Blind Magazine : photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Reine noire, reine blanche

L’exposition Southern Rites de la photographe Gillian Laub, consacrée à la ségrégation dans les bals de fin d’année du Sud des États-Unis, est devenue une exposition itinérante produite par l’International Center of Photography. Dans cet entretien, la photographe explique les motivations qui l’ont poussée à commencer à travailler sur ce sujet.
Shelby sur la voiture de sa grand-mère, Mount Vernon, Géorgie, 2008. « Tous ces gens qui courent partout en criant que le drapeau confédéré est raciste, ils ne sont pas stupides, ils sont ignorants. Parce que l’ignorance est l’absence de connaissance réelle de ce qui s’est passé. Je ne vais le cacher à personne. Si je veux montrer le drapeau rebelle, je le ferai, parce que c’est mon héritage. » Shelby

Southern Rites a commencé en 2002, peu après qu’Anna Rich, une étudiante de 19 ans du comté de Montgomery, en Géorgie, ait écrit au magazine SPIN qu’elle ne pouvait pas assister au bal de fin d’année de son lycée avec son petit ami Lonnie, qui était noir, dénonçant ainsi le ségrégation encore présente dans les bals de fin d’année et les fêtes de rentrée. Le magazine vous a alors envoyé en reportage sur place. Comment cela s’est-il passé ?

Même si les écoles publiques enclenchait en 1971 une déségrégation, la tradition de la ségrégation raciale dans les fêtes de fin d’année s’est poursuivie dans certaines communautés rurales du Sud des Etats-Unis. Lorsque je me suis rendue pour la première fois dans le comté de Montgomery, en Géorgie, pour documenter les célébrations du bal de fin d’année, qui est un rituel très courant dans les lycées américains, je me souviens clairement que le bulletin de vote pour la reine du bal que les élèves remplissaient comportait une colonne « fille blanche » et une autre colonne « fille noire ». 

Je me souviens de ce vendredi après-midi, lors du défilé des anciens élèves – le cadre idyllique de la petite ville, les chars traversant les rues avec deux groupes de filles, noires et blanches, saluant et souriant comme des candidates aux élections. Plus tard dans la soirée, des couronnes ont été remises aux gagnants par des enfants de l’école élémentaire, eux aussi jumelés selon leur race. La foule a applaudi comme si tout cela était normal et formidable. 

J’étais hanté par ce que j’avais vu. C’est pourquoi j’y suis retourné encore et encore, année après année. J’avais besoin d’enquêter et de passer du temps dans la communauté. Je pense que la compréhension de ce sujet vient d’un engagement à long terme dans ce travail. La plupart de mes projets se déroulent sur plusieurs années.

Angel devant le bal de fin d’année des noirs, 2009 « Hier soir, nous sommes allés voir tous nos amis à la marche des anciens, et après la danse père-fille, on a demandé à tous les jeunes noirs de partir. Oui, c’était perturbant. Je suis inquiète d’en parler car je ne veux pas compromettre mon avenir ici. J’ai entendu dire que c’est le jeu des blancs et qu’il faut juste apprendre à y jouer. » Angel
Harley avant le bal de promo des blancs, 2009 « Il y a toujours eu de la ségrégation. C’est juste ce que nous connaissons et ce que nos parents ont fait pendant tant d’années. Il ne s’agit pas d’être raciste. Nous sommes dans les mêmes classes, nous déjeunons ensemble et nous nous asseyons aux mêmes tables. Il ne s’agit pas de la couleur que vous avez, mais de votre attitude, de la façon dont vous vous présentez. » Harley

Certains blancs à qui vous avez demandé la permission de photographier dans ce contexte vous ont demandé de ne pas en faire « une affaire de race »

Beaucoup de blancs n’étaient pas contents que je sois là. On m’a dit de retourner d’où je venais. J’ai reçu de nombreuses menaces. Je me suis demandé quel était mon rôle et ma responsabilité en tant que témoin extérieur. Plus le temps passait, et plus ils ne voulaient pas que leur histoire soit racontée et niaient le racisme dont j’étais témoin. Je me sentais d’autant plus responsable de ne pas partir et d’essayer de raconter cette histoire. Il y avait aussi des blancs qui voulaient vraiment changer les choses et s’opposer aux pouvoirs et aux autorités de la ville qui essayaient de me chasser. 

Votre travail s’articule autour d’interviews percutantes, de portraits et de scènes candides. Cette histoire est également devenue un film documentaire. Pouvez-vous nous parler de votre approche ? 

Mon approche des photographies, des interviews et des films documentaires est très similaire. Avant tout, je cherche toujours à transmettre la vérité émotionnelle d’une personne ou d’un lieu. C’est toujours l’aspect le plus important pour moi. 

Le roi et la reine du bal de fin d’année, dansant au bal de fin d’année noir, Vidalia, Géorgie, 2009.

L’un des jeunes hommes que vous avez photographiés a été assassiné. Il s’appelait Justin Patterson, il était noir. Pouvez-vous nous parler de la façon dont ce meurtre a affecté l’entourage et les camarades de classe avec lesquels Justin avait étudié ?

Le meurtre a été dévastateur pour la famille Patterson et la communauté. (NDLR :  Justin et son frère, âgés respectivement de 22 et 18 ans, se sont rendus chez une fille blanche que Justin avait rencontrée sur Facebook. Le père de la jeune fille s’est réveillé, a pris son arme sur la table de chevet, a menacé les garçons en les découvrant et a tiré sur Justin lorsqu’il a tenté de s’enfuir.) 

Dedee, la mère de Justin, a déclaré : ‘Le procureur a dit que nous avions suffisamment de preuves pour le mettre en prison à vie, mais cet homme est toujours en liberté… Je suis sûre que si c’était un homme noir qui avait tiré sur un enfant blanc, il ne verrait déjà plus la lumière du jour.’

Niesha, que j’ai photographiée pendant des années, a confié : ‘les bals de fin d’année ont finalement été mélangés. Mais c’est comme si on faisait un pas en avant et deux pas en arrière. Ça fait mal de penser que l’homme qui a tué Justin est en liberté.’ C’est un triste rappel de l’iniquité, de l’injustice et du racisme institutionnel avec lequel ils vivent au quotidien.  

Dieu est vivant, Mount Vernon, Géorgie, 2010
Sha’von, Justin et Santa, 2012 « Mon frère Justin était mon meilleur ami. Je l’admirais. C’est difficile pour moi de parler de cette nuit-là. Je suppose que nous n’étions pas assez silencieux parce que Norman s’est réveillé et la prochaine chose que je sais, c’est qu’il nous a fait sortir de la chambre, mon frère et moi, avec une arme pointée sur nous. Il a dit qu’il pouvait nous tuer et que personne ne le saurait. Mon frère serait encore avec moi aujourd’hui. » Sha’von

Le sujet de la religion est aussi présent dans vos images. Quelle est son influence sur les questions raciales dans cette région en particulier ?  

Il y a tellement d’églises et de lieux de culte dans les communautés, et le racisme est un péché contre l’humanité. Pourtant les églises sont aussi très ségréguées. Cela semble si contradictoire. 

Comment décrire la ségrégation raciale dans le nord-est des États-Unis, d’où vous êtes originaire, par rapport à celle que l’on peut observer dans les communautés du sud comme dans le comté de Montgomery ? 

Malheureusement, le racisme existe partout. D’une certaine manière, j’ai entendu des gens dire que l’excès de racisme dans le Sud n’est pas plus douloureux que le racisme passif agressif que les gens vivent dans le Nord-Est. Il est peut-être un peu plus masqué dans le Nord-Est, où les gens vivent davantage volontairement entre communautés.

Julie et Bubba, Mount Vernon, Géorgie, 2002 « Bubba a été mon premier amour. Nous sommes sortis ensemble de la classe de quatrième jusqu’à ma première année de lycée. Des amis ont commencé à me dire qu’ils ne pouvaient plus traîner avec moi. Cela m’a fait mal, parce qu’ils étaient mes amis depuis le jardin d’enfants. Et je ne pensais pas qu’ils étaient de mauvaises personnes. » Julie

Malgré les réticences envers votre travail photographique, vous avez continué à revenir, votre travail a été publié dans le New York Times Magazine en 2009, et les bals de promo ont été unifiés en 2010. Preuve que la photographie peut faire bouger les choses. Travaillez-vous toujours dans le comté de Montgomery ?

Lorsque je photographiais et filmais en Géorgie, j’ai dû faire face à beaucoup de résistance et d’intimidation de la part de la communauté blanche (NDLR, Gilian Laub a été expulsé sans raisons valables par un parent d’élèves du bal de fin d’année, menottes aux poignets). J’ai même été attaqué par le shérif local de l’époque. Mais lorsque le film est sorti sur HBO, j’ai étonnamment reçu des messages de certaines familles blanches me disant que je représentais équitablement la communauté. 

Ils appréhendaient la façon dont j’allais raconter l’histoire. La dernière fois que j’étais sur place, c’était avant la pandémie, alors que je suivais la campagne de Stacey Abrams pour le poste de gouverneur. Je reviendrai bientôt photographier pour les prochaines élections et je serai de retour dans le comté de Montgomery pour revoir les gens. 

L’exposition Southern Rites vient d’être présentée à Atlanta, en Géorgie. De nombreuses personnes de la communauté sont venues au vernissage. Les étudiants, qui ont depuis grandi, ont pu se voir sur les murs du musée et ils étaient très fiers du changement qu’ils ont contribué à apporter à leur communauté. C’était comme une sorte de retrouvailles. 

L’exposition Southern Rites de Gillian Laub est présentée à l’Atlanta Contemporary jusqu’au 8 janvier.

Le roi et la reine dansant au bal intégré, 2011

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.