Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Le rêve éveillé de Tim Walker

Le rêve éveillé de Tim Walker

À Londres, l’exposition Tim Walker: Wonderful Things retrace la trame du rêve tel que Tim Walker l’éprouve. Oscillants entre onirisme construit et atmosphères aux couleurs changeantes, les mondes du photographe britannique se donnent à voir au Victoria & Albert Museum, dans une rétrospective marquante.

Radhika Nair, Pershore, Worcester, 2018 © Tim Walker

Son monde emprunte tour à tour à Alice au Pays des Merveilles, à l’imaginaire, au fantasme, et au fantastique mâtiné de merveilleux ; le tout se teintant parfois d’une « inquiétante étrangeté ». Ainsi va le travail foisonnant de Tim Walker, ou Timothy Walker de son nom complet, créateur de rêves photographiques. Né en 1970 en Angleterre, il a signé sa première fashion story pour Vogue à 25 ans, débutant ainsi une collaboration régulière avec le magazine. Ont suivies ses collaborations avec LOVE magazineW magazine, ou encore i-D ; ainsi que plusieurs expositions majeures (comme celle au Design Museum de Londres en 2008, ou à la Somerset House en 2012.) L’incontournable photographe de mode, qui met le vêtement au service de la photo et de sa narration, fait désormais partie des collections permanentes du V&A et de la National Portrait Gallery. 


Tilda Swinton, Renishaw Hall, Derbyshire, 2018 © Tim Walker

Un nouveau réel 

Si son travail s’exprime essentiellement dans le cadre de séries mode, il va bien au-delà ; Tim Walker entraînant le regardeur dans un nouveau réel, où les normes s’abolissent, et parfois, la pesanteur et la temporalité aussi. En début d’exposition, une photo lumineuse de Kate Moss exprime bien cette dimension intemporelle ; dans la série “Beauty and The Beast” pour le Vogue italien de décembre 2015, la top-modèle pose face à un cheval blanc. On ne sait ni où elle se trouve, ni à quelle époque – ce qui contribue à la magie de l’image.  


Karen Elson, Sgaire Wood & James Crewe, London, 2018 © Tim Walker

Ses muses 

Telles les continuités physiques de son inspiration, les muses de Tim Walker se promènent régulièrement de clichés en clichés. Parmi elles, les modèles Kate Moss et Karen Elson, ou bien l’actrice Tilda Swinton. « Il y a certaines personnes que je veux photographier encore et encore. Ces personnes ne sont pas forcément des modèles conventionnels, mais sont des collaborateurs et des muses qui articulent mes visions mieux que je ne pourrais jamais le faire », explique Walker. Puis d’ajouter, comme pour mieux souligner la contribution essentielle jouée par ces modèles dans l’incarnation tangible de ses rêves : « Je pense à mes photos avant de les prendre – je les ressens vraiment, je les imagine, et je m’endors en pensant à elles. Mais lorsque j’arrive sur le tournage, je suis très ouvert d’esprit. Je suis excité car je sais que ces collaborateurs vont apporter quelque chose de totalement inattendu à ces photos. »


Duckie Thot, Aubrey’s shadow, London, 2017 © Tim Walker

Le rêve en partage

Oniriques, les photos de Tim Walker le sont presque toutes. La série Lil’ Dragon n’y fait pas exception, qui frappe par son atmosphère enchantée ; la modèle y campe « l’impératrice des dragons », promenant son dragon apprivoisé dans un décor de songe. Autre rêve, autre photo ; l’une d’elle fait partie d’une série autour de James Spencer, un des modèles favoris du photographe. On y voit le jeune homme, immobile dans une rue grisâtre, pencher la tête vers un poney à la robe aussi immaculée que la neige tombante. De fait, pour Tim Walker, le rêve est un ressort essentiel de la photo ; « faire des photos, pour moi, c’est vraiment une sorte d’état de rêve. », dit-il. 


Lil’ Dragon, ‘Ling Ling and the Dragon’. Fashion Marta Hermosillo Lopez and Eelko. London, 2018 © Tim Walker

Soldiers of Tomorrow, ‘Josephine Jones’. Styling Jack Appleyard. Knitting Josephine Cowell. London, 2018 © Tim Walker

Box of Delights, ‘James Spencer’, London, 2018 © Tim Walker

Par Anastasia Chelini 

“Tim Walker: Wonderful Things”

Du 21 septembre 2019 au 8 mars 2020

Victoria & Albert Museum, Londres 

 Cromwell Rd, Knightsbridge, London SW7 2RL, United Kingdom

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.