Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Sebastiao Salgado, la nature en multimédia

Sebastiao Salgado, la nature en multimédia

Il reste quelques jours pour voir la magnifique exposition organisée par le photographe Sebastiao Salgado et le musicien Jean-Michel Jarre en faveur de l’humanité et de la préservation de la planète.
Les Anavilhanas, îles boisées du Río  Negro, Etat d’Amazonas, Brésil, 2009 © Sebastiao Salgado

Il existe de multiples voies pour se rapprocher de notre milieu, l’expérimenter et en parler. « Amazonia », l’exposition qui se tient à la Philharmonie de Paris jusqu’au 31 octobre 2021, est un projet pensé autant pour la vue que pour l’ouïe. Elle contient 200 clichés du photographe Sebastiao Salgado, réalisés lors de ses multiples voyages dans la forêt brésilienne, et des sons travaillés au synthétiseur par le compositeur français Jean Michel Jarre. À la fois poésie visuelle et sonore, cette installation se décline sous la forme d’un parcours immersif, visuel et audio-sensible.

Pour donner à voir et à entendre la forêt brésilienne et ses habitants, l’exposition est pensée pour être appréciée de manière profonde tout au long du parcours. On vit ainsi à la fois le voyage mené par Salgado pendant son séjour de huit ans dans l’Amazonie, ainsi qu’un propre voyage intérieur, rythmé par des nappes sonores, une invitation à la découverte. 

Archipel fluvial de Mariuá,  Rio Negro, État d’Amazonas, Brésil, 2019 © Sebastiao Salgado
Rio Negro, État d’Amazonas, Brésil, 2019 © Sebastiao Salgado

Ici, photographie et musique se répondent pour nous sensibiliser sur notre rapport à l’environnement. On peut ainsi parler « d’écologie sonore ». Partant de la constatation que chaque lieu possède un son déterminé, Jean-Michel Jarre s’approche de l’écosystème amazonien en saisissant sa particularité acoustique et en faisant dysfonctionner les récits, tandis que Sebastiao Salgado cherche à témoigner des savoirs ancestraux qui ont perduré chez les communautés de la forêt.

« Je ne travaille jamais pour une seule image, mais pour un ensemble qui essaie de raconter », explique Salgado. Ainsi le photographe et le musicien rendent-ils compte de l’hétérogénéité du territoire, autant par le choix des clichés, des portraits des différentes communautés indigènes, les fleuves, les montagnes, de vue aériennes, que par la diversité des sons électroniques, vocaux, organiques et naturels. On découvre également plusieurs langues, cultures, façons de s’habiller, et de magnifiques visages, des regards à la fois dignes et bouleversants. Tout semble fragile, au bord de la rupture, intimement lié aux conséquences de la suractivité humaine sur l’écosystème du continent sud-américain.

Indienne Yaminawá, État d’Acre, Brésil, 2016 © Sebastiao Salgado
Indiennes Zuruahã, État d’Amazonas, Brésil, 2017
Indiens Marubo, Vallée de Javari, État d’Amazonas, Brésil, 1998 © Sebastiao Salgado

Ce « projet bioacoustique », comme défini par France Musique, est un véritable portrait visuel et sonore de la biodiversité de cet habitat. « Amazonia » est là pour éveiller la conscience de la société occidentale. « Je ne veux pas qu’on apprécie la lumière ou la palette de tons. Je veux que mes photos informent, provoquent le débat. »

Par Coral Nieto Garcia

Sebastiao Salgado, « Amazonia ». Jusqu’au 31 octobre 2021. Philharmonie de Paris. 221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris.

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.