Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les doux portraits de Melinda Blauvelt à Brantville

L’ouvrage Brantville, publié par Stanley Barker, revient sur le travail de Melinda Blauvelt, qui entre 1972 et 1974 a réalisé une série photographique dans cette ville de la Nouvelle Écosse.

Melinda Blauvelt, première femme inscrite au master de photographie de l’université de Yale, a étudié sous la direction de Walker Evans, grand chroniqueur du quotidien et voix visuelle des laissés-pour-compte américains. Elle est ainsi influencée par les travaux marquants d’Evans sur l’Amérique rurale des années 1930. Durant l’été 1972, elle décide de rester parmi les habitants de la petite communauté de Brantville, au Nouveau-Brunswick. Durant plusieurs semaines, elle documente les vies tranquilles, mais brutes, de familles vivant au bord de l’océan Atlantique en utilisant uniquement un appareil photo et un film noir et blanc.

Faisant écho au meilleur d’Evans – mais avec un regard personnel – les photographies de Brantville présentent une artiste talentueuse au début de sa carrière. L’un des avantages du travail avec un appareil photographique grand format ? Son manque inhérent de spontanéité lorsqu’il s’agit de photographier des gens.  Cela permet d’enregistrer chaque surface et chaque visage avec détail, lorsqu’il est manipulé correctement. Les sujets sont souvent invités à rester immobiles, à se relâcher, et se livrer à l’intention du photographe.

Comme beaucoup des photos de Melinda Blauvelt, la première image du livre, intitulée Eva With Chantal, Murielle & Her Doll 1974, est mise en valeur par la lumière du soleil. Les cheveux des deux jeunes filles imitent ceux de la poupée, augmentant le sentiment d’inquiétude qui se dégage de la scène. Le langage corporel des deux filles, blotties dans les bras de leur mère, indique clairement qu’elles sont à l’aise devant cet appareil 4×5 qui masque le visage de la photographe sous un tissu sombre.

Pour le photographe qui travaille avec une chambre photographique, il est toujours difficile de composer une image à l’envers. Simples, directes et honnêtes, les photographies de Brantville réalisées par Blauvelt – bien que prises entre 1972 et 1974 – permettent facilement de s’imaginer entrer dans la ville aujourd’hui et glisser dans le passé.

Jumelles avec sacs à main © Melinda Blauvelt
Fille dans l’herbe, 1972 © Melinda Blauvelt

In time and place

Aucune image d’hôtel de ville, de magasin général ou de clocher d’église ne figure dans ce livre. On devine tout de même les limites des attentes de ces personnes vis-à-vis du monde ainsi que les frontières indistinctes qui existent juste au-delà des voitures solitaires. Ces photographies nous plongent dans un temps et un lieu tout à fait reconnaissables, mais aussi dans un autre monde : les personnes qui y figurent s’approprient leur présence dans les photographies. 

Dans Francine & Teeth 1974, une jeune femme montre fièrement une série de fausses dents dans une main, l’autre main étant posée avec défi sur sa hanche, tandis qu’un regard fascinant fixe le film à travers l’objectif. 

Francine réapparaît dans plusieurs images, toujours en solo, toujours en regardant la caméra avec défi. Et puis elle disparaît, en présentant juste un soupçon de ressemblance avec la fille de Bessie, dans Bessie and Her Children 1974. Francine et la fille de Bessie sont-elles cousines ? Ce sont ces histoires qui font surface, alors que les images révèlent, l’une après l’autre, le fil continu de plusieurs générations dans un lieu bien éloigné des sentiers battus. 

Des images comme Two Rabbits 1972 et Twins With Handbags 1974 montrent des enfants dans des poses inattendues, compte tenu des idées préconçues sur les enfants et leurs réactions fréquentes face à un appareil photo. L’œuvre entière est empreinte d’inquiétude, d’appréhension et d’une certaine tension. Cela donne un sens à de nombreuses images de ce livre minimaliste.

© Melinda Blauvelt
Pig Pen © Melinda Blauvelt

De l’histoire des personnes

Interrogée sur le défi (et la puissance) que représentait le séquençage de son premier livre, compte tenu de sa collaboration avec l’un des génies de la photographie du 20e siècle, Mme Blauvelt explique : « Walker et moi avons passé d’innombrables heures à rechercher et à discuter de ses archives, à sélectionner les photographies qu’il souhaitait voir figurer dans cette exposition. Regarder Walker concevoir l’exposition et finalement ordonner toutes les photographies et tous les panneaux a été une véritable éducation à la vue. Tout comme le fait de marcher avec Walker sur Chapel Street à New Haven, de le voir ramasser des languettes métalliques de boîtes de conserve sur le trottoir pour, plus tard, en faire un collage. À la mort de Walker, un évier dans le bar de sa maison était rempli de ces languettes, accompagnées d’une note manuscrite : “Veuillez ne pas perturber la disposition des capsules de bière en étain dans ce lavabo”. »

« J’ai beaucoup appris d’autres personnes – William Bailey, Herbert Matter, Robert Ferris Thompson, pour n’en citer que quelques-unes – mais aucune n’a eu une influence aussi importante que mon mentor Walker et son travail. J’ai eu la chance de continuer à apprendre de lui jusqu’à notre dernière discussion à Boston, le matin avant sa mort. » 

Brantville est résolument tourné vers la photographie. Le photographe de l’agence Magnum, Mark T. Power, parle du « langage des images ». Les choix de Melinda Blauvelt dans l’enchaînement des cinquante images du livre permettent de raconter l’histoire de ces personnes à travers leurs regards et l’absence d’artifices. Bill Shapiro (ancien rédacteur en chef de LIFE Magazine) dit: « Je vois BEAUCOUP d’images. Je veux dire, beaucoup. Principalement sur Instagram, et c’est là que je suis tombé pour la première fois sur les photos de Blauvelt. C’était comme faire défiler encore et encore avant de stopper. Il y avait quelque chose dans la façon dont les gens sur les photos regarde l’appareil photo. Il est difficile de mettre le doigt dessus, mais ce quelque chose est réel,  tendre et honnête. Pour moi, regarder les photos de Blauvelt, c’était comme regarder dans le cœur humain. »

Petit déjeuner © Melinda Blauvelt

Note à l’attention de ceux qui se méfient du pouvoir d’Instagram : Après le partage par Bill Shapiro du travail de Melinda Blauvelt, plusieurs éditeurs l’ont contactée, ce qui est très rare dans ce monde sursaturé d’images. Cela prouve que la persévérance et le respect ouvrent des portes.

Lire Plus : Face au crépuscule

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter de Blind.