Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Richard Avedon, un parcours de légende

Richard Avedon, un parcours de légende

Une nouvelle biographie intitulée What Becomes a Legend Most détaille l’ascension de Richard Avedon, l’un des plus grands portraitistes du 20e siècle.

Peu de photographes évoquent une telle aura de glamour teinté d’intrigue, alors que Richard Avedon a pourtant disparu il y a fort longtemps, en 2004. Dans l’ouvrage What Becomes a Legend Most, dont le titre s’inspire d’une des campagnes commerciales du photographe, l’auteur Philip Gefter aborde le parcours de vie de l’un des photographes les plus prolifiques et vénérés du dernier siècle, de ses origines modestes à son ascension au sein de la bourgeoisie de Manhattan.

Avedon sur le tournage de l’émission spéciale The Fabulous Fifties, sur CBS TV © Earl Steinbicker

Si les anecdotes sur ses nombreux shootings de stars sont divertissantes, Philip Gefter affirme qu’il serait réducteur de le considérer simplement comme un portraitiste de célébrités. Nombreux sont ceux qui se souviennent de Richard Avedon pour certains de ses clichés : Marilyn Monroe, mélancolique, Andy Warhol, furtif, ou encore Brigitte Bardot, électrique. Cependant, au-delà des paillettes, c’est toute l’Amérique et ses populations que le photographe cherchait à documenter.

Ses portraits avaient certes quelque chose d’unique. Certains de ses contemporains, à l’instar d’Irving Penn, prenaient eux aussi des photos en noir et blanc. Mais ce qui distingue le travail de Richard Avedon, c’est sa manière bien à lui de capturer ses sujets, sous des lumières vives souvent mêlées d’émotion. « Au travers de sa palette brute, faite de primordialité, il allait bouleverser tout l’art du portrait. Le cadre de l’image disparaissait pour ne laisser que le sujet, dépeint avec une netteté rigoureuse : à la fois membre d’une espèce et individu distinct. » L’un de ses projets les plus ambitieux, sa série In the American West, rassemble des vagabonds, des mineurs, des fermiers et des adolescents, tous exposés en format à taille réelle. Pour Philip Gefter, il s’agit là d’un exemple de la quête essentielle du photographe : capturer l’humanité telle qu’elle est, ni plus, ni moins. « Tout en scrutant avec une précision anatomique chaque différence qui fait de nous des êtres uniques », écrit Philip Gefter, « son objectif fournit un témoignage saisissant de notre appartenance au genre humain. »

Avedon photographiant Veruschka dans son studio, 1966 © Burt Glinn_Magnum Photos

Toute biographie digne de ce nom se doit de plonger au plus profond de la vie privée du personnage. Celle de Richard Avedon a donné lieu à force conjectures et polémiques. Dans une biographie de 2017 intitulée Avedon: Something Personal, l’auteur affirmait que le photographe, marié deux fois et père d’un fils du nom de John, était bisexuel. La réaction de l’Avedon Foundation ne se fit pas attendre : ce n’était là que pure invention. Philip Gefter, lui, tout en adoptant le même éclairage sur l’orientation sexuelle de l’artiste, évite de tomber dans le salace, décrivant tout d’abord l’admiration et l’amour sans bornes de Richard Avedon pour les femmes de sa vie, au-delà de ses relations avec des hommes. Pour exemple, l’auteur cite une chronique du New Yorker, datant de 1958, qui suggérait que le lien entre le photographe et Doe Avedon, sa première épouse, était de nature strictement platonique. S’ensuit alors une déclaration de Nowell Siegel, enfant de Doe : « Richard et ma mère étaient profondément amoureux et très proches l’un de l’autre. Je dirais que leur intimité, si elle n’était pas d’ordre sexuel, tenait plutôt de l’amitié. »

Philip Gefter porte ainsi son regard acéré avant tout sur le travail du photographe, les histoires découlant de ses innombrables séances photo, et son esprit artistique. « Sa façon de pratiquer l’art du portrait desservait une noble ambition, celle d’afficher la preuve de notre condition humaine, une espèce douée du pouvoir de s’autoannihiler. »

Avedon avec Dovima après le tournage au Cirque D’Hiver, Paris, 1955 © Sam Shaw / Sam Shaw Family Archives

Par Christina Cacouris

Christina Cacouris est journaliste et conservatrice. Elle est basée à Paris et New York.

What Becomes a Legend Most: A Biography of Richard Avedon, par Philip Gefter
Publié par Harper Collins
$35

Livre disponible ici.

Couverture du livre

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.