Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Décadrage colonial : images en décalage

Le Centre Pompidou ressort ses archives et celles de la Bibliothèque Kandinsky, pour explorer la période de l’entre-deux guerre. Derniers jours pour découvrir « Décadrage Colonial », gratuitement accessible à la galerie des photographes du Centre Pompidou, jusqu’au 27 février prochain.

Une coupole flanquée de quatre tours d’angle d’une hauteur de 45 mètres de haut, une tour centrale qui atteint les 55 mètres, 28 salles, une ossature en béton armé et une charpente de bois.

Vitrine de la présence française en Indochine, l’immense réplique du temple cambodgien d’Angkor Vat est l’œuvre maîtresse de l’Exposition coloniale internationale de 1931. Nichée au cœur du bois de Vincennes, cette exposition est le reflet de la puissance coloniale française.

Cet événement ne fait que renforcer un imaginaire colonial français qui s’appuie notamment sur le pouvoir des images. La photographie constitue en effet un formidable instrument pour dispenser un discours colonial. 

Dans les vitrines de la galerie des photographes du Centre Pompidou, produits dérivés, diorama, et cartes postales constituent une véritable inflation visuelle.

Décoloniser le regard

Photomontage de John Heartfield Social Kunst, no 8 1932, couverture (détail) Impression photomécanique 26 × 19,5 cm Bibliothèque Kandinsky Photo © Centre Pompidou © The Heartfield Community of Heirs Adagp, Paris, 2022
Photomontage de John Heartfield Social Kunst, no 8 1932, couverture (détail). Impression photomécanique, Bibliothèque Kandinsky Photo © Centre Pompidou et The Heartfield Community of Heirs Adagp, Paris, 2022

L’exposition « Décadrage colonial. Anticolonialisme, surréalisme, photographie moderne » dévoile la production des photographes modernes actifs dans les années 1930. Damarice Amao, attachée de conservation au cabinet de la photographie du Musée national d’art moderne, et commissaire de l’exposition, souhaitait mieux contextualiser ces images. Elle en propose une nouvelle lecture, trop souvent réduite à la fascination pour l’ailleurs et à l’exotisme.

Naviguant entre productions artistiques, photographiques et écrits d’intellectuels, on y questionne le dialogue avec l’ethnographie, le rôle de la presse illustrée et l’instrumentalisation des images dans un discours national. 

Eli Lotar, (Sans Titre) Mazagan. Changement et transport de chanvre, vers 1933 -1935, épreuve gélatino -argentique, 18,2 x 12,9 cm coll. MNAM Centre Pompidou, AM 2010
(Sans Titre) Mazagan. Changement et transport de chanvre, vers 1933 -1935, épreuve gélatino -argentique © Eli Lotar, collection MNAM Centre Pompidou, AM 2010

Érotisme et exotisme

Dans un contexte d’exaltation du nu et d’éloge du corps sportif, la prétendue vitalité des corps noirs engendre la fascination. L’entre deux guerres est caractérisée par une vogue « négrophile » qui transparaît par la photographie.

Cette essentialisation des corps racisés s’accompagne d’une iconographie qui véhicule le mythe de la disponibilité sexuelle de la femme de l’ailleurs.  Corps modèles, corps photographiés, corps dénudés : modèles anonymes posent lascivement devant l’objectif.

Stéréotype déjà présent dans l’iconographie ancienne, notamment avec les travaux de Gauguin, La Mauresque, La Vahiné ou encore de L’Africaine, servent le fantasme de la femme exotique. Entre colonialisme et érotisme, une telle idée passe sous silence la réalité des violences sexuelles de l’époque.

Adrienne Fidelin, vers 1938-1940, épreuve gélatino-argentique, 8,6 x 6,3 cm, coll. MNAM Centre Pompidou, AM 1994-394 (1539
Adrienne Fidelin, vers 1938-1940, épreuve gélatino-argentique © Man Ray, collection MNAM Centre Pompidou, AM 1994-394
Montmartre, 1933, épreuve gélatino -argentique, 29,2 x 19,5 cm, coll. MNAM Centre Pompidou, AM 2014
Montmartre, 1933, épreuve gélatino -argentique © Henri Cartier-Bresson, collection MNAM Centre Pompidou, AM 2014

Si ces représentations figées cristallisent un imaginaire colonial empreint de regard masculin, certains photographes s’en détachent progressivement. C’est le cas d’Henri Cartier Bresson, qui, lors de son séjour en Afrique, s’extirpe de tout exotisme artificiel. Refusant la fétichisation des corps noirs, ses tirages noirs et blancs témoignent d’un regard photographique plus humaniste sur la vie africaine contemporaine.

Propagande, surréalisme et visions dissidentes

Les années 1920 voient fleurir les reportages des photographes de la scène moderne. Pierre Boucher expérimente la photographie infrarouge et le photomontage, Laure Albin-Guillot les effets de flou et la subtilité des jeux de lumière, Pierre Ichac les vues aériennes.  « La photographie est à la fois un outil de recherche et un outil pour médiatiser l’ethnographie et l’imaginaire du voyage », souligne Damarice Amoa.

Noire et Blanche, 1926, épreuve gélatino - argentique négative sur papier non baryté © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP et Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, 2022
Noire et Blanche, 1926, épreuve gélatino – argentique négative sur papier non baryté © Centre Pompidou, MNAM-CCI / Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP et Man Ray 2015 Trust / Adagp, Paris, 2022

Elle est également un outil politique. Plus que qu’offrir d’autres images du lointain, les clichés de Pierre Ichac servent et accompagnent la conquête aérienne, matérialisant la délimitation des territoires africains. Presse, brochures, affiches, photos documentaires issues de reportages ou de commandes, la propagande coloniale est avant tout visuelle. 

Malgré l’omniprésence des images glorifiant l’exposition, d’autres voix s’élèvent contre une telle propagande. Le groupe des surréalistes se joint notamment à la gauche radicale et aux premiers mouvements militants anticoloniaux. Ensemble, ils véhiculent une vision décalée, ironique et transgressive de l’exposition.

Masque Punu. Essai pour un film sur le culte vaudou (Exposition de 1937). © Maurice Tabard 1937
Masque Punu. Essai pour un film sur le culte vaudou (Exposition de 1937). © Maurice Tabard 1937

C’est ce que le photographe américain Man Ray propose avec son anti reportage sur l’exposition coloniale. S’il ne propose pas de critique frontale, ses images sont à interpréter à l’aune du contexte de l’époque. On y voit ainsi la photo d’une lampe électrique vainement camouflée dans une sorte d’agave, ou encore celle d’un sèche cheveux électrique dans un sexe féminin.

À travers ces deux objets, il critique l’idéologie impérialiste fondée sur le progrès technique et matériel. Ironisant sur le caractère factice de cet idéal progressiste et moderne, il dénonce aussi les violences sexuelles et la violence sous-jacente de l’entreprise coloniale. 

Dans l’exposition « Décadrage Colonial », images et voix communiquent, se contredisent et nous interrogent. Les textes de la presse décolonisée font rupture avec un univers iconographique stéréotypé. Les voix différentes dialoguent entre elles.

Entre représentations idéalisées, critiques et propagande se matérialisent des questions trop souvent passées sous silence, notamment dans le monde de l’art.

Guide touareg de la mission Coche 1935 , épreuve gélatino - argentique © Pierre Ichac, collection MNAM Centre Pompidou, AM 2012
Guide touareg de la mission Coche 1935 , épreuve gélatino – argentique © Pierre Ichac, collection MNAM Centre Pompidou, AM 2012
Pierre Boucher, Palmeraie, vers 1936, Infrarouge, épreuve gélatino - argentique, 18,2 x 12,9 cm, coll. MNAM Centre Pompidou, AM 2012
Palmeraie, vers 1936, Infrarouge, épreuve gélatino – argentique. © Pierre Boucher, collection MNAM Centre Pompidou, AM 2012

Décadrage colonial, Surréalisme, anticolonialisme et photographie moderne, par Damarice Amao. Textuel. En coédition avec le MNAM / Centre Pompidou, avec le soutien du ministère de la Culture et de la société des Amis du Centre Pompidou. 45 €.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.