Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Attraper le mouvement

Attraper le mouvement

Capturer le mouvement, c’est finalement ce que chacun réalise en appuyant sur le déclencheur de son appareil photo. Figer une action ou au contraire la laisser filer de façon lisible nécessitent cependant quelques notions techniques et astuces pour donner un sens à son image. Voici nos conseils pour attraper le mouvement.

© Charlie Egan on Unsplash

Appréhender la scène

Appréhender la scène qui se déroule en face de soi est la première étape pour définir de quelle manière vous devez gérer vos réglages. Ainsi, il est essentiel de déterminer en amont si vous souhaitez figer une action ou au contraire si vous voulez visuellement voir défiler le mouvement et quelle est sa rapidité. Les réglages pour une photographie de rue et une scène sportive peuvent ainsi largement différer, même si le résultat final souhaité est le même, soit figer l’instant. Il en est de même dans le cas où vous souhaiteriez voir apparaître les traces d’un mouvement d’une personne ou laisser filer les traces lumineuses d’une voiture par exemple. Les réglages doivent être adaptés en fonction de la scène et du rendu souhaité. Appréhender son image est donc essentiel et avec un peu de pratique, tout cela s’effectuera de façon automatique. 

Sélectionner le mode priorité vitesse ou manuel

Pour s’assurer d’attraper le mouvement comme on le désire, il faut abandonner le mode tout automatique et préférer le mode manuel ou le mode de priorité vitesse, intitulé TV (Time Value) ou S (Speed) selon les boîtiers. En réglant la vitesse utile pour votre prise de vue, vous laissez alors l’appareil gérer l’ouverture et/ou la sensibilité automatiquement. Pour un contrôle total et encore plus précis sur les réglages, le mode manuel est le plus adapté, mais demande un peu plus d’entraînement. 


© Osman Rana on Unsplash

Adapter sa vitesse

En règle générale, 1/60 s est la vitesse minimale à ne pas dépasser pour obtenir une image relativement nette. Logiquement, plus la vitesse d’obturation est élevée, plus le mouvement sera figé et inversement. Vous pouvez par exemple utiliser une vitesse de 1/400 secondes pour de la photographie sportive ou une vitesse de 1 secondes pour réaliser un effet de filet. 

Attention toutefois à compenser l’exposition de votre image puisque la vitesse impacte également directement sur celle-ci. Plus la vitesse est lente, plus l’obturateur va laisser entrer de lumière sur le capteur. Pour faciliter les réglages en mode manuel, pensez d’abord à la vitesse utile en fonction de votre scène et du rendu souhaité, puis adaptez l’ouverture et la sensibilité ISO afin d’obtenir une exposition correcte. 

Garder un oeil sur son sujet

Si vous êtes équipés d’un viseur, ne détachez pas immédiatement votre oeil de ce dernier juste après avoir déclenché. Vous n’êtes jamais à l’abri d’une bonne action non prévisible qui pourrait se dérouler sous votre nez, sans que vous ne vous en rendiez compte. Une autre astuce consiste à viser avant le déroulement d’une scène et à garder le sujet en vue du coin de l’autre oeil. C’est très pratique pour permettre d’effectuer son cadrage, attendre le sujet et déclencher au bon moment. 


© Thomas Willmott on Unsplash

Opter pour un trépied

Si vous préférez les poses longues, opter pour un trépied afin que l’image ne soit pas impactée par le flou de bougé ou par les mouvements de l’appareil pendant le déclenchement. Cela permet d’obtenir un arrière-plan bien net et de détacher le sujet dont vous aurez volontairement fait apparaître le mouvement. Le trépied vous permet aussi d’effectuer votre cadrage et d’attendre qu’une action rapide intervienne au sein de ce dernier. 

Pratiquer

Pour comprendre comment fonctionne la vitesse d’obturation et comme elle interagit avec les autres réglages d’ouverture et de sensibilité, il n’y a pas de secret : pratiquez. Délaissez le mode automatique et n’hésitez pas à tester différents réglages sur des scènes variées  afin de vous rendre compte des divers rendus que vous pourriez obtenir. 

Attraper le mouvement, c’est décider de le figer ou de le laisser filer. Pour qu’il soit visuellement perceptible comme tel, il faut délaisser le mode automatique, analyser sa scène, anticiper et pratiquer. À force, la vitesse d’obturation n’aura plus de secret pour vous.


© Wayne Lee-Sing on Unsplash

Par Céline Nebor

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.