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Foundation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © Al Giese / ARS, NY et DACS, Londres 2022
Meat Joy, 16-18 novembre 1964 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie de Robert McElroy Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Foundation et Galerie Lelong & Co., Hales Galerie, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © 2022 Succession de Robert R. McElroy / Licence VAGA à l'Artists Rights Society (ARS)
Meat Joy, 16-18 novembre 1964 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie de Robert McElroy Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Foundation et Galerie Lelong & Co., Hales Galerie, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © 2022 Succession de Robert R. McElroy / Licence VAGA à l’Artists Rights Society (ARS)

Cette philosophie guidera Carolee Schneemann tout au long de sa carrière. Ses actes artistiques sont une merveille d’audace, dont le monde de l’art a été plus que long à reconnaître le génie. 

Elle commence à mettre en scène des happenings – tels que Meat Joy à Paris, en 1964, où l’on peut voir son corps et ceux de nombreux jeunes hommes et femmes se contorsionner nus sur le sol parmi du poisson, du poulet et des saucisses crus, tandis qu’un public plutôt bourgeois regarde ce magma de chair avec admiration. 

Soudain, un inconnu assis dans le public bondit de son siège, pris d’un accès de rage frénétique. Il se jette sur Carolee Schneemann, la traîne hors de la scène et commence à l’étrangler.

Deux spectatrices interviennent, frappant l’homme jusqu’à ce qu’ils la libèrent – et Carolee Schneemann reprend aussitôt le cours de sa performance.

Maison ronde, 29 juillet 1967 Congrès international de la dialectique de la libération, Institut d'Etudes Phénoménologiques, The Roundhouse, Londres Photographie de John Haynes Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © John Haynes
Round House, 29 juillet 1967 Congrès international de la dialectique de la libération, Institut d’Etudes Phénoménologiques, The Roundhouse, Londres Photographie de John Haynes Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © John Haynes
Eye Body: 36 Transformative Actions for Camera, 1963 Tirage gélatino-argentique, imprimé en 2005 61 × 50,8 cm Photographie de Erró Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie Erró © ADAGP, Paris et DACS, Londres 2022
Eye Body: 36 Transformative Actions for Camera, 1963 Tirage gélatino-argentique, imprimé en 2005 61 × 50,8 cm Photographie de Erró Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie Erró © ADAGP, Paris et DACS, Londres 2022

« Le message »

Une grande partie du travail de Carolee Schneemann a été préservé grâce à la photographie, qui nous a livré d’incroyables, ineffables moments, tels que sa performance légendaire de 1975/1977, Interior Scroll. Ce travail prend sa source dans un dessin de 1974, intitulé Le Message ; l’on y voit une femme extrayant un long morceau de papier plié de son vagin – et une idée novatrice émerge de cette image, un manifeste selon lequel le corps féminin a une histoire à raconter, une histoire qui doit être entendue. 

En 1975, Carolee Schneemann reprend cette idée au festival Women Artists Here and Now à East Hampton, dans l’Etat de New York. Nue sur une table, elle déroule lentement son propre rouleau et le lit, enjoignant les femmes de « devenir conscientes » du sexisme des hommes.

Chromelodeon (4ème Concrétion), 23 et 25 juin 1963 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie d'Al Giese Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © Al Giese / ARS, NY et DACS, Londres 2022
Chromelodeon (4ème Concrétion), 23 et 25 juin 1963 Judson Dance Theater, Judson Memorial Church, New York Photographie d’Al Giese Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022 Photographie © Al Giese / ARS, NY et DACS, Londres 2022

Mais Carolee Schneemann va apprendre que le sexisme n’a pas de genre. Massivement attaquée par les féministes, qui lui reprochent sa beauté classique et sa taille marquée, elle est qualifiée d’allumeuse qui joue un double jeu, en utilisant son physique dans son art pour fasciner les mâles.

Elle ne s’attendait guère à une réaction aussi agressive, de la part de celles qu’elle considérait comme des sœurs, dans sa lutte pour l’émancipation et le libre arbitre de leur corps.

Mais insensible aux manifestations de mépris et de manque de respect, Carolee Schneemann va utiliser son corps comme instrument de sa pratique artistique tout au long de sa carrière singulière. Ce n’est qu’à la fin de sa vie que l’on a rendu justice à l’ampleur de sa vision et à son génie.

Les derniers mots d’Interior Scroll ont eu alors un écho : « Vous ne devez RIEN espérer, et profiter de ce qui vous est donné, aussi longtemps que c’est possible, et ne JAMAIS vous justifier, vous laisser  guider par ce que vous ressentez, ce que vous portez tout au fond de vous. »

Carolee Schneemann avec Venus Vectors, 1987 Photographie de Victoria Vesna Avec l'aimable autorisation de la Fondation Carolee Schneemann et de la Galerie Lelong & Co, de la Hales Gallery et de P.P.O.W, New York © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres 2022
Carolee Schneemann avec Venus Vectors, 1987. Photographie de Victoria Vesna. Avec l’aimable autorisation de la Fondation Carolee Schneemann et de la Galerie Lelong & Co, de la Hales Gallery et de P.P.O.W, New York. © Fondation Carolee Schneemann / ARS, New York et DACS, Londres 2022

L’exposition « Carolee Schneeman: Body Politics » est présentée jusqu’au 8 janvier 2023 à la Barbican Art Gallery de Londres. Le catalogue de l’exposition est publié par Yale University Press, 45,00 $.

Deux bandes de film de Fuses, 1964-67 Film 16 mm transféré en vidéo HD, couleur, muet, 29:51 min. Film original brûlé au feu et à l'acide, peint et collé. et collé Courtesy Electronic Arts Intermix (EAI), New York Avec l'aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022
Deux bandes de film de Fuses, 1964-67 Film 16 mm transféré en vidéo HD, couleur, muet, 29:51 min. Film original brûlé au feu et à l’acide, peint et collé. et collé Courtesy Electronic Arts Intermix (EAI), New York Avec l’aimable autorisation de la Carolee Schneemann Fondation et Galerie Lelong & Co., Hales Gallery, et P.P.O.W, New York et © Carolee Schneemann Foundation / ARS, New York et DACS, Londres 2022

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.