Blind Magazine : photography at first sight
Photography at first sight
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
ÉDITO - Ce jour-là commence

ÉDITO – Ce jour-là commence

Après l’ouvrage emblématique Ce jour-là du photographe humaniste Willy Ronis, la rédaction de Blind débute une nouvelle série de chroniques et a demandé à d’autres artistes de raconter les coulisses d’une de leurs photographies.

Un soir, lors d’un festival photo en province, Willy Ronis prend la parole pour raconter ses photographies. Image après image, il explique où, comment et dans quelles circonstances il les a réalisées, ce qu’il se passe au moment de l’instant décisif. Dans l’assemblée, il y a le photographe et éditeur Claude Nori. « Il faut en faire un livre ! », lui dit-il après la projection. En 2006, le livre Ce jour-là de Willy Ronis paraît au Mercure de France dans lequel il compile le récit de ses clichés les plus importants.

Avec leurs propres mots, chaque photographe s’est prêté au jeu de décrire dans le détail ce qui l’a mené à prendre cette photographie. Une façon de comprendre comment chacun aborde une prise de vue, ce qui attire l’œil, quelle humeur règne à cet instant particulier. Pour le lecteur, peut-être lui aussi photographe, c’est l’occasion de faire un bout de chemin à côté d’un artiste, d’entendre ses pensées, ses hésitations, ses obsessions et ses émotions. Une voix rare qui dit que dans le silence de la photographie se loge parfois un souvenir jusqu’ici jamais raconté avec des mots. 

Pour rendre hommage à Willy Ronis et à ce mot amical à la sortie d’une projection, nous avons souhaité entamer cette série avec la voix de Claude Nori. Et l’une de ses plus célèbres photographie, prise un jour de novembre 1995…

Par Coline Olsina & Jean-Baptiste Gauvin

En couverture : © John Towner on Unsplash

Ne manquez pas les dernières actualités photographiques, inscrivez-vous à la newsletter Blind.