Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Les Inuit au grand jour

Les Inuit au grand jour

Édité par la galerie Lumière des Roses, le catalogue Inuit dévoile des portraits du début du vingtième siècle ayant appartenu au fonds du journaliste-écrivain, Victor Forbin.
Groupe de femmes et enfants. Alaska, vers 1910 © Otto Haeckel (1872-1945)

Plus de 2000 personnes ont visité l’exposition Inuit à la galerie Lumière des Roses, à Montreuil. Elle s’est terminée il y a peu, mais Marion et Philippe Jacquier, les galeristes, ont édité un catalogue soigné qui donne à voir la moitié des photographies qu’ils ont achetées en 2019, sur un coup de cœur, à Yves Bouger, un galeriste-libraire réputé installé à Granville (Manche). Un gros carton rempli de 350 photographies, en vrac et en bon état, en majorité des petits formats (9×12 cm), toutes légendées au dos, et datant du début du vingtième siècle ; certaines signées, d’autres non. Elles appartenaient, à l’origine, à Victor Forbin (1864-1947), qui aimait à se définir comme un « coureur d’aventures », et qui s’était constituée une iconographie personnelle pour ses articles, ses traductions, ses livres (premier roman, en 1923, Les Fiancées du Soleil).

Femme inuit rencontrée lors de la 5ème expédition de Thulé (1921-24) © Photographe non identifié
Portrait de l’explorateur danois Knud Rasmussen en 1921. © Therkel Mathiassen (1892-1967)

Lorsqu’ils se retrouvent face à « ce monde disparu », les Jacquier ne connaissent rien de l’Arctique ni des expéditions qui l’ont traversé, ainsi celle de la Canadian Artic Expedition conduite par l’ethnologue Vilhjalmur Stefansson (1879-1963), entre 1913 et 1918, et celle de la 5ème expédition de Thulé, menée par l’explorateur danois Knud Rasmussen (1879-1933) entre 1921 et 1925. S’ils voient de suite que ces photographies, par leur sujet même, ont grande valeur, autre que sentimentale, reste à documenter leur découverte. Ce qu’ils feront pendant les premiers mois du confinement, consultant les bibliothèques en ligne et les musées nordiques, émus par ces portraits d’Inuit, et cet « échange de regards » entre photographié et photographiant. « C’est vrai, nous avons été touchés par ces regards dénués d’exotisme », souligne Philippe Jacquier, « par la présence des Inuit, leur puissance dans ces paysages infiniment blancs. Ces photos ont plus d’un siècle, et pourtant, elles paraissent si proches… Ceux qui les ont prises ont compris combien la photographie est un outil indispensable. »

Chasseur de phoque au Cap York avec sa proie amarrée au kayak. Groenland 1921. © Therkel Mathiassen (1892-1967)
Retour de la chasse au morse. Nome, Alaska, vers 1920 © Photographe anonyme

A son tour, le spectateur est stupéfait par ces visages inconnus, comme extraits de ses rêves d’enfant baignés par Nanouk l’Esquimau, le film de Robert Flaherty (1922) ou des exploits de Paul-Émile Victor traversant à pied le Groenland en cinquante jours en 1936, dont trente-cinq de mauvais temps. Les igloos. La chasse aux morses. La construction de kayaks. Les femmes cuisinant du caribou. La fête des baleines. Les enfants emmitouflés de fourrure. Les ours blancs. Les chiens de traîneaux. Ces clichés, tantôt sans auteur, tantôt signés par les membres des expéditions, photographes attitrés ou non, montrent combien l’Arctique est source de richesses.

Aujourd’hui vivent plus de 150 000 Inuit rattachés politiquement à quatre nations, Russie, États-Unis, Canada et Groenland. L’Arctique fait encore rêver, mais nécessite d’être préservé : « Protéger l’Arctique, c’est protéger la planète. Les Inuit en sont les sentinelles », écrit la militante Sheila Watt-Cloutier dans son manifeste Le Droit au froid« L’impact des changements climatiques sur l’Arctique est un signe précurseur de ce qui attend le reste du monde. »

Fête de la baleine à Point Barrow. Alaska, 1923. © Leo Hansen (1888-1962)

Par Brigitte Ollier

Brigitte Ollier est une journaliste basée à Paris. Elle a travaillé durant plus de 30 ans au journal Libération, où elle a créé la rubrique « Photographie », et elle a écrit plusieurs livres sur quelques photographes mémorables.

Inuit, Photographies 1910-1930
Édité par Lumière des Roses
25 euros.
Disponible ici.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.