Blind Magazine : photography at first sight

Photos de la Voie lactée : comment immortaliser notre galaxie

Obtenir une belle photo de la Voie lactée est un objectif pour de nombreux photographes, qu’ils soient débutants ou professionnels. Et contrairement aux idées reçues, observer et capturer la beauté de notre galaxie située à des années-lumière n’est pas si difficile. Vous souhaitez photographier la Voie lactée ? Suivez le guide.

Photographier la Voie lactée n’est plus un défi technique réservé uniquement aux professionnels. Grâce aux avancées technologiques des appareils photo et objectifs, prendre une belle photo de la Voie lactée est devenu accessible au grand public.

Toutefois, pour savoir comment photographier et obtenir des photos réussies de notre galaxie, il est important de respecter un certain nombre de règles : période de photo de la Voie lactée, matériel nécessaire, temps d’exposition, mise au point, etc. Plusieurs étapes importantes de préparation doivent être respectées pour obtenir de bons clichés.

© Greg Rakozy / Unsplash Prise avec un Canon EOS 5D Mark II : 50.0 mm, ISO 2500, 25s à Tony Grove Lake aux US
© Greg Rakozy / Unsplash Prise avec un Canon EOS 5D Mark II : 50.0 mm, ISO 2500, 25s à Tony Grove Lake aux US

Comment photographier la Voie lactée ?

Avant de commencer à planifier votre sortie photo ou à penser aux réglages à appliquer, il est important de définir ce que l’on entend par la photographie de notre galaxie. En effet, quand on parle de photos de Voie lactée, on parle en fait de son bulbe, ou noyau, soit la partie la plus lumineuse. C’est cette région qui est la plus riche en étoiles, en nuages et en nébuleuses colorées.

En France, le bulbe de la Voie lactée est visible en direction du sud lorsqu’on observe le ciel. Il va se situer entre la constellation du Sagittaire et celle du Scorpion. Cependant, on ne peut apercevoir qu’une moitié de la galaxie, celle-ci étant coupée par l’horizon sud.

Quand photographier la Voie lactée ?

Dans l’hémisphère nord, la période principale pour photographier la Voie lactée est d’avril à septembre. Dans l’hémisphère sud, cette période va de février à octobre. Les mois estivaux (juin, juillet, août) offrent les meilleures opportunités pour prendre la Voie lactée en photo.

Bien que notre galaxie puisse être observée toute l’année, pour profiter au maximum des détails dans vos photos, vous devez donc planifier votre sortie photographie durant ces périodes de haute visibilité.

Le jour-J, le meilleur horaire pour lancer votre série de photos de la Voie lactée est en général entre minuit et 5 heures du matin, moment où elle sera la plus haute et la plus visible dans le ciel. Cependant, pensez à toujours vérifier à l’avance sa position, car selon la période, elle pourra n’être visible que pendant quelques minutes, n’étant parfois pas visible du tout.

Selon sa position, il sera possible de photographier la Voie lactée plusieurs heures ou minutes Crédit : Eberhard Grossgasteiger / Pexels
Selon sa position, il est possible de photographier la Voie lactée pendant plusieurs heures. © Eberhard Grossgasteiger / Pexels

Où photographier la Voie lactée ?

En France, les meilleurs endroits pour prendre des photos de la Voie lactée se trouvent sur les points élevés, notamment en montagne, comme dans la vallée de la Clarée ou des Écrins dans les Alpes. Des lieux comme le sud de la Bretagne ou des zones rurales peu peuplées offrent aussi de très belles opportunités de photos de la Voie lactée.

Au niveau mondial, il existe de très nombreux spots pour prendre la Voie lactée en photo, très prisés par les astrophotographes, comme les Dolomites en Italie, Banff au Canada ou le désert d’Atacama au Chili.

Quelles sont les meilleures conditions pour prendre la Voie lactée en photo ?

Les conditions idéales pour prendre la Voie lactée sont un ciel clair et dégagé. Cela signifie que le ciel ne doit pas être encombré de nuages, de vent, d’humidité et de pollution lumineuse (éclairage public, etc.).

Car si l’endroit où prendre vos photos est important, l’absence de pollution lumineuse l’est encore plus. Afin de réussir vos photos, vous devez à tout prix éviter les villes et tout endroit où la pollution lumineuse est forte, prenant également en compte sa direction. Privilégiez ainsi les espaces au grand air loin des zones peuplées.

Il faut également faire attention à la Lune. En effet, la Lune, reflétant la lumière du soleil, va inonder la Voie lactée de lumière et rendre ses détails moins visibles. Il est ainsi recommandé de choisir votre sortie photo lors d’une nuit noire, ou lorsque la Lune est à son premier quart (pas encore levée) ou dans son dernier quart (descendue).

À noter que si un ciel clair et dégagé est idéal pour vos photos de Voie lactée, la présence de la Lune, de vent, d’une couverture nuageuse partielle ou d’une légère pollution lumineuse peut représenter une opportunité intéressante pour créer des effets artistiques et obtenir une photo originale.

Utiliser une source de lumière permet de créer une photo de la Voie lactée originale
© Pixabay – Pexels
Prise avec un Canon EOS 5D Mark II : 20.0 mm, ƒ/2.2, 25.1s et 2500 ISO
Utiliser une source de lumière permet de créer une photo de la Voie lactée originale © Pixabay – Pexels Prise avec un Canon EOS 5D Mark II : 20.0 mm, ƒ/2.2, 25.1s et 2500 ISO

Quel matériel utiliser ?

Si prendre une photo de la Voie lactée est devenu plus facile qu’auparavant, plusieurs équipements restent essentiels pour garantir une photo réussie*.

L’appareil photo

Pour photographier la Voie lactée, il n’est pas nécessaire de posséder un appareil photo professionnel. Aujourd’hui, la plupart des appareils photo reflex peuvent capturer de très belles images, de même qu’un certain nombre de smartphones.

Quel que soit votre choix d’appareil photo, vous devrez vous assurer que celui-ci dispose d’un mode « Manuel », indispensable pour paramétrer votre appareil et capter la Voie lactée, notamment pour régler la sensibilité ISO et le temps d’exposition.

Les objectifs

Pour la photo de la Voie lactée, il est recommandé d’utiliser un objectif très lumineux, c’est-à-dire, un objectif disposant d’une grande ouverture (permettant de récupérer le plus de lumière possible). De même, il est recommandé d’utiliser un objectif grand angle (distance focale inférieure à 50 mm) pour couvrir l’ensemble de la Voie lactée et du paysage lors de vos photos. 

Toutefois, la plupart des objectifs classiques permettent de prendre de bonnes photos, qu’il s’agisse d’un objectif grand angle ou d’un modèle standard, comme le 18-55 mm ou même le 18-135 mm. La différence de rendu se trouvera dans l’angle du champ de la Voie lactée capturé : photo d’ensemble, panorama, photo du cœur du bulbe, accès sur les détails, etc. 

Le trépied est l’accessoire essentiel pour capturer la Voie lactée en photos © PhotoMIX Company / Unsplash
Le trépied est l’accessoire essentiel pour capturer la Voie lactée en photos © PhotoMIX Company / Unsplash

Vous pouvez utiliser différents objectifs pour varier les rendus de vos photos de la Voie lactée. Assurez-vous simplement de bien régler les autres paramètres de votre appareil.

Quel que soit votre choix d’objectif, il faut cependant faire attention à ne pas choisir un objectif avec une focale trop longue (supérieure à 135 mm) car, du fait de la rotation de la Terre, les étoiles risquent de devenir rapidement ovales et moins nettes, pouvant gâcher votre photo de Voie lactée.

Les accessoires

Pour faciliter votre photographie de Voie lactée et garantir des résultats satisfaisants, il est recommandé d’emporter avec soi un certain nombre d’accessoires :

  • Le trépied : accessoire indispensable pour une bonne photo de Voie lactée, et des paysages en général. Pour garantir une photo nette et capter tous les détails de la galaxie, vous devez être parfaitement stable lors de la prise de vues. Une bonne stabilité permet également à votre appareil de récupérer le maximum de lumière.
  • Une télécommande sans fil : permet de paramétrer et de déclencher votre appareil ou smartphone sans avoir à le manipuler.
  • Une lampe frontale, avec éclairage rouge : très utile pour vous repérer la nuit, affiner vos paramètres, éclairer vos éléments de premier plan, et vous aider pour la mise au point.
  • Des vêtements chauds pour vous protéger du froid, même l’été, notamment si vous partez photographier la Voie lactée en zone montagnarde.

Les réglages de photos de Voie lactée

Il existe de nombreux réglages à paramétrer avant de pouvoir prendre votre première photo de Voie lactée : ouverture du diaphragme, sensibilité ISO, vitesse d’obturation, etc. Avant de vous lancer dans chaque réglage, prenez le temps de vous familiariser avec eux, et de faire différents tests pour voir ce qui fonctionne le mieux avec votre équipement et vos projets.

Ouverture du diaphragme ƒ/4 pour cette photo de la Voie lactée
Crédit : Alistair MacKenzie / Unsplash
Prise avec un Sony ILCE-7S : 16.0 mm, ƒ/4.00, 16s, ISO 6400 à Megalong Valley en Australie
Ouverture du diaphragme ƒ/4 pour cette photo de la Voie lactée © Alistair MacKenzie / Unsplash Prise avec un Sony ILCE-7S : 16.0 mm, ƒ/4.00, 16s, ISO 6400 à Megalong Valley en Australie

Le mode Manuel

Le premier réglage à effectuer sur votre appareil, pour prendre la Voie lactée en photo, est de le passer du mode automatique au mode Manuel. Une fois en mode Manuel, vous pourrez paramétrer tous les autres réglages et préparer vos prises de vues.

Le format RAW

Le format RAW est un format de photo qui vous permet d’avoir une image non compressée, préservant tous les détails de la scène. C’est un critère essentiel si vous souhaitez traiter vos photos de la Voie lactée par la suite. En effet, une photo au format JPEG de base perd en détails et limite la capacité à traiter votre photo en post-production.

Si vous souhaitez avoir le choix entre les deux formats, que ce soit pour le traitement ou l’impression, vous pouvez opter dans vos paramètres pour un format RAW + JPEG.

L’ouverture du diaphragme

L’ouverture du diaphragme permet de contrôler la quantité de lumière entrant dans l’objectif de votre appareil photo. Elle est mesurée sous la forme d’une valeur ƒ/N, « ƒ » représentant la distance focale de votre objectif et « N » le nombre de l’ouverture.

Comme la Voie lactée est peu lumineuse, l’appareil doit absorber le plus de lumière. Ainsi, votre diaphragme doit être le plus ouvert possible, ce qui se traduit par une valeur d’ouverture f/N la plus petite possible. La valeur recommandée est en général entre ƒ/1.8 et ƒ/3.5 (voire ƒ/4), pour permettre de capter la majorité des étoiles et des détails du ciel et d’avoir une belle photo de la Voie lactée.

Un lac de montagne offre un très beau premier plan pour une photo de Voie lactée
© Eberhard Grossgasteiger / Unsplash
Prise avec un Canon EOS 70D : 14.0 mm, ƒ/2.8, 20 s, ISO 800 dans les Alpes Zillertal en Italie
Un lac de montagne offre un très beau premier plan pour une photo de Voie lactée © Eberhard Grossgasteiger / Unsplash Prise avec un Canon EOS 70D : 14.0 mm, ƒ/2.8, 20 s, ISO 800 dans les Alpes Zillertal en Italie

La sensibilité de l’ISO

L’ISO est un paramètre de sensibilité qui, comme l’ouverture du diaphragme, contrôle la quantité de lumière capturée par votre appareil. Selon la sensibilité choisie, votre photo sera plus ou moins lumineuse et détaillée. Dans le cadre de la photographie de la Voie lactée, il faut choisir une sensibilité ISO plus élevée, pour augmenter la sensibilité à la lumière et compenser la faible luminosité des étoiles.

Cependant, il faut noter que plus l’ISO est élevé, plus le capteur est sensible à la lumière et l’image risque de perdre en qualité, avec l’apparition d’un « bruit numérique » (grains sur l’image) sur la photo. À l’inverse, un ISO trop bas et le ciel et les étoiles seront sous-exposés, entraînant une photo de Voie lactée peu visible.

De manière générale, il est conseillé de choisir une sensibilité entre 1600 ISO et 3200 ISO, qui permet de capturer suffisamment de lumière, sans dégrader la qualité de l’image et obtenir trop de bruit. C’est par exemple le réglage idéal si vous avez une focale de 24 mm avec une ouverture de f/1.4

Si vous avez une ouverture moins grande, comme en f/2.0 ou f/2.8, vous pouvez progressivement augmenter la sensibilité au-delà de 3200 ISO, en faisant attention au risque de bruit numérique. De même, s’il y a d’autres sources lumineuses proches (lampadaire, Lune, etc.), pensez à ajuster votre sensibilité ISO pour ne pas accentuer ces autres sources externes de lumière et perdre en netteté.

La vitesse d’obturation, ou temps d’exposition

Pour laisser entrer le maximum de lumière dans le capteur de l’appareil pour rendre vos photos de la Voie lactée bien visible, il faut, en plus de l’ISO et de l’ouverture du diaphragme, régler la longueur d’exposition de l’image, ou temps de pose. Ainsi, plus le temps d’exposition est long, plus l’appareil capte de lumière. 

Ce temps de pose peut durer entre 5 et 30 secondes, selon la longueur de votre focale, notant que plus votre focale sera longue, plus le temps d’exposition devra être court.

Si une longue exposition permet de capter clairement la Voie lactée, il faut cependant éviter de régler un temps de pose trop long. En effet, une exposition trop longue va entraîner l’apparition de traînées d’étoiles (étoiles floues et ovales), du fait de la rotation de la Terre et des étoiles. Par exemple, avec un objectif standard de 18mm, ce phénomène peut être visible dès 20 secondes d’exposition.

Pour connaître la bonne vitesse d’obturation pour photographier la Voie lactée, vous pouvez vous aider de la règle des 500, formule de calcul du temps d’exposition en fonction de la distance focale : 500 / (distance focale) = temps d’exposition.

La vitesse d’obturation ne doit pas être trop longue pour photographier la Voie lactée
© Brendan Miranda / Unsplash
Prise avec un Sony ILCE-7SM2 : 18.0 mm, ƒ/3.5 – 10s, ISO 3200
La vitesse d’obturation ne doit pas être trop longue pour photographier la Voie lactée © Brendan Miranda / Unsplash Prise avec un Sony ILCE-7SM2 : 18.0 mm, ƒ/3.5 – 10s, ISO 3200

Cette formule, à arrondir, va varier selon que vous utilisez un capteur Full Frame (capteur plein format de 24×36 mm), ou un capteur APS-C Nikon ou Canon (respectivement 1.5 et 1.6 fois plus petit que le capteur Full Frame). Dans ce cas, le calcul sera : 500 / (distance focale x 1.5 ou 1.6).

Par exemple, pour une distance focale de 16 mm avec un capteur Full Frame, le temps d’exposition pour prendre une photo de la Voie lactée devrait être de 500 / 16 = 31.25 secondes. Avec un capteur APS-C Nikon, le temps d’exposition serait de 500 / (16 x 1.5) = 24 secondes. Avec un capteur APS-C Canon, le temps de pose serait de 19.5 secondes.

Cependant, cette règle des 500 n’est pas parfaite. En effet, avec notre exemple de distance focale de 16 mm avec un capteur Full Frame, un temps d’exposition de 31 secondes entraîne un grand risque de trainées d’étoiles et de photos de Voie lactée floues. Selon votre équipement et vos projets, vous pouvez alors calculer votre temps d’exposition en prenant une base de 300, 400 ou 600.

Quels que soient vos choix, afin de vérifier la bonne vitesse d’obturation, prenez une photo de la Voie lactée et regardez si les étoiles sont arrondies ou plutôt allongées. Dans ce deuxième cas, raccourcissez le temps de pose.

Comment préparer votre sortie photos ?

Savoir comment photographier la Voie lactée nécessite une préparation à l’avance
© Yuting Gao / Pexelss
Photo 24.0 mm - ƒ/1.4 – ISO 1600 à Elkton aux US
Savoir comment photographier la Voie lactée nécessite une préparation à l’avance © Yuting Gao / Pexelss Photo 24.0 mm – ƒ/1.4 – ISO 1600 à Elkton aux US

Une fois que vous savez comment prendre la Voie lactée en photo et que vous êtes familiarisés avec tous les réglages nécessaires, il est temps de préparer votre sortie photos.

Prévoir la date et les conditions météo

Pour parfaitement capturer la Voie lactée en photo, vous devez trouver la date où la galaxie sera idéalement visible et choisir une nuit où le ciel sera clair et dégagé, sans pollution lumineuse, sans reflets de la Lune.

De nombreux outils et applications existent pour vous aider à déterminer la meilleure date pour photographier la Voie lactée : position, les heures d’apparition, position de la Lune ou les conditions météo : 

Pensez à multiplier les sources d’information et à toujours croiser vos informations pour vous assurer de la date et des conditions idéales.

Faire vos repérages et composer votre plan

Une fois le lieu et la date parfaits pour prendre la Voie lactée en photo identifiés, partez faire des repérages quelque temps auparavant. Cela vous permet de trouver le meilleur placement sur place et de travailler votre angle de vue. Prévoyez seulement la future position des étoiles pour le jour-J.

Les repérages effectués, composez votre plan et votre cadrage. Si une photo de la Voie lactée peut être très belle en tant que telle, choisir une composition plus travaillée vous garantit d’obtenir des clichés plus mémorables. Cela passe notamment par le choix d’un mode portrait ou paysage, de la valorisation d’éléments en premier et arrière-plan, etc.

Montagnes, dunes, clairière, plage, lac réfléchissant, vieux bâtiments, etc. les exemples d’éléments de premier plan intéressants sont nombreux et vous assurent d’élégantes photos de Voie lactée. Pour mettre en valeur ces éléments, et vous aider lors de la mise au point, vous pouvez les éclairer avec une lampe frontale, un téléphone ou même un panneau LED.

Faites différents tests de composition et de cadrage le jour-J à l’avance pour trouver celui qui vous plaît le plus.

Finaliser votre préparation de jour

Trouver un élément de premier intéressant améliore votre photographie de la Voie lactée
© Casey Horner / Unsplash
Prise avec un Nikon D750 : 24.0 mm, ƒ/2.8, 25s, ISO 3200 à Kauai County aux US
Trouver un élément de premier intéressant améliore votre photographie de la Voie lactée © Casey Horner / Unsplash Prise avec un Nikon D750 : 24.0 mm, ƒ/2.8, 25s, ISO 3200 à Kauai County aux US

Le jour-J, il est recommandé d’arriver sur les lieux de votre sortie photo en journée, à l’heure dorée ou l’heure bleue, afin d’effectuer votre préparation et tous vos réglages : placement, cadre, composition, ouverture, etc. avec beaucoup plus de précision. 

En effet, venir avant la nuit vous permet de préparer vos photos, et de passer plus de temps à prendre la Voie lactée. De plus, cela vous permet de ne pas gêner les autres photographes une fois la nuit tombée. Une fois installé, commencez ainsi à faire vos tests : ISO max, temps de pose plus long ou plus court, ajustement de l’ouverture, etc. jusqu’à ce que vous soyez prêts.

Faire la mise au point (MAP)

La mise au point manuelle est le dernier réglage à effectuer avant de photographier la Voie lactée, permettant de mettre le focus sur la Voie lactée et d’éviter que les étoiles soient floues. Il existe deux types de mise au point :

  • Mise au point à l’infini

La mise au point à l’infini est un réglage de distance hyperfocale disponible sur un certain nombre de modèles d’appareil photo. Il se trouve sur la bague de mise au point, représenté par le symbole « & ». Elle permet d’obtenir des images entièrement nettes avec une meilleure profondeur de champ. Pour se faire, réglez votre bague sur l’infini et ajustez-là jusqu’à ce que la Voie lactée soit nette. 

Notez toutefois que cette position « à l’infini » ne constitue pas en soi le réglage parfait pour photographier la Voie lactée. Il peut être préférable, selon votre projet, d’opter pour une mise au point manuelle, notamment lorsque vous cherchez à prendre des photos plus originales.

Prendre la Voie lactée en photo est le rêve de nombreux photographes
Crédit : Benjamin Voros / Unsplash 
Prise avec un Canon EOS 600D : 84.0 mm, ƒ/5.0, 1/200s, ISO 100 à Moena en Italie
Prendre la Voie lactée en photo est le rêve de nombreux photographes © Benjamin Voros / Unsplash Prise avec un Canon EOS 600D : 84.0 mm, ƒ/5.0, 1/200s, ISO 100 à Moena en Italie
  • Mise au point manuelle

Si vous ne possédez pas d’option de mise au point à l’infini, vous pouvez réaliser la mise au point avec le Live View de votre appareil ou téléphone (méthode de visée sur l’écran). Utilisez l’écran pour faire une mise au point sur l’étoile la plus lumineuse, ou celle captée par votre appareil, et centrez-vous sur elle. Il peut s’agir de Véga en été ou de Sirius en hiver. 

Agrandissez ensuite l’image vers cette étoile, avec la loupe du Live View, et réglez la mise au point avec la bague jusqu’à ce qu’elle soit la plus petite possible et que toute la scène soit parfaitement nette. Faites ensuite des tests pour vérifier la netteté de votre image et ajustez selon. Une fois le bon réglage trouvé, désactivez le Live View et ne touchez plus votre bague.

Profiter de la vue

Une fois vos derniers réglages effectués, utilisez votre déclencheur à distance ou un retardateur pour commencer à prendre vos photos de la Voie lactée, sans oublier de profiter du spectacle qui se trouve devant vous. 

Une fois satisfaits de la photo que Voie lactée que vous cherchiez, vous pouvez prendre des clichés avec différents réglages pour obtenir d’autres résultats.

Traiter vos photos de Voie lactée

Pour rendre vos photos de Voie lactée encore plus abouties, vous pouvez choisir de les retoucher et les retravailler sur un logiciel de traitement (Lightroom, Photoshop, etc.). Si ces retouches ne sont pas obligatoires, elles peuvent vous permettre de corriger certains défauts, d’améliorer les couleurs, ou de créer des montages créatifs originaux (en assemblant plusieurs photos).

De manière générale, le traitement d’une photo de la Voie lactée consiste à :

  • Ajuster le contraste,
  • Régler la luminosité,
  • Équilibrer la balance des blancs, ainsi que la colorimétrie,
  • Éliminer des détails gênants,
  • Réduire le bruit numérique

À vous de jouer avec les réglages de retouche pour obtenir des photos de la Voile lactée réussies. Rappelez-vous également de retoucher vos photos en format RAW pour obtenir le meilleur résultat.

Vous savez maintenant comment photographier la Voie lactée. Si vous avez des difficultés au début, l’important est de vous entraîner jusqu’à ce que vous soyez à l’aise avec les réglages, la préparation, pour enfin prendre une magnifique photo de Voie lactée.

*Le site MPB propose son expertise pour faire le meilleur choix dans les appareils photos d’occasion tout en offrant une plateforme sûre d’achat, de vente et d’échange, dans une philosophie éco-responsable.

© Ethan Richardson / Unsplash
Prise avec un Sony ILCE-7RM2 : 30s, ISO 3200 à Big Cedar Lake au Canada
© Ethan Richardson / Unsplash Prise avec un Sony ILCE-7RM2 : 30s, ISO 3200 à Big Cedar Lake au Canada

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.